Archive pour le Tag 'Université'

Lillisation de la société : Normale Sup’ ou le simulacre de la pensée politique

 

Institut français d'Athènes

Institut français d’Athènes

L’une des caractéristiques majeures de la Lillisation de la société, c’est le simulacre de la pensée politique ou pour être plus juste, c’est le simulacre de la pensée politique démocratique et «de gauche». Certes, il y a chez les aubrystes et consorts un véritable souci de faire des concessions au peuple, mais ces concessions sont pensées dans un esprit paternaliste et clientéliste. La posture implique un formidable mépris pour le peuple qu’on manipule et qu’on trompe «pour son bien», un bien qui s’avère très vite profitable surtout à l’élite qui en fait la promotion.

Parmi cette élite, Normale Supérieure est le moteur à penser – et hélas trop souvent à ne pas penser – de référence. Toujours avec un projet éventuel d’intervention, je me suis rendue fin janvier à l’Institut français d’Athènes qui invite de nombreux normaliens à présenter la pensée et la culture contemporaines françaises aux Grecs à l’occasion de conférences qui réunissent le gratin de la société athénienne. Ce soir-là, Jacques Rancière, philosophe, dissertait sur la Pensée du présent et a proposé un discours consensuel tissé de notions à la mode, effleurées d’un air entendu, et d’une vague problématique opposant le temps subi au temps construit de la causalité, présentées dans la continuité des mouvements sociaux contemporains.

L’héritage marxiste qui a fait la gloire des penseurs français du XXième siècle demeure une référence et un alibi à ceux qui vivent encore dans l’ombre de Sartre, Beauvoir ou Althusser. Mais l’esprit de révolte et de combat s’en est tant évaporé qu’il n’en reste plus aujourd’hui que l’ombre d’un souvenir. La philosophie de Jacques Rancière m’a fait l’effet d’une compote aseptisée pour intellectuels séniles et rentiers. En réalité, Monsieur Rancière faisait le service après-vente de la révolution avortée sur commande de Stéphane Hessel et de ses Indignés en vantant les bons souvenirs et l’espoir d’un prochain soulèvement dans trente ans. Et l’on découvre que ce sont ceux-là mêmes qui ont fait rêver la jeunesse avec l’idée de révolution qui ont préparé son échec. Car la Révolution, c’est bien mais pas trop !

Abrutie par les banalités alignées les unes après les autres comme un collier de nouilles pour la fête des Mères, j’ai commencé par en vouloir au public de ne pas se mettre en colère, avant de réaliser que j’étais comme eux, écœurée par la tonalité douceâtre mais pas naïve du conférencier. Je suis partie sans intervenir.

Autres articles à consulter :

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême-gauche » catholique et américaine  sort du bois… – 30/11/2013 : Lecture de l’actualité du Parti socialiste.

Seconde offensive catholique et américaine : la Renaissance selon Martine Aubry – 02/12/2013 : Enchaînement logique ou comment  avoir raison peut vous donner envie de pleurer… et la rage de poursuivre le combat.

Samedi 15 février 2014, Grand-messe pour la Renaissance de Martine Aubry - 14/02/2014 : Jusqu’où cette femme poussera-t-elle les mensonges et le harcèlement ?

Ifa Conférence sur le Présent

Ifa Conférence sur le Présent

Les commentaires de ces derniers jours, en vrac, alors que je vais de plus en plus mal, sans ressources et sans réponses aux démarches entreprises.

Commentaires mis en ligne le 18/02/2014 :

Posez vos questions à Eric Woerth invité de #DirectPolitique (Par 20minutes.fr  | 20minutes.fr – il y a 12 minutes)

VIDEO – Il y répondra dans l’émission diffusée en direct mardi 18 février à 11h, en partenariat avec linternaute.com et Ouest-France…

L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy Eric Woerth sera l’invité de #DirectPolitique sur Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes le mardi 18 février à 11 heures.

ClairSeg • il y a une seconde

Seriez-vous prêt à dénoncer le scandale qui a privé Claire Seguin, l’enfarineuse de François Hollande, de tous ses droits humains les plus fondamentaux, alors qu’elle se trouve en situation de détresse en Grèce, à Athènes ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

De plus en plus de femmes seules à la rue : « En temps de crise, elles sont les premières victimes » (Rue89 – il y a 1 heure 9 minutes)

En période hivernale, ils sont nombreux à composer le 115, numéro d’urgence du Samu social. « Ils », ce sont ces personnes en détresse, souvent des familles.  […] Selon Florent Guéguen, directeur général de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars, voir encadré), la raison de cette augmentation de demandes féminines réside dans la conjonction de plusieurs facteurs :  »Il n’y a pas d’explication scientifique à ce stade, car c’est une comparaison de mois en mois. Mais on peut préjuger que beaucoup de ces demandes viennent de femmes seules, sans emploi, à faible qualification et en phase de décohabitation, parfois suite à une rupture.

ClairSeg • il y a une seconde

On peut aussi être bac + 8 (en réalité + 11 = Doctorat & Licence en second cursus) et être jetée à la rue par la société, avec le coup de pouce d’un maire socialiste (d’extrême-gauche) comme celui de Lille et la complicité des organismes sociaux, sans même en savoir la raison. Si on pose une question, on est une ordure “Qui devrait savoir !” Pas de Samu social pour moi ! Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 19/02/2014 :

François Hollande l’enfumeur : ce sont les socialistes qui en parlent le mieux (Par Serge Federbusch | Atlantico.fr – il y a 1 heure 2 minutes)

Les Français auraient dû prêter plus d’attention à toutes les mises en garde acerbes proférées à l’époque par les poids lourds du Parti socialiste à propos de l’actuel président de la République : elles se sont pour la plupart vérifiées.

ClairSeg • il y a une seconde

C’est oublier aussi le splendide enfarinage de l’enfumeur, que personne n’a voulu prendre en considération… Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

2017: Valls et Montebourg à la manœuvre (Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – il y a 4 heures)

La question n’est plus taboue à gauche: François Hollande sera-t-il en mesure de se représenter en 2017 ? Du coup, les grandes manœuvres ont commencé. Où l’on voit Manuel Valls et Arnaud Montebourg, les deux poids lourds du gouvernement ­ et concurrents, ­ unir leurs forces. Officiellement, bien sûr, pour aider le président…

ClairSeg • il y a une seconde

Comme beaucoup de Français, j’aurais besoin qu’on accorde un peu d’attention à mes problèmes immédiats, qui sont dramatiques : voir tous les jours des articles sur les ambitions pour 2017 de politiciens irresponsables, alors que les drames de 2014 les laissent indifférents, c’est tout simplement révoltant. Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

Stop à l’obsession Sarkozy ! (Le Point.fr – Publié le 19/02/2014 à 06:49 - Modifié le 19/02/2014 à 09:10)

À écouter les socialistes, la mission première de ce quinquennat n’est pas de redresser le pays mais de réparer les bêtises de leur prédécesseur.

