Archive pour le Tag 'Santé'

Samedi 15 février 2014, Grand-messe pour la Renaissance de Martine Aubry à Orléans

 

Orléans

Orléans

Orléans, ville des rois

Madame Aubry-Brochen organise la première grand-messe de son association Renaissance à Orléans samedi 15 février sur le thème de la santé. Les révolutionnaires de l’extrême-gauche catholique et américaine du Parti socialiste s’installent donc dans la ville des rois de France où s’est jouée la « Renaissance carolingienne » au VIIIème siècle, fief de la famille capétienne, grande ville universitaire depuis la fin du Moyen-âge, mais aussi ville de Jeanne d’Arc, au cœur de ce Val de Loire très à la mode à la Renaissance et où se trouvaient les domaines royaux de Chambord, Ambroise, Blois, Chenonceau. La prospérité de la région a toujours été associée à l’ordre monarchique, et après tout l’aristocratie, très anticapitaliste, ne voit peut-être pas d’un si mauvais œil cette intrusion sur ses terres. Celle-ci a gardé du Jour de la Tête de veau un mauvais souvenir compréhensible et semble plus que jamais en vouloir à ces bourgeois capitalistes qui ont osé la destituer pour faire la Révolution et se donner les moyens, en tant qu’hommes du peuple, de créer et d’exploiter les fabriques de la « Révolution industrielle », elle-aussi en cours, et qui connut son plein essor au XIXème siècle.

 

A mes frais !

A mes frais !

Do & Think T(h)ank sur la santé (sic !)

La santé est un sujet sur lequel l’expertise de Madame Aubry-Brochen ne saurait être mise en doute. En tant que persécutée de la municipalité lilloise, je sais que s’opposer à Martine signifie très vite que l’accès aux soins médicaux n’est plus garanti à 100%, qu’il faut apprendre à vivre en ayant mal aux dents, et que l’on doit s’attendre à une Estocade dans la misère ! Ce qui m’a amusée (malgré tout…) dans l’article de Libération publié par Laure Bretton le 13 février 2014, c’est l’erreur sur l’expression américaine des « branchés », une erreur surprenante de la part d’un reporter qui voyage dans le monde entier et doit être « fluent » en anglais (La coquille a été corrigée). Elle écrit « Do & Think Thank » pour « Do & Think Tank », une variante du « think tank » que je ne connaissais pas et qu’on doit pouvoir traduire par « Réservoir d’idées et d’actions », métaphore désignant un groupe d’experts dans le monde anglo-saxon. L’expression erronée de la journaliste signifie en revanche sans ambiguïté : « Fais et pense à dire merci », un lapsus qui ne doit pas déplaire à la catholique Martine Aubry-Brochen et à sa suite de culs bénis et d’oligarques. Mais une fois encore je me sens bien Seule au front pour railler le « Bon cœur » de Madame Aubry.

 

Dreyer Jeanne d'Arc

Dreyer Jeanne d’Arc

L’équipe de Martine Aubry

Je trouve assez savoureux aussi que ce soit le flou mari d’Anne Hidalgo, Jean-Marc Germain, qui appelle à des idées « dérangeantes et extrêmes », bienvenues parmi ces torrides gauchistes. Je ne me suis intéressée que tardivement à tous ces hommes qui se cachent derrière la fille de Jacques Delors, les Jean-Marc Germain ou Jean-Louis Brochen de l’intimité. C’est un médecin qui a aiguisé ma curiosité. En décembre 2010, un Docteur est venu visiter mon appartement à vendre. Walid Hanna avait de grands fils étudiants à loger et l’appartement lui a plu. Il a voulu revoir les lieux avec son épouse, le Docteur Anne Théry. Elle est arrivée la première, tandis que Monsieur, coincé dans des embouteillages, se faisait attendre. Une femme charmante, douce, timide, discrète et fragile comme il convient dans la bourgeoisie, mais qui n’a pas dû aimer l’immeuble puisqu’ils ne m’ont jamais recontactée après cette seconde visite. Ce mois de décembre 2010 a été trop mouvementé, entre le cambriolage du petit logement que j’occupais à Fives, en attendant la vente de cet appartement, et mes démêlés avec la police, pour que je songe à me renseigner sur ces étranges visiteurs, alors que je n’avais presqu’aucune visite. Mais très peu de temps après, je me suis aperçue que Walid Hanna était un proche de Martine Aubry et faisait partie de l’équipe resserrée de la municipalité lilloise. Quel extraordinaire hasard ! J’ai remarqué depuis que beaucoup de médecins, au-delà des clivages politiques, accordaient Martine Aubry un soutien inconditionnel.