ClairSeg • Un peu de mémoire ne fait pas de mal

Dénoncer Sarkozy pour cacher que le navire prend l’eau de partout, c’est une facilité assez déplorable de la gauche. Mais rêver à un retour de Sarkozy en espérant un sauvetage, c’est vraiment faire preuve d’un manque de projets et d’ambitions inquiétant. Un peu de mémoire ne fait pas de mal lorsqu’il s’agit de se prémunir contre un homme qui a déçu trop d’attentes.  Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 20/02/2014 :

Cyberdéfense : Ayrault relocalise la messagerie des Français (Le Point.fr – Publié le 20/02/2014 à 16:36)

Le Premier ministre a dévoilé des mesures d’urgence pour la cybersécurité, avec parfois une certaine naïveté. Où l’on découvre l’ampleur de notre retard…

ClairSeg • Hypocrisie

Les messageries sont surveillées, qu’elles soient françaises ou pas, dès que l’Etat ou la police l’estiment utile (pour eux), en dehors de toute législation. Ces effets d’annonce ne servent qu’à tromper les citoyens et leur faire croire qu’une possibilité de liberté existerait encore. Il n’y en a aucune, à moins peut-être d’être soi-même ingénieur en informatique et suréquipé, ce qui touche peu de personnes… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

 

Porte de l'Institut français d'Athènes

Porte de l’Institut français d’Athènes

Commentaires mis en ligne le 21 février 2014 :

Montebourg confirme la « renaissance » d’une compagnie nationale des mines (LeMonde.fr – il y a 4 heures) sur Yahoo et Libération.)

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, confirme, vendredi 21 février dans un entretien au Parisien, la « renaissance » d’une « Compagnie nationale des mines de France » (CMF). […]Et de conclure : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. »

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 28 secondes

Le choix des termes pour annoncer la création de cette entreprise nationale me laisse pantoise : le Parti socialiste ne se cache plus et laisse libre cours à son inspiration monarchiste, aristocratique, passéiste : après la “Renaissance” d’Aubry lancée à Orléans le week-end dernier, le colbertisme de Montebourg : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. » J’ai peur que Monsieur Hollande ne soit ridicule en Roi Soleil ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Delanoë craint « l’impopularité de l’exécutif national » pour Anne Hidalgo #mun75000 (Par AFP | AFP – il y a 4 heures)

Le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, a dit vendredi redouter que « l’impopularité de l’exécutif national » puisse coûter des voix à Anne Hidalgo, candidate du PS à sa succession, dont « une majorité de Parisiens souhaite la victoire » selon lui. 

ClairSeg • il y a une seconde

Ce que je redoute, c’est Anne Hidalgo pour Paris, si son équipe est sur le modèle aubryste à Lille, une ville que j’ai vu sombrer dans la déshumanisation collective. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Quand Juppé conseille à Sarkozy de renouveler «son stock d’idées» (Par Galiero, Emmanuel | LeFigaro.fr – il y a 11 heures)

Dans un entretien accordé au journal Les Inrockuptibles , Alain Juppé estime que l’ancien président de la République «meurt d’envie de retourner à la vie politique». Avant d’ajouter : «On n’est plus en 2007, la France a changé, le monde a changé».

ClairSeg • il y a une seconde

On n’en peut plus de Sarkozy ! Il devrait plutôt arrêter la politique une fois pour toute ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 22 février 2014 :

150 personnalités du monde de la culture écrivent à François Hollande (Par AFP | AFP – il y a 15 heures)

Plus de 150 personnalités du monde de la culture ont signé une lettre à l’initiative de l’ancien ministre communiste Jack Ralite, exprimant leur « vive inquiétude » et lui demandant de « maintenir et de développer la politique culturelle ».

ClairSeg • il y a une seconde

Maintenant que Claire Seguin a été bien dépecée et qu’ils sont allés jusqu’à l’os, ce que réclament en réalité les cultureux au Parti socialiste, la Jaoui en tête, c’est une nouvelle Petite Française à vampiriser, écouter, salir, manipuler, observer, disséquer, piller, détruire… pour faire à nouveau des films, des chansons, des romans, des spectacles. Au bout du compte, la prédation a été si satisfaisante, qu’ils remettraient bien le couvert. C’est ce qu’ils appellent «avoir le goût des autres». Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le jour de la Tête de veau

 

Ecole Polytechnique, Athènes.

Ecole Polytechnique, Athènes.

Le Président de la République a choisi de lancer son pacte de responsabilité un 21 janvier, le jour de la Tête de veau, celui où les gaulois Républicains célèbrent la Révolution et la mort de Louis XVI en accommodant leur plat fétiche d’un verre de vin rouge du terroir. La mémoire de l’Union républicaine est vivace en France. Mais François Hollande ne prend-il pas le risque de faire l’unanimité contre lui ?

La révolution française reste un modèle de réussite pour tous les peuples opprimés de la planète. On admire la République qui s’est mise en place en donnant le pouvoir au peuple. On acclame la Déclaration des Droits de l’Homme. On revendique les principes de sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Les Français éprouvent de la fierté, à juste titre, pour leur Histoire et sont toujours revenus à un régime républicain, en dépit des vicissitudes des deux siècles qui ont suivi 1789.

La France reste aussi un pays où il fait bon vivre, même en période de crise comme celle que nous traversons. Les richesses sont opulentes ; la protection sociale est exemplaire ; l’art de vivre des Français fait elle aussi l’envie de bon nombre d’étrangers. Certains de mes lecteurs vont bondir en lisant ces phrases. Ils devraient pourtant les prendre en considération et les inclure dans leur protestation, au lieu de les nier.

Les Français sont malheureux. Les libertés sont immenses, mais qu’est-ce que la liberté sans emploi ? Les lois sont exemplaires, mais la Justice n’est plus appliquée avec l’égalité républicaine. La fraternité est chaque jour remise en question par le fiel de rancœurs rappelées de façon artificielle et que les difficultés sociales ravivent.