Madame Delors-Aubry-Brochen soigne les âmes autant que les médecins soignent les corps malades. En bonne technicienne de la Communication moderne, elle connait les rites et les offrandes qui permettent à une communauté de se rendre propice à Dieu et d’obtenir son pardon. A Orléans comme à Lille, le sacrifice de la messe est un acte de propitiation.

Revue de presse sur le Think tank de Martine Aubry :

Revue de Presse sur Martine Aubry et le groupe Renaissance

Commentaire publié le 13 février 2014 sur Yahoo et censuré sur Libération où il n’a pas été publié :

Martine Aubry veut bien revenir… pour penser (Par Libération.fr  | Liberation.fr – il y a 4 heures)

La maire de Lille réunit samedi sa «coopérative d’idées et d’action» Renaissance, à Orléans, sur le thème de la santé.

Martine Aubry est de retour, sur le terrain… des idées. Renaissance, la «coopérative d’idées et d’action» de la maire de Lille — dites «do & think thank» si vous êtes branché — a rendez-vous samedi à Orléans pour une deuxième édition consacrée à la santé, après son lancement à Paris en décembre.

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 47 secondes 

Comme “idées dérangeantes et extrême”, je propose au groupe Renaissance de Martine Aubry et de Jean-Marc Germain de plancher sur le cas de Claire Seguin à Lille, avec lynchage au sein de la communauté lilloise extatique et mise à mort à l’étranger grâce à un réseau de relations européennes triées sur le volet. Un cas qui permet d’aborder aussi la question de la santé : accès aux soins et à la sécurité sociale en fonction de l’humeur du chef de clan ou hospitalisation abusive en cas de révolte du citoyen face aux persécutions dont il est victime. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

L’histoire de la fameuse coquille !

JO1934 13 FÉVRIER 2014 À 19:3

Normalement , c’est  « do and think tank  »   et non  »Thank » !

Un ‘réservoir d’idées et actions’, quoi ! Ceci pour le ‘journaliste’ .

Pour ce qui est de Martine Aubry, je pense comme Turbine !

GUILLAUME_LAUNAY Libération13 FÉVRIER 2014 À 19:8

@jo1934 coquille corrigée merci…

 

Athènes, place Syntagma, ce matin.

Athènes, place Syntagma, ce matin.

Commentaires publiés le 14 février 2014 :

Mag’Centre (en ligne) (13 fév 2014 / Catégorie : Mag’politique (voir Revue de presse).

ClairSeg  • 14 février 2014 à 9 h 41 min.

Le retour de Martine Aubry à Orléans ne peut pas se faire sans une prise de conscience des dessous de la politique socialiste à Lille, déshumanisante et clientéliste, qui n’accorde des droits humains qu’aux sympathisants de la municipalité. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Même commentaire sur Yahoo et LeFigaro.fr sur l’article : Martine Aubry revient sur le terrain des idées (Par Licourt, Julien | LeFigaro.fr – il y a 6 heures)

La maire de Lille doit tenir la deuxième réunion de son think tank, samedi, à Orléans. En retrait depuis son départ de la rue de Solférino, Martine Aubry, qui reste très populaire à gauche, décline toute ambition gouvernementale.

Municipales: les candidats à la mairie de Paris veulent sortir tous les SDF de la rue  (Par AFP | AFP – il y a 54 minutes)

Les principaux candidats à la mairie de Paris se sont engagés vendredi à poursuivre le nouvel objectif que s’est assigné Emmaüs et le Samu social: sortir tous les SDF de la rue à Paris avant 2020.

ClairSeg • il y a une seconde

Incroyable ! J’en connais une qui travaille à m’y envoyer ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 21 février 2014 :

Montebourg confirme la « renaissance » d’une compagnie nationale des mines (LeMonde.fr – il y a 4 heures)

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, confirme, vendredi 21 février dans un entretien au Parisien, la « renaissance » d’une « Compagnie nationale des mines de France » (CMF). […]Et de conclure : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. »

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 28 secondes

Le choix des termes pour annoncer la création de cette entreprise nationale me laisse pantoise : le Parti socialiste ne se cache plus et laisse libre cours à son inspiration monarchiste, aristocratique, passéiste : après la “Renaissance” d’Aubry lancée à Orléans le week-end dernier, le colbertisme de Montebourg :   « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. » J’ai peur que Monsieur Hollande ne soit ridicule en Roi Soleil ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Estocade dans la misère ?

Blog de Larrouturou

Blog de Larrouturou

Il me reste de quoi vivre trois à six mois tout au plus selon les dépenses que j’oserai ou pas – je l’entends : « pour tenter de me défendre ». Larrouturou et sa clique de partisans, de culs bénis, de bien-pensants peuvent s’indigner de l’indigence du peuple – ils en ont fait leur meilleure arme pour se constituer une clientèle comme pour abattre leurs prétendus ennemis … Et je n’ai jamais été leur « ennemie » avant qu’ils ne me choisissent de façon gratuite, à des fins démonstratives, comme bouc émissaire…

Je les accuse d’avoir fait de la misère une arme qu’ils entretiennent. Je les accuse de verser des larmes de crocodile sur le peuple. Je les accuse d’un cynisme sans borne : faux « Défenseurs des Droits de l’Homme » qu’ils accordent à la tête du client, faux « Gauchistes » inféodés à l’Amérique démocrate, capitaliste et catholique, vrais traîtres à leur pays qu’ils bradent pour un Oscar ou une Médaille du Mérite, et vrais traîtres au peuple qu’ils trompent avec un étalage de sentiments miséricordieux hypocrites…

Dans combien de mois, de semaines, serai-je réduite à faire les poubelles pour manger… alors que j’avais les moyens de me prendre en charge et que mon naufrage a été organisé par cette France du Vice et de la Honte qui se pavane au pouvoir : mise sur écoute, harcèlement, obstacles à l’emploi, etc..

Masques respiratoires

Masques respiratoires

Santé

Martine Aubry a imaginé la CMU mais c’est pour mieux l’accorder selon ses vœux. Depuis un an à peu près j’ai payé de ma poche les rares soins que je suis parvenue à obtenir… à force d’endurance devant les humiliations et les rebuffades, en changeant de médecin, de dentiste… J’ai à nouveau mal aux dents, et surtout je tousse. Il ne s’agit pas du rhume de l’automne. Je suis empoisonnée à petit feu chez moi, dans ma voiture. Il est difficile de me protéger. Je n’ai aucun recours possible auprès de la police, puisque c’est elle qui couvre mes tortionnaires et mes assassins. Je porte des masques respiratoires pour dormir, pour conduire, afin de limiter les heures d’exposition au poison. Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Logement

Logement

Logement

J’avais pris un logement à Athènes, avec un projet de création d’entreprise, assez grand pour envisager, si tout allait bien, de récupérer mes meubles entreposés à Lille et pour lesquels je paie un loyer de garde-meuble depuis 2008 – une fortune. J’ai vite compris que la maison où je m’étais installée était, comme la rue de Châteaudun, un foyer d’indicateurs de police et de calomniateurs qui travaillaient à ma perte. Je campe dans trois pièces à moitié vides. De septembre à novembre, j’ai cherché à me défendre hors de Grèce… sans succès. Lors de mon retour de France, fin novembre, j’ai cherché un autre logement… et je me suis aperçue que certains loueurs, au moins, savaient qui j’étais et présentaient le même profil que mes logeurs actuels. Comment me renseigner sur les propriétaires ? Faut-il se défier de tous ? Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Dictionnaire et Manuscrit

Dictionnaire et Manuscrit

Surveillance

Loin de trouver une quelconque satisfaction à la rédaction de ce blog, j’ai vécu sa reprise comme un déchirement… ou une condamnation aux galères. Lorsque j’allume mon ordinateur, je sais que les cinq étages de la maisonnée y ont accès. Rue de Châteaudun, il est arrivé que mes voisins interviennent sur la page que je rédigeais. Même  s’ils ne se manifestent pas, et sachant leur malveillance, vous aimeriez vous lancer dans la création d’une entreprise sous le regard indiscret de vos pires calomniateurs ? Vous voudriez  rédiger  un texte pour défendre votre cause, alors que vos pires calomniateurs ont accès à sa lecture dès sa rédaction, mot à mot, avec ses hésitations et ses biffures ? Je n’ai jamais souscrit d’abonnement à Internet. Je n’ai pas non plus le téléphone. J’ai repris le chemin du cybercafé où mon intimité est bien précaire. Je rédige mes textes à la main, avec l’aide de mon vieux Robert qui aurait besoin d’être changé, sur des feuilles de papier pliées en deux, que je planque dans mon sac à main… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

En ces jours de deuil planétaire : Hommage à Mandela.