Les Français pensent à la Révolution. Mais quelle révolution fait-on dans un pays qui a déjà connu une révolution admirée de tous, dans un pays dont les lois, comme la protection sociale, même si elles ne sont pas parfaites, sont remarquables ? Il n’y a pas tant d’injustice dans les textes que dans leur application. Les meilleurs principes sont détournés au profit d’une frange de la population, au lieu de conforter la cohésion sociale. En protestant contre le régime plutôt que contre ceux qui l’ont confisqué à leur profit, les Français risquent un coup d’Etat où ils se verraient retirer les derniers acquis dont ils jouissent encore…

Je l’ai enfariné.  Vous l’avez élu.

Les Français qui ont élu Monsieur Hollande ont parié sur l’espoir d’un changement mais le changement annoncé n’a pas été celui du Bourget. Les trahisons affectent tout le monde : la gauche, la droite, les écologistes, les rêveurs, les aventuriers, les travailleurs qui travaillent sans récompense, les travailleurs qui sont privés de travail… Beaucoup de Français, qui ne sont pas dupes des mensonges et des entourloupes médiatiques, ont déjà retiré leur confiance à leur Président…

Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il subsiste un socle de 20% de Français qui semblent hermétiques à cette avalanche de mensonges, de roueries et d’insultes faites à leur intelligence ! C’est l’électorat de François Hollande, du Parti socialiste. Ce sont les nantis du Quartier latin, de tout poil, qui estiment toujours qu’il est plus chic de se déclarer « de gauche », tant que cela ne remet pas en cause leurs privilèges et qu’ils gardent la possibilité d’envoyer leurs enfants à l’Ecole alsacienne ; ce sont leurs vassaux dont la survie dépend de leur maintien au pouvoir, ces romancières dont la nullité littéraire a besoin des socialistes pour obtenir un prix Médicis, ces ingénieurs qui ont décroché leur baccalauréat avec trois ans de retard, après avoir doublé leur seconde, puis leur première, puis leur terminale (Mazette !), qui n’ont jamais rien eu d’autre en poche qu’un petit diplôme d’informatique obtenu à la ramasse dans une université obscure, dont la conversation est aussi plate qu’une plaine de Sibérie sous un ciel couvert par un jour sans vent, et qui ont été recrutés sur leur profil d’indicateur de police au CNRS (Mazette…), le corps enseignant, sur son aile la plus protestataire, dont on a vu qu’il a été le premier récompensé par le gouvernement du professeur Ayrault, après son retournement de veste spectaculaire, sous forme de subsides attribués aux zones sensibles, que je connais bien, et où un professeur qui se bat jour après jour pour que ses élèves apprennent leurs leçons suscite l’indignation de l’équipe éducative, alors qu’il est si facile de se montrer « progressiste » en « exposant ces pôv’gosses à la culture » grâce à des « activités ludiques » qui les amusent et dont ils ne retiendront rien qui puisse les aider à s’en sortir au lycée ou à l’université… Mais il est vrai que cela ne les empêchera pas de faire plombier ou chômeur ! Enfin c’est cette cohorte des médiocres au cœur ravagé de haine, qui haïssent les riches, surtout lorsqu’ils ne peuvent pas faire partie de leur clientèle, qui haïssent les intellectuels, surtout ceux issus des milieux populaires et qui ne doivent leur réussite qu’à leurs mérites personnels, qui haïssent les femmes, surtout celles qui tentent de s’émanciper, qui haïssent leur sœur, surtout lorsqu’ils n’arrivent pas à apprendre l’anglais…

Faut-il poursuivre la liste de ce qu’est devenue l’équipée socialiste après trente années de mitterrandisme ? Je laisse aux Français le soin de décider s’il s’agit bien là du peuple de gauche à la française, héritier de la Révolution et de Jean Jaurès…

Lutter contre le ferment de la haine à tous les étages.

L’un des derniers grands films américains que j’aie vus avant que ne s’éteigne ma passion cinéphile, pour cause d’atteintes à la vie privée, est celui de Sofia Coppola, Marie-Antoinette (2006). Ce fut un grand moment de solitude. Non pas que je me sois identifiée au personnage. Ce serait inconcevable. Mais parce que j’ai eu l’impression d’être la seule à être outrée par un film réactionnaire, qui osait faire de cette reine déchue une star rock n’roll. La critique française s’est répandue en éloges sur cette œuvre cinématographique, l’Education nationale lui a décerné son prix !

Depuis une bonne dizaine d’années, sinon plus, on entend aussi des réflexions récurrentes sur les victimes de la Révolution française, alors que le consensus semblait s’être fait sur l’héritage républicain de 1789. Ce film, venu d’Amérique, est porteur d’un ferment de haine sociale qui a infiltré peu à peu la société française et qui voudrait discréditer toute tentation révolutionnaire, et en premier lieu communiste, alors que la révolution française était bourgeoise ! Je trouve que reprocher insidieusement aux Français les morts de la Révolution est mal venu d’un pays comme les Etats-Unis, qui ont construit leur identité patriotique sur la mémoire héroïsée d’un génocide, celui des Indiens d’Amérique du Nord, des peuplements qui vivaient de façon pacifique, égalitaire et en harmonie avec la nature, sur des territoires qui étaient les leurs.

Je peux comprendre qu’on ait de la compassion pour la femme qu’a été Marie-Antoinette. Mais la reine est tombée avec une aristocratie dont elle ne s’est jamais désolidarisée et qui avait poussé à bout le peuple affamé par le spectacle indécent de son luxe, de sa rapacité et de sa frivolité, crimes dont elle était elle-même l’incarnation. Les têtes coupées de la Révolution sont regrettables, mais il faut les replacer dans leur contexte. La peine de mort était admise et pratiquée depuis toujours, y compris par l’aristocratie qui ne s’est jamais fait faute d’y avoir recours pour établir son autorité. La République n’a pas stigmatisé les descendants de l’aristocratie française et s’est même montrée souvent généreuse envers eux.

Ce que le peuple a appris avec la République, c’est qu’un nom à particule n’était pas un blanc-seing permettant à n’importe quel nigaud de l’aristocratie de revendiquer une position. Mais lorsque les fils d’aristocrates ont accepté les règles de la République, ont montré des talents et présenté des diplômes universitaires, ont accepté de passer les concours de la fonction publique, ils ont été admis partout, sans discrimination, et ont accédé aux plus hautes fonctions : militaires, hauts fonctionnaires, ministres, ambassadeurs… La victimisation est injuste et ridicule. La leçon de morale américaine est déplacée : quand verrons-nous à Paris un ambassadeur des Etats-Unis Sioux ou Apache ?