 

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Commentaires mis en ligne les 6, 7 et 8 décembre 2013, alors que dans la rue défilent des régiments de policiers. Les Français ont peut-être du mal à discerner les bruits de bottes qui s’annoncent mais je les perçois très bien. Il faut dire que les Lillois qui font leurs courses à Euralille, au milieu des militaires en treillis, la mitraillette sur l’estomac, sont peut-être déjà blasés… A quoi sert la mitraillette à Euralille ?

Vendredi 06/12/2013

Le code de déontologie effectif le 1er janvier dans la police  (Reuters – il y a 2 heures 6 minutes)

 PARIS (Reuters) – Le port d’un numéro de matricule visible sur les uniformes et le nouveau code de déontologie commun à la police et à la gendarmerie françaises entreront en vigueur le 1er janvier prochain, annonce le ministère de l’Intérieur.

 ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

Je serais plutôt favorable à un code de déontologie de la police… Mais le respect de la loi, pour tous, et avec impartialité, ne devrait-il pas être suffisant ? Que peut-on faire lorsque les lois sont bafouées par une police aux ordres des politiques ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande: ses cinq boulets  (L’Express.fr – il y a 1 heure 47 minutes) Par Christophe Barbier, Agnès Laurent, Corinne Lhaïk, Christian Makarian, Eric Mandonnet, Benjamin Masse-Stamberger, Benjamin Sportouch et Marcelo Wesfreid, publié le 06/12/2013 à  19:53

À l’ordre du jour de François Hollande, ces prochains mois, la purge électorale au printemps, un remaniement à ne pas rater et une Europe à relancer. Le tout, avec quelques boulets de poids à traîner : 1. La réduction des dépenses publiques ; 2. La remise à plat de la fiscalité ; 3. L’impuissance face aux plans sociaux ; 4. Harlem Désir ; 5. Des Verts encombrants.

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

Parmi les boulets de Monsieur Hollande, on oublie les atteintes répétées aux Droits de l’Homme les plus élémentaires dont sont victimes certains citoyens français, en France comme à l’étranger… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Samedi 7 décembre 2013

Défilé sous tension en Grèce, cinq ans après la mort d’un jeune  (Reuters – il y a 12 heures) 

ATHENES (Reuters) – Des milliers de Grecs ont défilé vendredi dans le centre d’Athènes pour commémorer la mort d’un adolescent de 15 ans abattu par la police il y a cinq ans, un incident qui avait déclenché de violentes émeutes.

Henry C  •  il y a 11 heures (Yahoo)

Tous les policiers du monde sont des assassins en puissance aux ordres du pouvoir.

Réponse de ClairSeg • il y a une seconde

Justement, cela ne devrait pas être leur vocation ! Mais il y avait en effet beaucoup beaucoup de policiers hier soir sur Akadimias et dans les parages d’Exarhia… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Marseille – Mennucci : le parquet classe l’affaire sur ordre - Le Point.fr – Publié le 07/12/2013 à 09:14

Le parquet de Marseille vient de décider de classer sans suite l’enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts qui visait Patrick Mennucci et sa suppléante. (Rectificatif paru dans la presse quelques heures après cet article : « Marseille – Affaire Mennucci : l’enquête est close, mais pas classée »… Je ne crois pas que cela change grand chose…)

ClairSegle 07/12/2013 à 10:10 (Le Point)

Le scandale n’est pas récent, hélas…

La base de la démocratie, c’est la séparation des pouvoirs, et le respect d’une justice indépendante. La loi est écrite et votée par les représentants du peuple. Elle doit s’appliquer à tous de la même façon… Se taire face à ce genre de dérives, ce n’est pas être « un petit malin qui sait comment va la vie », c’est accepter de se corrompre. Et cela commence toujours par de petites choses auxquelles on ne prête pas attention… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller.

Le PS tente de réduire le scrutin municipal à des enjeux locaux - Par  Bourmaud, François-Xavier | LeFigaro.fr – il y a 52 minutes

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo et Le Figaro)

Le respect des Droits de l’Homme pour tous, sans exception, fera-t-il partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales: le PS ratifie ses listes, met en garde contre un « détournement » de l’élection par l’UMP - Par AFP  – il y a 2 heures 8 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La liberté d’expression fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Muncipales : le PS mobilisé contre le « vote sanction »  Par Le Nouvel Observateur avec AFP – il y a 2 heures 20 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo et Le Point / Article similaire)

La sanction contre une nomenklatura corrompue fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Dimanche 8 décembre 2013 :

Un quart des Européens menacés de pauvreté ou d’exclusion en 2012 (Le Point.fr – Publié le 05/12/2013 à 14:17)

La tendance est à la hausse puisque 24,8 % des Européens étaient concernés en 2012, contre 24,3 % en 2011 et 23,7 % en 2008.

ClairSeg • La misère est une arme politique !   (Le Point)

La misère est devenue une arme politique ! A droite comme à gauche, les politiques l’exploitent pour se constituer une clientèle ou pour faire taire les contestataires et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, dérangent… 24,8% des Européens, c’est énorme… C’est de la souffrance pour ceux qui le vivent, …et une peur lancinante pour tous ceux qui ne sont pas à l’abri des aléas… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le problème de la laïcité à la lyonnaise   (Par Slate.fr | Slate.fr – il y a 38 minutes)

Subventions aux catholiques, avec l’accord de la gauche…

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La « gauche catholique », c’est le nouveau « must » du parti socialiste, la réponse miséricordieuse à la misère, plus redoutable que la solidarité, les Droits de l’Homme, la liberté d’expression ou le refus d’une nomenklatura corrompue et embourgeoisée… C’est la révolution pacifique des gobeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Florilège du Paris «bienveillant» d’Anne Hidalgo  (Par Libération.fr | Liberation.fr – il y a 1 heure 8 minutes)

La candidate socialiste a détaillé son programme ce dimanche. Extraits. A quoi ressemblerait le Paris d’Anne Hidalgo? Une ville avant tout «bienveillante» pour ses habitants, et une «Ville Monde» ouverte «à la diversité». Où l’on vivrait moins cher, où les impôts n’augmenteraient pas pendant six ans, et où seraient investis 7,5 milliards d’euros pendant la même période.,,

ClairSeg • il y a une seconde

Le Paris « bienveillant » se fera-t-il sur le modèle de celui de Lille, où officie son époux, Jean-Marc Germain ? Avec lynchage collectif couvert par la municipalité, déni de justice, atteintes aux Droits de l’Homme, harcèlement, etc., etc…? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande, radioscopie d’une impopularité      (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 2 heures 50 minutes)

 POLITIQUE – Un sondage exclusif réalisé par l’institut Polling Vox pour «20 Minutes» avec le soutien de Clameo.fr révèle les failles du chef de l’Etat, selon l’opinion…

ClairSeg • il y a une seconde

Il n’y a pas de justice possible alors que le parti socialiste a renoncé à toutes ses valeurs pour établir son pouvoir sur un système de clientèles et de complicités, au mépris même des Droits de l’Homme les plus élémentaires ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales en Charente-Maritime : batailles chez les socialistes     (Sud-Ouest / Saintes - Publié le 06/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 06/12/2013 à 08h36 - Par Marie-Claude Aristégui)

Jean-François Fountaine part en dissident à La Rochelle. Et Jean Rouger aussi à Saintes.

clairseg  08/12/2013, à 21h30

Mais que se passe-t-il au parti socialiste de Charente-Maritime ? Les règles démocratiques ne sont-elles plus respectées? Ne me dites pas que la Liberté d’expression serait en danger ou bien que les Droits de l’Homme seraient menacés ? Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

« J’ai mal aux dents »

C’est la rentrée !

Les professeurs se sont présentés ce matin, vendredi 2 septembre 2011, dans leurs établissements scolaires et les élèves prendront le chemin de l’école lundi 5. Les anciens vacanciers repeuplent les rues de Lille. La Braderie se prépare : la reprise du travail commence par une fête dans la capitale du nord. C’est la rentrée !

Que de questions et d’appréhensions avant la reprise. Pensez-vous que cette année votre patron sera informé de vos conversations domestiques ? Vos collègues auront-ils un droit de regard sur votre sexualité ? Y aura-t-il un micro sous votre oreiller ?

Après deux mois d’oubli, c’est le moment de prendre des résolutions. Votre père répondra-t-il à vos questions ? Et répondrez-vous cette année à celles de vos enfants ? Exposerez-vous vos gamins à l’inconscient délétère de l’écrivain Marie-Aude Murail, fer de lance de l’Education Nationale et de la littérature jeunesse, qui dit d’elle-même : « Je parle comme on viole » (1) ? Laisserez-vous les idées rétrogrades de la phallocratie et de la misogynie modeler leur imaginaire ? Vous avez tous lu les Droits de l’Homme ! Ceux de la Femme seront-ils différents cette année ?

La grande question de la rentrée est de savoir si le lynchage collectif sera la justice de l’année. Participerez-vous à la traque locale ou oserez-vous vous indigner ? Rappelez-vous les paroles de Willy Brandt dont Lille a fait sa devise : « Ne l’oubliez jamais : celui qui laisse se prolonger une injustice, ouvre la voie à la suivante »(2).

J’ai mal aux dents.

Leçon d’Humanité

Ma situation se dégrade encore. Les atteintes à la vie privée et aux libertés fondamentales sont insupportables et relèvent de la torture collective lorsqu’elles sont perpétrées sous les quolibets et les insultes de l’Etat comme de l’Homme de la rue. La bourgeoisie locale est en train de me « voler » mon appartement, il n’y a pas d’autre mot pour le dire, tandis qu’elle tente de me terrifier et de me réduire au silence en agitant le spectre d’une « clochardisation » : je pourrais d’ici quelques semaines tout au plus être jetée à la rue… Je suppose qu’elle espère négocier ma sujétion contre l’octroi d’un logement social minable et d’une allocation de survie, qui me maintiendraient dans une misère décente aux yeux de la population. Une femme comme moi, qui a fait plus de dix ans d’études, brillantes, et qui les a réussies, qui a enseigné ensuite pendant près de dix autres années, qui est débordante d’énergie, de vitalité et d’inventivité, peut-elle se laisser réduire à une vie misérable en échange d’un bol de soupe ? La monstruosité d’un tel projet ne rabaisse que ceux qui l’on conçu.

Le public averti, qui a accès aux informations illégales qui se transmettent entre affranchis, manifeste partout la même jouissance de participer impunément à un lynchage collectif : depuis les insultes caractérisées ou implicites, jusqu’aux questions bénignes, mais tout aussi abjectes que des attaques, sur « toutes les petites poches de mon sac à main » par exemple (!), ce public prend plaisir à s’imaginer intelligent là où il n’est que victime d’une manipulation. Mes réactions sont prévues comme une mécanique instinctive, mais ces intellectuels cyniques ont pris la précaution de préparer le terrain par une multitude de petites insinuations qui finissent par prendre sens sur la durée : je devrais faire de la politique et lire L’Humanité. Après avoir rejeté le catholicisme, je devrais me tourner vers le parti communiste, un parti dont je me suis pourtant écartée dès l’adolescence, et pour une raison simple : je suis opposée à toute forme de dictature, y compris la dictature du prolétariat. Que reste-t-il alors ? Mais la condamnation suprême… Depuis le cultureux gauchiste jusqu’au catholique bigot, en passant par la féministe et la lesbienne, si jamais celles-ci sont aussi anglicistes ou normaliennes, chacun y va de sa grille de lecture, qu’il adapte en fonction de ses propres lubies. Ils comprennent, ils commentent, ils savent. La seule chose qu’ils sont incapables de concevoir, c’est leur propre aveuglement, et leur communion collective, par delà toutes les barrières idéologiques, religieuses, politiques, dans un seul sentiment dominant : la misogynie.

Une culpabilité lancinante joue aussi son rôle dans leur acharnement. Depuis Marie-Aude Murail et sa clique, jusqu’aux derniers ennemis identifiés, et sortis du chapeau par miracle, tous ont un point commun : ils sont nés vers 1950, à deux ou trois ans près, ou sont les enfants d’adultes nés vers 1950 !  Plus âgés que moi d’une quinzaine d’années, ils sont hantés par l’idée de répétition et par la culpabilité de la génération de leurs parents. Tout au long de l’été, j’ai été confrontée à d’anciens élèves du collège Albert Samain, à Roubaix, où j’étais en poste avant ma démission. J’ai fini par m’apercevoir que ces rencontres, en apparence fortuites, étaient en fait organisées par des éducateurs qui cherchent à me convaincre que je ne peux pas condamner des professeurs après en avoir été un moi-même. Or je récuse toute culpabilité et toute circularité des « fautes ». Je ne crois ni à la répétition, ni à la fatalité, ni aux recettes psychologiques. Elles n’adviennent que si on les accepte. Et chacun peut s’en libérer s’il le désire. Quant à savoir si j’ai été ou non un bon professeur, je ne vois pas qui pourrait en juger avec justice compte tenu du harcèlement insupportable, et qui est allé jusqu’aux menaces de mort, que j’ai enduré tout le temps où j’ai enseigné… un harcèlement qui était le fait de l’administration comme du corps enseignant. Les cours en tout cas ont toujours été assurés avec le plus grand sérieux. La seule chose que je vois, c’est la monstruosité d’adultes qui sont en train d’instrumentaliser à leur profit des jeunes gens, choisis parmi les plus fragiles, qu’ils poussent aux insultes et à la haine, pour servir les intérêts de leur caste.

J’ai mal aux dents.

Impunité

L’esprit de caste est bien la dominante des adversaires que je dois affronter : le réseau, à forte composante familiale et corporatiste, est constitué d’une petite bourgeoisie montante, qui doit encore travailler dur pour gagner (très) bien sa vie, et qui frappe à la porte du club des riches. A Lille, dès que la situation financière le permet, ces besogneux s’offrent une jolie propriété dans le triangle des bermudas bourgeois situé entre Tourcoing, Mouvaux et Bondues. Ils rêvent d’enfiler le pantalon et de se targuer de la respectabilité que confère le costume. Mais pour cela il faut à ces « jeunes gens de bonne famille » et à leurs parents  l’impunité : pas de plainte à leur encontre, pas de tache au blason qui s’élabore.

Je dois reconnaître qu’ils ont le bras long. Ma dernière plainte, nominale enfin (mon enquête progresse), contre un des membres de la bande, M. S., a fait long feu. En un mois, cette plainte pour « Injure publique / Diffamation publique », comportant 19 pages dont 13 de documents établissant les faits, a été classée sans suite au motif que : « Les faits dont vous vous êtes plaint ne sont pas punis par la loi » ! Je portais plainte pour diffamation, témoignant aussi d’une connaissance anormale de ma vie privée. Cette jeune femme, lilloise, outre les insultes et les jugements diffamatoires qu’elle se permet, connaît par exemple le prénom du jeune vendangeur bourguignon dont je fais le portrait dans le texte « Vendanges dans le Beaujolais »(3), alors qu’elle prétend m’avoir rencontrée quelques jours plus tôt à Rihour lors d’une distribution de petits papiers. D’autres incidents des dites vendanges, jamais racontées, apparaissent ailleurs dans son blog.

Elle invite aussi son ami bourguignon à répondre à ma « lettre » ! Quelle lettre ? Mon texte n’est pas une « lettre »… En y regardant de plus près, je découvre que la jeune femme multiplie dans son blog, lorsqu’elle parle de moi, des insinuations sur le thème de la « Lettre », insinuations que je déplore aussi depuis des années dans mon entourage, sans obtenir de réponse à mes questions, et que j’avais déjà évoquées dans ma plainte contre mon père. Je trouve que cela fait beaucoup.

J’invite donc cette jeune femme, que je ne connais pas, avec laquelle je ne partage pas de connaissances, et que j’ai mis plusieurs semaines à identifier, à répondre elle-même à mes questions : comment me connaît-elle ? Quelles sont ses relations avec les vendangeurs du Beaujolais ? Que signifient ses insinuations sur le thème de la « Lettre » ? Tiens, de façon exceptionnelle, je lui laisse les commentaires ouverts ! Mais qu’elle soit certaine, si elle ne se manifeste pas, que je trouverai une occasion prochaine de lui poser mes questions de vive voix, et de préférence en public. Emotive comme je l’ai découverte la première fois où je l’ai abordée, elle devrait peut-être munir son sac à main d’un sucre ou d’un flacon de sels… Quoique, après tout, elle ne risque pas grand chose : l’impunité lui est acquise.

J’ai mal aux dents.

« Le symptôme final ! Le grand symptôme ! » (4)

J’ai passé l’âge de jouer à l’élève et je n’ai aucune envie de rejoindre le camp des professeurs assassins. Enfin je préfèrerais être guérie du mal de dents par un dentiste plutôt que par un croque-mort. Si je crains, à juste titre, les coups de poignard en traître, je n’ai pas peur d’avoir à rendre compte de mes actes, ni de monter au combat. Cette jeune femme ne me fera endosser aucun brassard politique. J’ai la conscience tranquille. Je n’ai aucun cadavre à faire porter par la bonne. D’ailleurs je n’ai pas de bonne non plus. Et je m’en trouve bien.

J’ai mal aux dents.

Et je crois qu’il est grand temps de régler le problème.

Notes :

1. Marie-Aude Murail, revue Phréatique, n°30-31, Hiver 1984, p. 172. Voir le fichier « Origine des calomnies », dans l’article du 26/11/2010 : « A l’ombre tutélaire de l’avantageux ministre, Monsieur Xavier Darcos« ; voir aussi les articles « Manipulation & intimidation« , du 26/11/2010, et « Une exécution publique« , du 04/03/2011.

2. Willy Brandt, 14 septembre 1992, « Vergesst nicht : Wer unrecht lange geschehen lässt, bahnt dem nächsten den Weg », avenue Willy Brandt à Lille, entre la gare Lille-Flandres et Euralille.

3. Blog, « Vendanges dans le Beaujolais », texte inséré dans l’article du 13/12/2010, « Emploi : le droit au travail existe-t-il encore en France ? ».

4. Eugène Ionesco, La Leçon, édition présentée par Emmanuel Jacquart pour Gallimard, coll. Folio; La Leçon, 1954; la préface, 1991; le dossier, 1994; p. 79.

La courte pièce de théâtre met en scène trois personnages. Une jeune fille se présente chez un professeur pour prendre des leçons. Il commence par l’arithmétique, enchaîne par la philologie. Sa bonne, Marie, le met en garde, mais il refuse de l’écouter. De timide, il devient agressif. La jeune fille se met à avoir mal aux dents. Il finit par la tuer. La bonne le gronde mais l’aide à se débarrasser du cadavre de la jeune fille, l’une des 40 victimes de la journée.

Plainte contre M.S. classée sans suite :

Plainte classée sans suite

Médecine : l’accès aux soins n’est plus garanti à 100%.

Dent arrachée.   Dent arrachée.
La dent malade que je n’ai jamais pu faire soigner a finalement été arrachée. J’ai vu au total cinq dentistes différents et un stomatologue, sans parvenir à obtenir les soins appropriés. 

J’ai encore deux dents cariées qui auraient besoin de soins et un plombage à faire refaire : « Pour mon confort », un dentiste, qui par ailleurs ne m’a apporté aucun des autres soins dont j’aurais eu besoin, « a retouché un de mes plombages entre la dernière molaire en bas à gauche et l’avant-dernière », du côté opposé à la dent qui me faisait tant souffrir : « ça irait beaucoup mieux après ». Hélas « je n’ai pas mis longtemps à comprendre que le « plombage retouché » s’avérait insupportable. Au lieu que les dents se touchent, limitant les risques de bourrages inter-dentaires, elles sont à présent écartées et les aliments se glissent entre elles. C’est extrêmement pénible, en particulier lorsque je mange de la viande. Je suis maintenant obligée de me nettoyer la bouche avec du fil dentaire après presque chaque repas ».

Ma plainte en justice, qui date du 20 octobre 2010, a connu un traitement d’une rapidité extraordinaire. J’ai déjà eu une réponse, alors que certaines de mes plaintes attendent depuis des années : les faits que je dénonce ne constituent pas « des infractions pénales »…

Vous avez du mal à comprendre les enjeux du scandale ?

Mais connaissez-vous un dentiste, excellent praticien et honnête homme (ou femme), qui, en toute connaissance de cause, et après avoir lu mon blog, accepterait de me soigner les dents ?

Si oui : contactez-moi. Il n’y a pas d’astérisque dans l’annuaire pour signaler la perle rare.

Si non : aidez-moi à réclamer justice.




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Syndicat CFTC de l'Insertion
| movin'
| Justice et liberté