Certains aristocrates essuient parfois des réflexions acerbes. Les Français sont râleurs. Les frottements entre classes sociales sont souvent rugueux. Mais je ne crois pas que les vexations des aristocrates puissent être pires que celles endurées par un fils ou une fille d’ouvrier, d’instituteur, d’agriculteur, qui doit faire face au mépris, ou à la condescendance bienveillante, des milieux bourgeois auxquels il accède par le biais d’études brillantes, mais aussi trop souvent à l’agressivité de son milieu d’origine, qui lui reproche une trahison là où il devrait voir une victoire sociale dont il aurait sa part. Dans ma famille, on me reprochait insidieusement d’aller trop souvent au cinéma, ce qui faisait partie de ma formation littéraire. On ne me félicitait jamais pour toutes les autres soirées que je passais enfermée chez moi ou à la bibliothèque à travailler. Je n’allais jamais danser en boîte de nuit.

Réveiller de vieilles rancœurs dans un pays comme la France est criminel. L’anticommunisme primaire et pathologique des Américains tombe en porte-à-faux avec la réalité historique d’un pays que de toute évidence ils connaissent mal. Le plus pathétique dans les entourloupes, les mensonges et les combines du Parti socialiste, qui voudrait promouvoir une société sur le modèle américain, c’est que je ne vois pas non plus en quoi il pourrait y avoir aucune honte à se réclamer du parti démocrate, ou de Barack Obama, cette figure charismatique qui a ébloui la planète avec les discours magnifiques de sa campagne électorale de 2008, qui a certes beaucoup déçu, par la suite, les attentes immenses qu’il avait fait naître, mais qui n’a jamais démérité non plus de sa fonction au point d’aller se ridiculiser sur un scooter !

Restaurer les valeurs républicaines.

Les caciques du Parti socialiste devraient réfléchir à la vision qu’ils ont du peuple français. J’ai bien peur que ces trente dernières années ce ne soit le mépris qui ne l’ai emporté. Quant à la gauche elle a été bafouée pour être détruite. Le fait que je ne sois pas communiste, et que les années d’expérience n’aient fait que renforcer ma défiance envers une idéologie qui a échoué partout à rendre les peuples heureux, ne signifie pas que je me réjouisse d’avoir été utilisée contre mon gré à lutter contre elle. Je suis bien plus indignée encore par cette clique d’intellectuels qui se prétendent socialistes et ne sont en réalité qu’un ramassis de philistins réactionnaires, calotins, phallocrates et misogynes.

Dans le rôle de Tartuffe Ier, Monsieur François Hollande excelle. Lui président, la honte s’est abattue sur une contrée trop malmenée et qui était pourtant glorieuse. Après avoir semé la zizanie au cœur de la République, le voilà qui se propose à présent de rassembler la France et les Français. Lors de la présentation de ses vœux aux Corréziens, le président de la République a affirmé qu’il n’y avait « qu’une seule France », une phrase qui rappelle un slogan de François Mitterrand en 1988, « la France unie », et a osé dire :

 «Il n’y a qu’une seule France, il n’y a pas des France qui devraient s’opposer les unes les autres. Il n’y a qu’une France, qui a une histoire et qui doit avoir un destin et il doit être commun. Il n’y a qu’une France, qui doit être capable de vivre ensemble, en luttant contre tous les racismes, les xénophobies, l’antisémitisme et également les extrémismes [...] Il n’y a qu’une France, où chacun doit être à sa place, où le respect doit être la condition, où la laïcité doit être le principe… etc.» (La nouvelle anaphore de François Hollande, Le figaro.fr, par Julien Licourt,18/01/2014 19:30)

Un internaute qui commentait le discours faisait remarquer avec pertinence qu’il aurait été plus judicieux de substituer à l’assertion « où chacun doit être à sa place », l’assertion « où chacun a sa place ». Le déterminisme social n’est pas compatible avec les valeurs de la République. Lui président, son lapsus (ou sa provocation ?) révèle qu’il n’est pas à sa place à la présidence, une vérité qu’il est le seul à ne pas admettre.

Frédéric Mitterrand, ancien Ministre de la Culture

Frédéric Mitterrand, ancien Ministre de la Culture

La déliquescence de la classe politique française ne semble pas cependant se limiter à celle de son président, comme en témoignent les propos de Frédéric Mitterrand sur l’aventure amoureuse de François Hollande, propos que je me refuse à introduire dans ma prose (voir la photographie d’écran). Frédéric Mitterrand est-il un amuseur public ? Un marchand de chaussettes ? La vulgarité de sa gauloiserie est-elle explicable par ses origines ? Sa fonction ? Non ! Il est le représentant d’une grande famille française. Son oncle a été Président de la République pendant deux mandats. Journaliste, il a proposé aux Français des documentaires élogieux, commentés d’une voix chevrotante et servile, sur les stars et les altesses royales. Il a été Ministre de la Culture pendant trois ans sous la présidence de Nicolas Sarkozy…

La France n’a pas besoin de révolution. Elle a besoin de se débarrasser d’une classe politique qui n’est pas à la hauteur de ses fonctions, de rétablir les valeurs républicaines, la Justice, les principes de sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Et pour cela il lui faut exiger un discours de Vérité, qui fasse la vérité sur les dévoiements de la République française.

Commentaire mis en ligne le 21 janvier 2014 :

François Hollande, le président des anaphores (Par Francetv info | Francetv info – il y a 1 heure 34 minutes)

C’est un effet de style qu’il apprécie : François Hollande a encore une fois usé, mardi 21 janvier, d’une anaphore, ce procédé qui consiste à répéter une même expression en début de phrase : « Moi président… », « Quand on a 25 ans… », « Il n’y a qu’une France… ». A l’occasion de ses vœux au patronat et aux syndicats, le président de la République a en effet récidivé en lançant à plusieurs reprises : « La France dans 10 ans… »

ClairSeg  •  il y a 1 minute 27 secondes 

La répétition de l’anaphore tue l’anaphore… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 23 janvier 2014 :

L’évolution de la pauvreté jugée préoccupante par l’Igas (Reuters – il y a 1 heure 22 minutes)

PARIS (Reuters) – L’évolution de la pauvreté en France suit une tendance « très préoccupante », estime l’ancien secrétaire général de la CFDT François Chérèque, aujourd’hui membre de l’Inspection générale de l’action sociale (Igas), dans un rapport.

ClairSeg • il y a une seconde

L’évolution de ma propre pauvreté, alors que je suis exclue de tout réseau de solidarité ou d’aides sociales, me préoccupe beaucoup elle-aussi, mais de mon côté, je n’ai aucune illusion sur les responsables de mon désastre : ce sont les hommes politiques actuels… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Document : sur le plan politico-médiatique, la dégénérescence de la démocratie, ou Lillisation de la société, se traduit par la collusion entre les hommes ou femmes politiques au pouvoir et les médias.

La Voix du Nord Recherche Martine Aubry

La Voix du Nord Recherche Martine Aubry

A Lille, Madame Aubry-Brochen tarde à entrer  en campagne pour les municipales 2014. Mais lorsqu’on va sur le site de La Voix du Nord, le plus grand journal du Nord, et qu’on met « Martine Aubry » dans le moteur de recherche du site web, on obtient la liste des articles mentionnant son nom avec un en-tête inchangé depuis novembre dernier, alors que bien d’autres articles ont paru, et annonçant un « triomphe » pour la maire sortante (Article du 20/11/2013, voir photographie d’écran). A La Voix du Nord, les journalistes n’informent pas. Ils assurent eux-mêmes le service de presse et de propagande de Madame Aubry.

A Athènes, les campagnes de diffamation sont de plus en plus virulentes, avec des intrusions dans mon quotidien qui trahissent une volonté manifeste de me mener à bout, et je me demande toujours : Que faire sous l’orage des mensonges ?

Communication moderne

 

La Propagande politique par Jean-Louis Domenach

La Propagande politique par Jean-Louis Domenach

1)      Extase sur commande

La remise en activité d’Un Micro sous votre oreiller n’implique pas seulement l’écriture d’articles à mettre en ligne mais aussi la promotion du blog, une tâche éprouvante que j’ai reprise en charge là-aussi la mort dans l’âme. Depuis quelques temps, j’essaie de me rendre visible en plaçant  des commentaires à la suite d’articles de presse sur internet, avec des succès variables, qui m’ont amenée à une réflexion sur la communication moderne, une fois encore inspirée par ma lecture récente du petit livre de Jean-Marie Domenach sur La propagande politique (1).

Dans son chapitre sur « La Propagande de type hitlérien » (2), Jean-Marie Domenach explique comment des communicants peuvent tenter, en toute connaissance de cause, de faire de quelqu’un un automate. Il cite les études de Serge Tchakotine, réunies dans son ouvrage Le viol des foules par la propagande politique (3) pour expliquer que les comportements des personnes peuvent être induits par les réflexes conditionnels de Pavlov (le chien,  le morceau de sucre et le klaxon).  Surtout il explique comment les Nazis faisaient jouer l’alternance des compliments et des insultes pour prendre l’emprise sur les esprits qu’ils approchaient. Cette alternance du sucre et du fouet provoque une alternance dans l’excitation qui conduit, à la place de la simple inhibition, à un état psychique ambigu et instable que Pierre Janet a décrit dans son livre De l’Angoisse à l’extase (4). Il s’agit d’amener les personnes à une sortie hors de soi, ou extase, par la combinaison de la terreur et de l’exaltation. Les hommes deviennent alors des automates entre les mains d’Hitler.

Lorsque j’étais enseignante à Roubaix, au plus fort du harcèlement que bien sûr j’éprouvais avec dureté, une de mes collègues m’avait un jour comparée à cette image du film de Dreyer, Jeanne d’Arc (5), qui s’attarde en gros plan sur le visage extatique et couronné d’épines de la jeune femme attendant la mort. Ces petits manuels « Que sais-je » sont des mines de trucs à exploiter entre les mains de professeurs aux idées courtes, qui préfèrent la manipulation et la psychanalyse sauvage aux difficultés de leur fonction. Il ne faut pas s’étonner, lorsqu’on voit le corps enseignant se mettre à penser et à se conduire comme des Nazis, de ce que le niveau scolaire soit en dégringolade dans les établissements de l’Education nationale.

 

Hall d'entrée 12/12/13

Hall d’entrée 12/12/13

2)      Commentaires en ligne sous surveillance

Les commentaires en ligne font partie de cette épreuve de Sisyphe que  représente la promotion du blog, alors que je me heurte à des tentatives constantes de manipulation et intimidation.

Si  j’ai bien remarqué que les autres internautes, sur Yahoo, avaient la possibilité de placer en ligne plusieurs commentaires à quelques minutes d’intervalle, y compris sur le même article, il a fallu me rendre à l’évidence que la règle n’était pas la même pour moi. Lorsque je tente d’insérer un second commentaire quelques minutes après le premier, il se place bien en ligne, mais est avalé par la machine lorsque je me déconnecte de Yahoo… Il disparaît…

D’abord écœurée par la réalité des faits, j’ai appris peu à peu, à force de tâtonnements, à me repérer et à jongler avec les possibilités qui restaient entrouvertes. J’arrive à placer un commentaire à peu près toutes les demi-heures sur Yahoo, mais il est préférable de compter large. Placer trois ou quatre commentaires sur Yahoo prend ainsi au minimum deux heures, alors que j’en suis réduite aux cybercafés. Et en deux heures il peut se passer beaucoup de choses : l’article a été supprimé ou les commentaires ont été renouvelés et repartent à zéro, etc. Rien n’est stable !

Les journaux en ligne  m’ont fait comprendre de leur côté qu’il ne fallait pas trop insister. Il faut un compte, et parfois un abonnement que je refuse de prendre. Il y a un modérateur (ce que je ne conteste pas) mais alors le commentaire est parfois mis en ligne plusieurs heures après avoir été posté. Comme sur Yahoo, il n’y a aucune réactivité possible avec les autres internautes.

 

Hall d'entrée 13/12/13

Hall d’entrée 13/12/13

3)      Manipulation mentale et domestique

Toutes sortes de manipulations apparaissent avec la mise en ligne de commentaires que je ne peux pas toutes répertorier. Surtout elles sont souvent infimes et difficiles à évaluer, y compris pour moi. Il peut aussi y avoir une part de hasard, mais j’ai déjà fait l’expérience que les hasards qui se répètent trop sont sujets à caution (voir l’article Psychanalyse sauvage).

Je donnerai un exemple vécu cette semaine, alors que je prépare un énième départ. Outre une série de commentaires sur le thème de Sarkozy (que j’ai sauvegardés à la suite de l’article Contre-propagande sur le retour de Sarkozy), j’ai placé quelques commentaires sur Sud-Ouest aux pages Charente-Maritime et Saintes, la ville où j’ai passé mon enfance. Des dissidences se sont manifestées au sein du parti socialiste, et en particulier à Saintes où le maire socialiste Jean Rouger vient de s’allier avec la droite centriste. Je connais bien le Docteur Rouger, il était déjà élu à la municipalité lorsque j’étais adolescente. Il était aussi notre médecin de famille. Trente ans après avoir quitté Saintes, les mêmes têtes sont en place, les mêmes notables font régner la loi du silence, les mêmes citoyens s’égarent dans des considérations oiseuses sans avoir le courage de poser les vraies questions qui pourraient faire évoluer une situation dont pourtant ils se plaignent…

Sud-Ouest – Saintes  (Publié le 12/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 12/12/2013 à 07h47)

A Saintes, le Mouvement républicain et citoyen fustige le calcul du maire

Le Mouvement républicain et citoyens (MRC), qui devrait très probablement faire alliance avec la liste PS d’Isabelle Pichard-Chauché, a réagi à l’alliance surprise de Jean-Rouger, maire sortant socialiste, avec le centriste Jean-Philippe Ardouin, qui siège dans l’opposition municipale depuis 2008.

Le texte enchaîne : « Voilà jusqu’où peut mener la perte des repères : à force de ne plus voir clairement où ils sont sur l’échiquier politique – c’est-à-dire quels sont les fondamentaux de leur famille politique -, des élus deviennent capables d’alliances politiquement inconcevables. Où est, dans tout ceci, la conscience politique ?

clairseg
12/12/2013, à 12h07

La perte des repères au parti socialiste de Saintes date des années 1980 ! Quant au courage politique, j’attends toujours qu’il se manifeste… à commencer par la défense et le respect des droits humains élémentaires de tous ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

clairseg
12/12/2013, à 20h53

Les Droits de L’Homme ne sont pas à l’honneur chez l’électeur saintais qui leur préfère le portefeuille… Une mauvaise posture, comme peut le laisser présager ceux qui prennent Nouvelle Donne pour la gauche de la gauche du Parti socialiste ! Mais mieux qu’un vaccin contre toute tentation (très improbable) de retour au pays ! Ce qui ne m’empêchera pas de continuer à me battre pour mes droits… Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

Formidables ces commentaires : tout à coup, dans cette maison athénienne où je vis, et qui voudrait me renvoyer chez mon père, comme les réactionnaires phallocrates, misogynes et catholiques de la clique municipale de Martine Aubry-Brochen à Lille, la lumière s’est faite. Depuis des semaines je n’avais plus d’électricité ni dans l’entrée de l’immeuble, ni dans mon vestibule. Après le premier commentaire saintais, un bulbe s’est allumé ! Après le second, j’ai eu droit au deuxième ! Et quand, épuisée, vendredi matin, j’ai tout lâché pour prendre une journée de recul et de réflexion, le deuxième bulbe s’est à nouveau éteint…

 

Meuble de cuisine Athènes

Meuble de cuisine Athènes

4)      Des ronds de fumée sioux au gri-gri sorcier.

Le lecteur français cartésien va faire des bonds au plafond ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire de bulbes intermittents ! C’est une araignée qu’elle a au plafond !… Du calme ! Pour comprendre l’enfer dans lequel je suis plongée, il faut se débarrasser de ses idées reçues et réévaluer les éléments de la communication moderne sous ses véritables auspices.

Moi aussi j’ai d’abord cru à un faux contact. Je considère même que l’éventualité d’un faux contact reste possible… mais les probabilités s’amenuisent beaucoup. Je commence à être échaudée par ce que je vis depuis plusieurs mois. Quelques jours après mon arrivée dans l’appartement, en voulant réparer un vieux meuble de cuisine, pour m’en servir, je l’ai débarrassé, comme me l’avait suggéré la propriétaire, des carreaux de faïence qui le recouvraient et qui étaient simplement posés dessus. Quel graffiti se cachait là ! Une jeune femme à cornes, tenant à la main le livre d’Orwell (6), un sourire sardonique aux lèvres… Le dessin était récent. J’ai fait beaucoup de peinture et je connais la porosité des supports. Il paraît que l’appartement n’avait pas été occupé depuis cinq ans…

Début septembre je suis allée voir les propriétaires pour m’informer et pour demander des explications, sur plusieurs sujets qui ont très vite posé problème. C’est la fille, la trentaine, qui me sert de contact, jouant le rôle de traducteur entre l’anglais et le grec. Lorsque je lui ai parlé du graffiti, elle m’a demandé sur un ton supérieur et amusé (j’ai découvert après coup qu’elle était professeur – de danse) si le dessin me faisait « peur », comme si j’étais une gamine de douze ans ou une demeurée habitée par une pensée magique. Furieuse, je l’ai immédiatement recadrée et j’ai parlé sans ambages de harcèlement. Elle ne s’est pas démontée et m’a demandé avec le même ton supérieur et amusé si ce harcèlement dont je me plaignais ne risquerait pas de me rendre « crazy » (folle)…

 

Book of Orwell

Book of Orwell

5)      Législation… pour les boniments de la communication.

Il n’y a pas de liberté sur internet comme il n’y a pas de respect de la vie privée. Quant à la communication moderne, elle est si truquée, que toute législation paraît avoir perdu son sens. La loi du plus fort remplace peu à peu la démocratie. Ce n’est pas inéluctable mais il serait temps que les peuples réagissent…

Interceptions sur internet: Montebourg défend la loi de programmation militaire (Par AFP | AFP – il y a 16 heures)

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a affirmé jeudi que l’article de la Loi de programmation militaire autorisant les interceptions sur internet sous certaines conditions, était « valide sur le plan de la protection des droits individuels ».

ClairSeg  •  il y a 9 heures

Mais à quoi servent toutes ces lois tatillonnes ? La police se permet toutes les intrusions qu’elle souhaite dans la vie des citoyens, en dépit des lois protégeant la vie privée, et le citoyen qui porte plainte sur ce sujet est éconduit avec l’argument fabuleux que : « c’est impossible puisque c’est interdit ! » Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Prison virtuelle mais effective :

J’ai mal aux dents. Je tousse. De l’eczéma a fait sa réapparition. Depuis quelques temps les repas préparés à la maison provoquent des diarrhées, qui disparaissent lorsque je prends mes repas à l’extérieur. Je suis épuisée. Quels pourraient être mes recours ?

Les atteintes aux droits humains fondamentaux sont toujours aussi insupportables… Comment faut-il le dire ?

Notes :

  1. Jean-Marie Domenach,  La propagande politique, Paris, PUF, collection « Que sais-je », n° 448, 1965 (Première édition 1950) (voir Manifeste et Contre-propagande sur l’adage « Le ridicule tue »).
  2. Ibid., fin du chapitre IV sur « La Propagande de type hitlérien », p. 33-43.
  3. Sergeï Stepanovitch Tchakhotin, sous le titre : Serge Tchakotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939.
  4. Pierre Janet, De l’Angoisse à l’extase. Les sentiments fondamentaux : études sur les croyances et les sentiments, Paris, F. Alcan, 1928.
  5. Carl Theodor Dreyer, La passion de Jeanne d’Arc,  1928, avec Renée Falconetti.
  6. George Orwell (1903-1950), 1984, publié en 1949. Très nombreuses éditions en toutes langues (voir Big Brother is watching me…).

Cet article a été mis en ligne en début d’après-midi. Je suis rentrée chez moi ensuite pour en établir les corrections, avec l’aide de mon ordinateur personnel, que je peux enfin allumer puisque l’article est publié. A 17h30, lorsque je suis repartie, il n’y avait plus de lumière du tout dans le hall d’entrée de l’immeuble…

Patronyme « Seguin » : Ennemi du Grand Méchant Loup.

Petite chèvre têtue.

Petite chèvre têtue.

L’impopularité du nom de « Seguin » est récente. Elle date de la fin du XIXème siècle, lorsque ce brave Alphonse Daudet (1) eut l’idée saugrenue d’associer ce patronyme honorable à la fable de la petite chèvre qui s’enfuit par goût de la liberté et rencontre à la nuit venue le Grand Méchant Loup sur son chemin. Après une nuit de combat, au cours de laquelle celle-ci fait montre d’un courage exceptionnel, elle est dévorée toute crue par le Loup. Avant que les cours d’école ne résonnent de ce conte enfantin et réactionnaire, qui ne fait rire que les jeunes phallocrates en herbe, ce nom fort répandu dans toute la France, et dans le Sud-Ouest en particulier, ne s’était jamais fait remarquer.

Il s’agit d’un nom de souche populaire qui a été formé, comme beaucoup de noms de famille, sur un prénom, à la différence des noms nobiliaires, souvent d’origine toponymique. Seguin est un prénom wisigoth hérité d’une « immigration » très ancienne, datant des Vème, VIème siècles après JC. Mais son implantation remonte à si loin dans le temps qu’il s’est complètement francisé, comme en témoigne sa terminaison très française par une voyelle nasale en « in » ([ɛ̃]). La nasalisation est cependant tardive et date à peu près du XVIIème siècle.

La formation de ce prénom wisigoth comporte deux racines qui existent toujours dans les langues germanique et britannique, où le génitif est antéposé :

  « seg » signifie la victoire, mot qui existe toujours en allemand, « der Sieg », et qui signifie toujours la victoire.

♦ « win », d’après les dictionnaires étymologiques, signifierait l’ami. La racine existe toujours en anglais dans le verbe « to win » dont tout le monde sait qu’il veut dire gagner.

Seguin est ainsi l’ami de la victoire, le porteur de la victoire, celui qui porte la victoire… Autant dire qu’il s’agit par excellence d’un nom de « Winner » (2).

Le scoop, c'est loupé !

Le scoop, c’est loupé !

Les esprits frustes ou paresseux, qui n’ont jamais eu l’idée d’ouvrir un manuel de phonétique française, me feront remarquer que la semi-voyelle anglaise [w] est fort éloignée du [g] français. Mais ce n’est qu’une illusion naïve. La façon de prononcer les mots évolue, en fonction d’habitudes locales, selon les régions. Le « camera » latin (chambre) est resté « camera » en italien, mais est devenu « chambre » en français puis « chamber » en anglais, par exemple, avant de connaître une seconde vie au XIXème siècle avec l’invention de la « chambre noire » (dès le XVIème siècle) et celle de la photographie… mais c’est une autre histoire !

La distinction entre le [w] anglais et le [g] français s’apparente au même type de modification progressive des phonèmes d’un mot selon la contrée et explique la prononciation actuelle du nom « Seguin ». Si certains ont besoin d’un exemple plus frappant pour admettre une évolution phonétique qui leur paraîtrait obscure, la même distinction s’est opérée au fil du temps entre les prénoms William et Guillaume. Même les esprits frustes ou paresseux savent tous qu’il s’agit de deux formes anglaise et française du même prénom. C’est ainsi que « Guillaume le Bâtard » devint « William the Conqueror » (3) en 1066, à Hastings, après avoir battu les Anglais à plate couture et conquis l’Angleterre pour plusieurs siècles à venir. Le héros avait la chance d’avoir un bon cheval (de bataille).

Je n’essaierai pas de lutter contre le ridicule supposé de la chèvre. Une chèvre est une chèvre. Mais je ne peux manquer de remarquer que les plaisanteries stupides sur mon nom (la Petite chèvre de Monsieur Seguin, Blanquette…) n’ont jamais été aussi récurrentes que lorsque je suis montée à Paris pour préparer mon Doctorat de Lettres modernes, et qu’elles étaient le fait d’intellectuels qui auraient dû montrer un peu plus d’esprit que des garnements de cours d’école. Il est déjà assez ridicule de penser qu’un écrivain qui se targuait de connaître la France et la langue française ait pu donner à sa petite chèvre dévorée par le loup le nom de « Porteur de la Victoire » sans avoir eu l’idée de vérifier dans un dictionnaire étymologique si le nom choisi était approprié. Mais il est plus ridicule encore pour des universitaires qui vivent au milieu des livres et des dictionnaires de référence, qui enseignent la linguistique, l’étymologie, la phonétique, qui s’adonnent devant leurs étudiants à des explications de textes tatillonnes où chaque mot est décortiqué jusqu’à l’absurde, de ne s’être jamais aperçu de l’incongruité étymologique de cette association d’un nom glorieux et d’une petite chèvre victime…

Parce qu’avec un nom pareil, la petite chèvre de Monsieur Seguin, elle devrait gagner contre le loup…

La Victoire ailée. Musée archéologique d'Athènes.

La Victoire ailée. Musée archéologique d’Athènes.

Il faudrait être terriblement culottée, dans la situation désespérée où je me trouve, pour oser proposer avec sérieux une notice étymologique aussi pédante et aussi prétentieuse sur mon propre nom de famille. Je sais aussi qu’il ne suffit pas qu’un péquenot, un cul terreux, un prolétaire de tout poil (ou de toute plume), qu’un sans-culotte monte à Paris, pour impulser une révolution. Mais il est bien probable en effet que le « Witz » (4) reste la meilleure arme du faible contre la tyrannie  ̶  et contre des tyranneaux qui mériteraient à leur tour une déculottée.

Notes :

1.    Alphonse Daudet, « La Chèvre de Monsieur Seguin », in Les Lettres de mon moulin, 1869 (première édition Hetzel).

2.    The winner (angl.) = le vainqueur, le gagnant.

3.    William the Conqueror (angl.) = Guillaume le Conquérant.

4.    Der Witz (all.) = le mot d’esprit, la plaisanterie. Voir l’article : Contre-propagande sur l’adage « Le ridicule tue ».

Protestation : Le monde éducatif dans le Poitou-Charentes.

Jeudi 5 janvier 2012, Monsieur le Président de la République présente ses vœux aux acteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Hélas, Monsieur le Président de la République a choisi de les présenter à Chasseneuil-du-Poitou, fief de l’ex-Premier ministre Ump Jean-Pierre Raffarin, mais gros bourg inscrit aussi dans une région de tradition socialiste, puisque le Poitou-Charentes est représenté depuis des années par Ségolène Royal : un clin d’œil, paraît-il, à un sénateur souvent critique et l’occasion de souligner ce qui serait l’une des priorités du futur candidat. Les professeurs ont enfin trouvé leur président ! Celui-ci se rendra ensuite à Poitiers pour un discours au palais du Futuroscope.

Moi qui suis charentaise, et qui ai grandi à Saintes où j’ai vécu jusqu’à l’âge du baccalauréat, moi qui ai souffert de harcèlement dès les années de collège dans l’Education nationale, et de la part du corps enseignant, je ne peux manquer d’être blessée par des vœux présidentiels adressés au monde éducatif depuis le Poitou-Charentes. Qui plus est, le jeudi 12 janvier 2012, Monsieur Sarkozy répète la provocation en venant présenter ses vœux aux fonctionnaires… à Lille.

Voilà une semaine qui s’annonce placée sous le signe de la colère. Que le ministre de l’Education nationale, Monsieur Luc Chatel, ait lancé en 2011 une campagne contre le harcèlement à l’école sans prendre en compte la responsabilité du corps enseignant, puisque seuls les élèves ont été stigmatisés, c’était déjà beaucoup. Mais que la complicité avec les enseignants soit poussée jusqu’à la provocation mérite protestation. Mes trois ans d’enquête, qui ont abouti à des résultats tangibles malgré le silence de la Justice, sont catégoriques quant aux responsabilités du drame que je vis. Peut-on croire encore que l’Education nationale rendra justice en 2012 à une vie détruite par des calomnies sciemment orchestrées ? Et qu’en sera-t-il des marchands d’illusion, des pourvoyeurs de mensonges, qui protègent de vilains merles et font monter aux joues le rouge de la honte à ceux qui gardent un peu de cœur ?

Promotion du blog et mailings.

Jeudi 5 janvier et samedi 7 janvier 2012 : Distribution de « petits papiers » sur Lille.

Vendredi 6 janvier 2012 : Distribution de « petits papiers » sur Paris :

Protestation : Le monde éducatif dans le Poitou-Charentes. Solferino1-118x150

Métro Solferino.

de 15h25 à 16h25 à la station de métro Solferino, qui dessert à la fois le ministère de l’Education nationale, au 110 rue de Grenelle et le siège du Parti socialiste, rue Solferino. J’ai dérangé les quinze dernières minutes un groupe de militants venus revendiquer l’abolition des armes nucléaires mais j’ai eu droit au passage de Jean Rochefort en personne, jouant au très vieux monsieur, mais dont le regard bleu clair, lorsque je lui ai remis mon « petit papier », était éblouissant de limpidité. Les réactionnaires, pour lesquels une femme, même âgée de quarante-cinq ans, même docteur ès Lettres, est une éternelle mineure, voudraient me renvoyer chez mon père. Ridicule.

Biblioth%C3%A8que-Fran%C3%A7ois-Mitterrand1-109x150 Sarkozy

Métro Bibliothèque François Mitterrand.

de 17h15 à 18h15 à la station de métro Bibliothèque François Mitterrand. La station, noire de monde à l’heure de sortie des bureaux, était surtout fréquentée d’hommes et de femmes pressés. Mais il devait bien y avoir aussi des lecteurs de la Bibliothèque nationale et des universitaires.

Lundi 9 et mardi 10 janvier 2012 : Distribution de « petits papiers » à Lille et accrochage pirate de ma banderole « Déni de justice à Lille » au-dessus du périphérique, à Fives, Lille.

Le-59-du-PS1-109x150 Université

Le « 59″, QG du PS pour 2012.

Mercredi 11 janvier 2011 : Distribution de « petits papiers » à Paris, de 15h30 à 16h, à la croisée de l’avenue de Saxe et de l’avenue de Ségur, à deux pas du « 59 », le quartier général de campagne de François Hollande, situé au numéro 59 de l’avenue de Ségur et inauguré le matin même (Une manifestation de sans-papiers avait lieu sur place); de 16h30 à 17h30 à la station de métro Solferino. Sur le trajet de retour, dix minutes de distribution de « petits papiers » à la gare d’Amiens, entre deux trains.

Jeudi 12 janvier 2012 : 7h30-8h30 : Distribution matinale de « petits papiers » à la gare Lille-Flandre. 11h30 : ascension du beffroi de la mairie de Lille, où je découvre pour la première fois une vue panoramique sur les vestiges de la vieille ville (la Porte de Paris) comme sur la cité moderne, avec ses buildings d’Euralille (la tour verte), et sa cité administrative, plus ancienne, massif bâtiment stalinien de brique rouge et de pierre blanche qui domine la ville (à droite sur la photo).

Les-vestiges-dune-vieille-ville-150x101

Lille : la porte de Paris, vestige de la vieille ville.

La-ville-moderne2-142x150

Lille : la ville moderne.

12h : jet de 6000 « très petits papiers » : « Déni de justice : jusqu’où iront les Sarkobry », depuis le sommet du beffroi, qui ont aussitôt été avalés par la bourrasque. 13h : Attente du départ de Monsieur Sarkozy qui donne une interview aux journalistes dans la cour de la préfecture, avant de monter en voiture puis de s’offrir une sortie impromptue de quelques courtes minutes dans la foule, au moment de rejoindre l’avenue de la Liberté.

Bain-de-foule1-150x147

Lille : bain de foule fugitif de M. Sarkozy.

La-Pr%C3%A9fecture1-150x106

Lille : la préfecture au moment du départ de M. Sarkozy.

Distribution de mes derniers « petits papiers » place de la République avec un sentiment de frustration qui ne fait que raviver le désir de protestation. Au retour, je jette un œil sur la manifestation des enseignants sur la Grand-Place, où quelques dizaines de personnes, avec force drapeaux, s’agitent bruyamment devant la Grand-Roue de Noël toujours en activité : ils n’ont pas fait nombre aujourd’hui…

Petits-Papiers-150x45

« Petits papiers » des Voeux 2012.





Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté