Archive pour le Tag 'Mensonges politiques'

« Coma profond » des Français ?

 

Ecueils sur le rivage sud-américain.

Ecueils sur le rivage sud-américain.

La fenêtre dans laquelle je pouvais espérer m’exprimer, sans parler tout à fait dans le vide, s’est déjà refermée. Les quelques jours qui ont suivi les élections municipales et leur enjeu de politique nationale étaient bien « délicats » puisque mes commentaires ont été censurés sur Libération et Le Figaro. Ils sont à nouveau publiés et les Français apathiques restent silencieux. 

La vie infernale que me fait endurer l’intelligentsia française ne m’obligera pas à rentrer en France. C’est inconcevable. De même, les jeunes prédateurs du monde culturel comme les vieux croûtons soixante-huitards, et retraités de la psychiatrie européenne, qu’on envoie à ma rencontre pour me calomnier avec plus de poids parviennent peut-être à me plonger pour quelques jours dans la mélancolie. Mais ils ne font que renforcer sur le long terme le formidable mépris que je me suis forgé pour les méthodes des normaliens et autres intellectuels qui s’acharnent contre moi. Ils viennent surtout raffermir ma détermination à poursuivre mon combat. On ne renonce pas à se battre contre le Mal absolu.

Le silence qu’on m’oppose demeure douloureux puisque je ne peux ni me défendre contre les calomnies ni revendiquer ce pour quoi je serais prête à lutter. Il m’impose de vivre dans un monde parallèle où je n’ai plus de point d’attache avec les autres êtres humains dès lors que toutes les tentatives de dialogue sont sapées à la base. Il ne m’obligera pas pour autant à me taire.

Mon départ de Grèce, alors que j’étais arrivée au point de rupture, me permet au moins de prendre un peu de distance avec le combat que je mène. Et de faire des constats : par exemple que ma toux a disparu après mon départ, sans rechute, et dès mon passage par Bruxelles, où il faisait pourtant beaucoup plus froid qu’à Athènes.

Je n’ai rien à ajouter sur ce que je perçois outre-Atlantique de la vie politique française que je n’aie déjà dit dans les commentaires publiés en ligne ces derniers jours. Mais ma combativité est intacte et le blog reste toujours ouvert.

 

Mosaïque Sud-Amérique

Mosaïque Sud-Amérique

Commentaire publié le 3 avril 2014 :

Le PS est dans un état de «coma profond» pour Emmanuelli  (Par Libération.fr  | Liberation.fr – il y a 1 heure 7 minutes)

Le député socialiste Henri Emmanuelli a appelé à la tenue d’un Congrès extraordinaire du Parti socialiste ou à une démission du premier secrétaire, Harlem Désir, estimant dans une interview à Mediapart diffusée jeudi que ce parti, «parc à moutons», était plongé dans un état de «coma profond». «Le PS n’existe plus. Ni à l’attaque, ni en défense», s’exaspère le député des Landes, qui fut lui-même premier secrétaire du PS, de 1994 à 1995.

ClairSeg • il y a une seconde  (Publié sur Yahoo et sur Libération)

Le Parti socialiste est dans un « coma profond » parce qu’il ne veut pas se poser les questions idéologiques (et morales) fondamentales sur lesquelles il aurait dû débattre depuis longtemps : ses rapports avec les Etats-Unis, son acceptation hypocrite du libéralisme, ses mensonges au peuple, et quelques affaires honteuses comme la mise à mort collective de Claire Seguin auxquelles il oppose un déni suicidaire. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 4 avril 2014 : L’avertissement des députés socialistes à Manuel Valls (Le Point.fr – Publié le 03/04/2014 à 18:42 - Modifié le 03/04/2014 à 21:11  Par Michel REVOL)

Une cinquantaine d’élus frondeurs de gauche s’apprêtent à publier un texte dans lequel ils demandent « un nouveau contrat de majorité ».

ClairSeg •  Avertissement très circonspect…  (Publié)

La contestation au sein du Parti socialiste, lorsqu’elle est menée par des élus qui déclarent d’emblée « Nous sommes tous des hollandais », me laisse très dubitative. Ma méfiance est renforcée par la présence d’aubrystes comme l’éternel Jean-Marc Germain dans ce petit comité. On a l’impression une fois encore que l’apparente dissidence n’est mise en avant que pour mieux tromper les électeurs de gauche et maintenir le pouvoir en place, dans l’espoir de récupérer la situation plutôt que de mener une véritable réflexion sur l’évolution idéologique des socialistes. Faire croire au peuple qu’il reste encore quelques élus socialistes qui défendent des idées de gauche… Et surtout dissuader les Français de se mettre à réfléchir par eux-mêmes… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Les États-Unis voulaient déstabiliser Cuba avec un réseau social (Par Raynaud, Isabelle | LeFigaro.fr – il y a 33 minutes)

La Maison-Blanche, qui a reconnu avoir financé le Twitter cubain ZunZuneo, dément les accusations et parle d’aide au développement. Iran, Egypte, Tunisie… Les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans l’organisation des rassemblements de manifestants contre les pouvoirs en place. Les Etats-Unis auraient aimé ajouter Cuba à cette liste. Pour cela, ils ont développé une version cubaine de Twitter, ZunZuneo, avec lequel ils voulaient ébranler le gouvernement de Castro, a révélé jeudi l’agence de presse américaine AP.

ClairSeg • il y a une seconde  (Publié sur Yahoo mais refusé sur Le Figaro)

Pour les Etats-Unis, la Guerre Froide est toujours d’actualité et la propagande est une arme de guerre privilégiée, en particulier dans le domaine de la culture et des loisirs. Les entreprises de déstabilisation dans les sociétés étrangères, y compris européennes, sont multiples, violentes, souvent secrètes, et toujours d’un cynisme sans retenue… C’est l’autre facette beaucoup moins sympathique de l’Oncle Sam impérialiste. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

François Hollande à ses ministres : «Aller plus vite, faire plus simple» (Par David, Romain | LeFigaro.fr – il y a 29 minutes)

Le discours est digne de celui d’un général à l’aube d’une bataille cruciale. Pour le premier Conseil des ministres de l’ère Valls, François Hollande a voulu galvaniser son «gouvernement de combat». «Combat contre quoi? Contre le fatalisme, la résignation, la défiance à l’égard des institutions. Combat pour, surtout. Pour l’avenir, l’espoir, la confiance dans notre destin.

ClairSeg • il y a une seconde  (Publié sur Yahoo et sur Le Figaro)

Si ce nouveau gouvernement était capable, avec les mêmes ministres que le précédent, d’aller plus vite et de faire simple dans la reconnaissance de mon propre combat pour mes droits humains fondamentaux, je serais heureuse de ne plus avoir à lutter contre les forces contraires qui minent la confiance des Français dans leur avenir et dans leur destin. Mais en est-il capable ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Visite surprise de François Hollande dans un forum européen de la culture (Par AFP | AFP – il y a 2 heures 23 minutes)

François Hollande a rendu vendredi une visite surprise à un forum européen de la culture organisé par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, tout juste reconduite dans ses fonctions, au Palais de Chaillot, à Paris. Le « Forum de Chaillot – Avenir de la Culture, Avenir de l’Europe » devait plancher vendredi et samedi sur la question des droits d’auteur, de la diversité culturelle, du financement de la création ou de la régulation…

ClairSeg • il y a une seconde  (Publié sur Yahoo)

Quand François Hollande fait la cour aux normaliens, écrivains, cinéastes, et autres cultureux, mes chances de survie s’amenuisent. Il ne va tout de même pas fâcher son meilleur réservoir d’électeurs pour rendre justice à une citoyenne française… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 5 avril 2014 :

Martine Aubry réélue pour un troisième mandat à Lille #mun59000  (Par AFP | AFP – il y a 9 heures)

La socialiste Martine Aubry a été réélue maire de Lille vendredi soir. […] Martine Aubry s’était assuré une réélection confortable dimanche soir quand sa liste, fusionnée avec EELV entre les deux tours, avait recueilli 52,05% des suffrages exprimés. […] « Mes premières pensées vont aux Lillois, » […]  a déclaré Mme Aubry, saluant leur « capacité si unique à savoir vivre ensemble » et qui ont par leur vote donné « une marque d’adhésion au travail mené depuis 13 ans ». Revenant sur la forte abstention (51,36%) et le sursaut électoral du Front national (18,22%), Martine Aubry se donne pour « ambition majeure » de « réconcilier les habitants avec l’action politique »…

ClairSeg • il y a une seconde  (Publié sur Yahoo)

Je ne connais que trop bien, hélas, la capacité « si unique » des Lillois à vivre ensemble mais en dépit du succès de Martine Aubry, je note tout de même une abstention à 51,36 %, très au-dessus du taux pourtant exceptionnel de l’abstention en France, estimée elle à près de 38 % ! Une splendide performance des socialistes du Nord, qui assurent la reconduite de leur équipe avec les votes d’un quart seulement de leurs électeurs et qui vont vivre plus que jamais de l’entre-soi de leurs militants… ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Conseil des ministres : Manuel Valls expose sa méthode (Par Rovan, Anne | LeFigaro.fr – il y a 18 heures)

Le premier ministre a détaillé vendredi le dispositif de travail de son équipe. Il innove en créant un «Conseil des ministres bis» à Matignon.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo et sur Le Figaro)

Est-ce que ce nouveau premier ministre ferait aussi un effort de communication pour écouter mes appels à la Justice et ma revendication sur le droit de travailler et de gagner ma vie ? Comme beaucoup de Français, et pas seulement à gauche, je n’ai pas de fortune personnelle me permettant de vivre de mes revenus ! Les calomnies, la surveillance de mes contacts par mail, de mes déplacements, de mes écrits sur mon propre ordinateur, etc. etc. me livrent à un chômage absolu et mes derniers mois à l’étranger, désespérants, m’ont surtout prouvé que les frontières n’existent plus contre le harcèlement. Aujourd’hui, 5 avril 2014, la situation est au point mort. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Mensonges planétaires autour de la femme pourchassée

Brasilia, Bibliothèque nationale, Musée national, Cathédrale et Ministères futuristes.

Brasilia, Bibliothèque nationale, Musée national, Cathédrale et Ministères futuristes.

L’intelligentsia française persiste à décliner toutes les facettes des calomnies misogynes pour nuire à mon confort et m’empêcher de m’insérer dans une société étrangère. En France, elle me ridiculise. Mais cette effervescence qui paraît si futile mobilise pourtant la police internationale à chacun de mes déplacements. Le lendemain matin de mon arrivée au Brésil, la Tourist Police était à la réception de mon hostel et mon passeport avait été photographié. On voulait savoir où j’allais. Le même matin, je trouvais dans mon courrier électronique un mail de mon père dont le harcèlement avait pourtant été endigué après la publication de l’article « Révolte : Exit le panier de crabes » du 28 juillet 2012.

Ce monsieur qui me propose soudain son « aide » mais estime ne pas avoir « les moyens de communiquer » avec moi pourrait peut-être commencer par répondre aux questions que je lui ai posées, à maintes reprises, et d’abord de vive voix. Le recours à la simplicité est souvent la meilleure façon d’établir la communication. Il pourrait aussi m’expliquer depuis quand il est ainsi à la botte de la police française et internationale. Le père qui m’a élevée était un obscur instituteur agricole qui enseignait dans un collège rural. Je ne lui connaissais aucun lien avec la police. Je n’avais jamais vu la police à la maison.

Je n’ai plus grand-chose à dire à cette intelligentsia française, Education nationale comprise, qui m’a condamnée il y a trente ans à un viol et à un lynchage collectifs, me refusant non seulement toute vie de femme mais aussi le respect le plus élémentaire de mes droits humains fondamentaux. Seules subsistent quelques questions lancinantes : mais de quoi m’a-t-on accusée ? Pourquoi le dialogue est-il impossible à établir ? Vers quelle dégradation morale la société française s’achemine-t-elle ?

Vu de l’étranger, le spectacle que donne la France est assez déplorable : effondrement du Parti socialiste, berlusconisation de la politique, montée dramatique et honteuse de l’extrême-droite… La réflexion politique est à son degré zéro : l’argument du « Moins pire » est brandi par le Parti socialiste en guise de programme politique et tue dans l’œuf toute velléité de pensée chez son électorat : Avale les mensonges, Peuple français, avale les couleuvres, avale les trahisons, le Parti socialiste sera toujours « Moins pire » que le Front national ! Mais n’est-ce pas là-encore un montage politique ?

1971 François Mitterrand, sympathisant avoué d’Action française dans sa jeunesse et décoré de la Francisque, intègre le Parti socialiste au congrès d’Epinay, coopté par Pierre Mauroy.

1972 Le Front National est créé, brouillant lui-aussi les repères politiques puisque l’appellation avait désigné pendant la guerre un groupe de résistants communistes indépendants, armés en Corse par le Général Giraud installé à Alger, au grand dam du Général de Gaulle.

1981 François Mitterrand est élu Président de la République française.

1983 Le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy retourne sa veste et s’adonne au libéralisme.

1984 Première percée historique du Front National aux élections européennes et mise en place de la politique socialiste du « Moins pire » et de la dénonciation hystérique et ridicule des compromissions politiques, vilipendées chez le citoyen ordinaire que l’on dresse à haïr son frère, mais considérées comme « normales » dans l’intelligentsia qui ne se formalise de rien et surtout pas des amitiés de son Grand Président, Monsieur Mitterrand, avec René Bousquet ou ses amis landais. Trente ans plus tard, rien n’a changé, comme en témoignent l’affaire Cahuzac et le fameux compte en Suisse du ministre socialiste, ouvert par un ami intime avocat et militant d’Extrême-droite. Pour cacher quel argent, ce compte en Suisse ?

Je n’ai plus grand-chose à dire à cette intelligentsia française, Education nationale comprise, mais je tiens toujours le loup par les oreilles. Abandonnée de tous, au bord du gouffre, errant à travers l’Amérique du Sud puisqu’il n’était bien sûr pas concevable de rester au Brésil, sans grand espoir d’une vie meilleure, rêvant d’une contrée où je pourrais retrouver ma place, apprenant à accepter l’idée de la Mort, découvrant un monde si éloigné du littoral charentais de mon enfance… j’observe avec ironie et distanciation l’onde lointaine qui rayonne de France depuis mon départ, le nouveau scandale lancé par Le Monde, en guise de variante à l’affaire Snowden, sur les écoutes de Sarkozy, ou la façon dont Martine Aubry prépare la récupération de la situation, avec ses complices Germain et Hidalgo en figures de proue, pour imposer son extrême-gauche catholique et américaine, chantres inconditionnels de la religion du « Moins pire »…

N’est-ce pas un peu ridicule, cette fille à papa réactionnaire qui a repris en charge le projet politique paternel et brandit sa féminité pour mieux se concilier la phallocratie ? Est-elle la seule à avoir adopté cette posture ?

Ma combativité est intacte et le blog reste toujours ouvert.

Déclaration universelle des Droits de l'Homme I

Déclaration universelle des Droits de l’Homme I

Commentaires mis en ligne le 30 mars 2014 :

Jean-Marc Ayrault, une semaine sur le fil (Libération, 29 mars 2014, 09 :11) Par Laure Bretton

Après la claque du premier tour des élections municipales, le Premier ministre a subi les critiques de la majorité et tenté de reprendre la main.

ClairSeg • (message non publié par Libération)

L’échec du gouvernement Ayrault, c’est d’abord l’échec du gouvernement des professeurs, qui laissent pourrir les situations conflictuelles, n’ont pas le courage de s’affirmer, espèrent s’en sortir à l’usure, se montrent aussi obtus qu’ils sont tenaces, appliquent des recettes apprises dans les manuels, refusent de regarder la réalité en face… Leur suffisance est telle qu’ils ne se rendent même plus compte que le peuple n’est pas dupe… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le PS au bord de la crise de nerfs (Le Figaro, 26/03/2014). Par François-Xavier Bourmaud.

Le coup de grâce? À quatre jours du second tour des élections municipales, l’annonce d’une forte hausse du chômage en février semble sonner le glas des espoirs déjà bien minces des socialistes de réussir à inverser la tendance dimanche prochain. […] Signe que l’incendie n’est cette fois pas circonscrit à la seule aile gauche du PS, c’est de partout que montent les récriminations…

ClairSeg • (message refusé par le modérateur qui ne l’a pas publié)

Le feu aux poudres, ce pourrait être qu’éclate enfin le scandale politique qui a déchu Claire Seguin de sa citoyenneté et l’a privée de ses droits humains fondamentaux. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Censure de la loi « Florange » : les députés socialistes cherchent la parade (Le Point.fr – Publié le 28/03/2014 à 09:09 - Modifié le 28/03/2014 à 17:26) 

Déçus, voire abasourdis de la décision du Conseil constitutionnel, les élus de la majorité assurent qu’ils remettront l’ouvrage sur le métier.

ClairSeg • Effets de manche ?  (Publié)

Le droit à l’emploi au même niveau que le droit de propriété dans la constitution ?  Cela me semble une idée remarquable ! Hélas, lorsqu’elle est défendue par Jean-Marc Germain, l’ancien bras droit de Martine Aubry à la municipalité de Lille, une ville où j’ai vécu un véritable déni de justice, où j’ai perdu tous mes droits humains les plus fondamentaux, et en particulier le droit de travailler pour subvenir à mes besoins… j’ai très peur que l’avocat ne soit pas à la hauteur de ses ambitions. J’irais même, si j’osais, jusqu’à le taxer d’hypocrisie… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Après les résultats du scrutin des municipales :

Jean-Marc Ayrault prend « sa part » dans la défaite de la majorité (Reuters – il y a 1 heure 29 minutes)

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a pris dimanche « toute sa part » dans « la défaite » de la majorité aux élections municipales, affirmant que François Hollande tirerait « les enseignements de ce scrutin ». « Il le fera dans l’intérêt de la France », a ajouté le chef du gouvernement dans une déclaration à Matignon, promettant que les réformes à venir seraient empreintes de « justice sociale ».

& VIDÉO. Municipales 2014, second tour – Ayrault : « Une responsabilité collective, j’y prends toute ma part » (Le Point.fr – Publié le 30/03/2014 à 22:19 - Modifié le 30/03/2014 à 23:04)

Les municipales « ont été marquées par la désaffection significative de celles et ceux qui nous ont fait confiance en 2012″, a déclaré le Premier ministre.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo et Le Point)

Il serait temps en effet que la Justice sociale retrouve tout son sens dans un pays qui était pourtant un modèle d’équité dans le monde. Mais le Parti socialiste sera-t-il capable de faire face au besoin de vérité de ce pays et d’avouer ses mensonges les plus éhontés ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

La dernière chance de François Hollande  (Le Figaro – L’éditorial d’Alexis Brézet – 30.03.2014)

Ce n’est pas une vague, c’est un tsunami! Le premier tour avait été cruel pour François Hollande, le second est assassin. Amplifiée par une abstention galopante, la débâcle rose est quasi générale.

ClairSeg • (message refusé par le modérateur qui ne l’a pas publié)

Le grand tournant du gouvernement socialiste, ce serait de faire face à ses mensonges et à ses tricheries et de jouer enfin la carte de la vérité. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales: autour de 38%, l’abstention risque d’atteindre un sommet (Par AFP | AFP – il y a 1 heure 33 minutes)

Le niveau d’abstention s’orientait dimanche en début de soirée vers un niveau jamais atteint pour un second tour des municipales sous la Ve République, avec un taux final estimé par les instituts de sondages entre 38 et 38,5%.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo)

L’abstention est symptomatique de l’état du pays ! Pour qui voter lorsqu’on refuse de se laisser entraîner par la pure démagogie ? Et auprès de qui réclamer le courage d’un discours de vérité ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales : la déroute se confirme pour le PS  (Libération – LAURE EQUY ET DOMINIQUE ALBERTINI 30 MARS 2014 À 20:21 - MIS À JOUR : 31 MARS 2014 À 00:08)

Une abstention toujours forte, de nouvelles mairies Front national, de grandes villes perdues par le PS : le second tour des élections municipales semble confirmer les tendances du premier. 

ClairSeg • (Non publié par Libération)

Pour garder la confiance de son électorat, il faut commencer par le respecter. Le Parti socialiste s’est enlisé dans les mensonges et s’est contenté d’effets d’annonce que la réalité des faits a tous contredits. Il est temps qu’il accepte de faire face à la réalité et de tenir un discours de vérité. Sur tous les plans… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires du lundi 31 mars 2014 :

Après la claque, le casse-tête du remaniement (Par Audrey Salor | Le Nouvel Observateur – il y a 1 heure 24 minutes)

Le changement, c’est maintenant, mais quand exactement ? Au lendemain d’élections municipales très sévères pour les socialistes, défaits jusque dans leurs fiefs historiques, l’annonce d’un remaniement, sur toutes les lèvres depuis plusieurs semaines, devrait survenir dans les prochaines heures.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo)

Le vrai changement, ce serait que les socialistes s’aperçoivent que le peuple qu’ils représentent n’est pas une abstraction qu’on manipule au gré de ses intérêts mais qu’il est constitué de véritables êtres humains qui pensent, qui souffrent et qui peuvent aussi se révolter ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

«La confiance au gouvernement, cela se mérite» (Par Libération.fr |  Liberation.fr – il y a 4 heures)

Des parlementaires PS se réunissent ce soir pour plancher sur une politique alternative. Parmi eux, le  député Christian Paul, sévère sur les deux premières années du quinquennat.

ClairSeg • (Publié sur Yahoo et Libération)

La coalition des courages au Parti socialiste, jusqu’à maintenant, s’est liguée autour de la protection des mensonges et des privilèges de la nomenklatura. La confiance des Français, cela se mériterait avec un retour vers la justice et la vérité. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales 2014 : changement de cap ou de méthode ? Les socialistes se divisent. (Le Point.fr – Publié le 31/03/2014 à 17:23)

La fronde monte dans les rangs socialistes, où percent les clivages entre partisans d’un coup de barre à gauche et ceux qui dénoncent un « problème de méthode ». […] Les deux courants de l’aile gauche, les proches de Martine Aubry du courant « la Gauche durable » et les responsables de « la gauche populaire », ont donné rendez-vous aux parlementaires de tous horizons (50 à 60 attendus selon une responsable) lundi à l’Assemblée à 18 h 30, pour se concerter sur une « réorientation » de la politique « à gauche ».

ClairSeg • Ni cap ni méthode au milieu des contradictions… (Publié)

Le problème du parti socialiste n’est ni le cap ni la méthode. Ce sont des contradictions idéologiques auxquelles personne n’a eu le courage de faire face, et l’hypocrisie d’un parti qui depuis trop longtemps a préféré les combines, les mensonges, les manipulations pour mener sa barque aux dépens du peuple. Il faudrait faire le ménage, mais les contestataires du parti comptent parmi les plus grands menteurs ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Les 5 indicateurs qui compliquent la donne (Par Landré, Marc | LeFigaro.fr – il y a 11 minutes)

François Hollande n’entend pas «fragiliser la croissance qui repart», a-t-il indiqué lundi, et il refuse «de faire des économies pour faire des économies». Plusieurs indicateurs publiés le matin même par l’Insee démontrent pourtant que la France ne dispose plus d’aucune marge de manœuvre, autre que de tailler allègrement dans les dépenses publiques.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo, non publié sur Le Figaro)

Le sixième est le sort de Claire Seguin qui n’a toujours pas trouvé de solution. Monsieur Hollande vient de prétendre : « Aucune forme d’exclusion, de stigmatisation, pas plus que de communautarisme, ne sera tolérée.» Pourtant le Parti socialiste n’a jamais accepté de prendre sa part de responsabilité dans l’exclusion et la stigmatisation d’une citoyenne qui a tout tenté pour se faire entendre. En vain. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Hollande tourne la page Ayrault mais garde son cap (LeMonde.fr – il y a 40 minutes)

C’en est fini du Hollande souffrant de procrastination. Bousculé par le séisme électoral aux municipales qui menace d’emporter tout son quinquennat, le chef de l’Etat ne cherche plus à biaiser. A 17 heures, lundi 31 mars, il se sépare d’un Jean-Marc Ayrault auquel il n’avait rien osé dire le matin même. A 20 heures, il parle aux Français, une allocution solennelle devant le drapeau français et le l’étendard européen.

ClairSeg • il y a une seconde (Publié sur Yahoo)

Si je comprends bien, Monsieur Hollande change de Premier ministre pour ne pas avoir à changer de politique. J’avais d’autres espoirs pour mon pays… et pour mon sort. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Déclaration universelle des Droits de l'Homme XXX

Déclaration universelle des Droits de l’Homme XXX

Lillisation de la société : Normale Sup’ ou le simulacre de la pensée politique

 

Institut français d'Athènes

Institut français d’Athènes

L’une des caractéristiques majeures de la Lillisation de la société, c’est le simulacre de la pensée politique ou pour être plus juste, c’est le simulacre de la pensée politique démocratique et «de gauche». Certes, il y a chez les aubrystes et consorts un véritable souci de faire des concessions au peuple, mais ces concessions sont pensées dans un esprit paternaliste et clientéliste. La posture implique un formidable mépris pour le peuple qu’on manipule et qu’on trompe «pour son bien», un bien qui s’avère très vite profitable surtout à l’élite qui en fait la promotion.

Parmi cette élite, Normale Supérieure est le moteur à penser – et hélas trop souvent à ne pas penser – de référence. Toujours avec un projet éventuel d’intervention, je me suis rendue fin janvier à l’Institut français d’Athènes qui invite de nombreux normaliens à présenter la pensée et la culture contemporaines françaises aux Grecs à l’occasion de conférences qui réunissent le gratin de la société athénienne. Ce soir-là, Jacques Rancière, philosophe, dissertait sur la Pensée du présent et a proposé un discours consensuel tissé de notions à la mode, effleurées d’un air entendu, et d’une vague problématique opposant le temps subi au temps construit de la causalité, présentées dans la continuité des mouvements sociaux contemporains.

L’héritage marxiste qui a fait la gloire des penseurs français du XXième siècle demeure une référence et un alibi à ceux qui vivent encore dans l’ombre de Sartre, Beauvoir ou Althusser. Mais l’esprit de révolte et de combat s’en est tant évaporé qu’il n’en reste plus aujourd’hui que l’ombre d’un souvenir. La philosophie de Jacques Rancière m’a fait l’effet d’une compote aseptisée pour intellectuels séniles et rentiers. En réalité, Monsieur Rancière faisait le service après-vente de la révolution avortée sur commande de Stéphane Hessel et de ses Indignés en vantant les bons souvenirs et l’espoir d’un prochain soulèvement dans trente ans. Et l’on découvre que ce sont ceux-là mêmes qui ont fait rêver la jeunesse avec l’idée de révolution qui ont préparé son échec. Car la Révolution, c’est bien mais pas trop !

Abrutie par les banalités alignées les unes après les autres comme un collier de nouilles pour la fête des Mères, j’ai commencé par en vouloir au public de ne pas se mettre en colère, avant de réaliser que j’étais comme eux, écœurée par la tonalité douceâtre mais pas naïve du conférencier. Je suis partie sans intervenir.

Autres articles à consulter :

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême-gauche » catholique et américaine  sort du bois… – 30/11/2013 : Lecture de l’actualité du Parti socialiste.

Seconde offensive catholique et américaine : la Renaissance selon Martine Aubry – 02/12/2013 : Enchaînement logique ou comment  avoir raison peut vous donner envie de pleurer… et la rage de poursuivre le combat.

Samedi 15 février 2014, Grand-messe pour la Renaissance de Martine Aubry - 14/02/2014 : Jusqu’où cette femme poussera-t-elle les mensonges et le harcèlement ?

Ifa Conférence sur le Présent

Ifa Conférence sur le Présent

Les commentaires de ces derniers jours, en vrac, alors que je vais de plus en plus mal, sans ressources et sans réponses aux démarches entreprises.

Commentaires mis en ligne le 18/02/2014 :

Posez vos questions à Eric Woerth invité de #DirectPolitique (Par 20minutes.fr  | 20minutes.fr – il y a 12 minutes)

VIDEO – Il y répondra dans l’émission diffusée en direct mardi 18 février à 11h, en partenariat avec linternaute.com et Ouest-France…

L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy Eric Woerth sera l’invité de #DirectPolitique sur Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes le mardi 18 février à 11 heures.

ClairSeg • il y a une seconde

Seriez-vous prêt à dénoncer le scandale qui a privé Claire Seguin, l’enfarineuse de François Hollande, de tous ses droits humains les plus fondamentaux, alors qu’elle se trouve en situation de détresse en Grèce, à Athènes ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

De plus en plus de femmes seules à la rue : « En temps de crise, elles sont les premières victimes » (Rue89 – il y a 1 heure 9 minutes)

En période hivernale, ils sont nombreux à composer le 115, numéro d’urgence du Samu social. « Ils », ce sont ces personnes en détresse, souvent des familles.  […] Selon Florent Guéguen, directeur général de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars, voir encadré), la raison de cette augmentation de demandes féminines réside dans la conjonction de plusieurs facteurs :  »Il n’y a pas d’explication scientifique à ce stade, car c’est une comparaison de mois en mois. Mais on peut préjuger que beaucoup de ces demandes viennent de femmes seules, sans emploi, à faible qualification et en phase de décohabitation, parfois suite à une rupture.

ClairSeg • il y a une seconde

On peut aussi être bac + 8 (en réalité + 11 = Doctorat & Licence en second cursus) et être jetée à la rue par la société, avec le coup de pouce d’un maire socialiste (d’extrême-gauche) comme celui de Lille et la complicité des organismes sociaux, sans même en savoir la raison. Si on pose une question, on est une ordure “Qui devrait savoir !” Pas de Samu social pour moi ! Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 19/02/2014 :

François Hollande l’enfumeur : ce sont les socialistes qui en parlent le mieux (Par Serge Federbusch | Atlantico.fr – il y a 1 heure 2 minutes)

Les Français auraient dû prêter plus d’attention à toutes les mises en garde acerbes proférées à l’époque par les poids lourds du Parti socialiste à propos de l’actuel président de la République : elles se sont pour la plupart vérifiées.

ClairSeg • il y a une seconde

C’est oublier aussi le splendide enfarinage de l’enfumeur, que personne n’a voulu prendre en considération… Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

2017: Valls et Montebourg à la manœuvre (Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – il y a 4 heures)

La question n’est plus taboue à gauche: François Hollande sera-t-il en mesure de se représenter en 2017 ? Du coup, les grandes manœuvres ont commencé. Où l’on voit Manuel Valls et Arnaud Montebourg, les deux poids lourds du gouvernement ­ et concurrents, ­ unir leurs forces. Officiellement, bien sûr, pour aider le président…

ClairSeg • il y a une seconde

Comme beaucoup de Français, j’aurais besoin qu’on accorde un peu d’attention à mes problèmes immédiats, qui sont dramatiques : voir tous les jours des articles sur les ambitions pour 2017 de politiciens irresponsables, alors que les drames de 2014 les laissent indifférents, c’est tout simplement révoltant. Claire Seguin (Qui n’en peut plus) Un Micro sous votre oreiller

Stop à l’obsession Sarkozy ! (Le Point.fr – Publié le 19/02/2014 à 06:49 - Modifié le 19/02/2014 à 09:10)

À écouter les socialistes, la mission première de ce quinquennat n’est pas de redresser le pays mais de réparer les bêtises de leur prédécesseur.

ClairSeg • Un peu de mémoire ne fait pas de mal

Dénoncer Sarkozy pour cacher que le navire prend l’eau de partout, c’est une facilité assez déplorable de la gauche. Mais rêver à un retour de Sarkozy en espérant un sauvetage, c’est vraiment faire preuve d’un manque de projets et d’ambitions inquiétant. Un peu de mémoire ne fait pas de mal lorsqu’il s’agit de se prémunir contre un homme qui a déçu trop d’attentes.  Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 20/02/2014 :

Cyberdéfense : Ayrault relocalise la messagerie des Français (Le Point.fr – Publié le 20/02/2014 à 16:36)

Le Premier ministre a dévoilé des mesures d’urgence pour la cybersécurité, avec parfois une certaine naïveté. Où l’on découvre l’ampleur de notre retard…

ClairSeg • Hypocrisie

Les messageries sont surveillées, qu’elles soient françaises ou pas, dès que l’Etat ou la police l’estiment utile (pour eux), en dehors de toute législation. Ces effets d’annonce ne servent qu’à tromper les citoyens et leur faire croire qu’une possibilité de liberté existerait encore. Il n’y en a aucune, à moins peut-être d’être soi-même ingénieur en informatique et suréquipé, ce qui touche peu de personnes… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

 

Porte de l'Institut français d'Athènes

Porte de l’Institut français d’Athènes

Commentaires mis en ligne le 21 février 2014 :

Montebourg confirme la « renaissance » d’une compagnie nationale des mines (LeMonde.fr – il y a 4 heures) sur Yahoo et Libération.)

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, confirme, vendredi 21 février dans un entretien au Parisien, la « renaissance » d’une « Compagnie nationale des mines de France » (CMF). […]Et de conclure : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. »

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 28 secondes

Le choix des termes pour annoncer la création de cette entreprise nationale me laisse pantoise : le Parti socialiste ne se cache plus et laisse libre cours à son inspiration monarchiste, aristocratique, passéiste : après la “Renaissance” d’Aubry lancée à Orléans le week-end dernier, le colbertisme de Montebourg : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. » J’ai peur que Monsieur Hollande ne soit ridicule en Roi Soleil ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Delanoë craint « l’impopularité de l’exécutif national » pour Anne Hidalgo #mun75000 (Par AFP | AFP – il y a 4 heures)

Le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, a dit vendredi redouter que « l’impopularité de l’exécutif national » puisse coûter des voix à Anne Hidalgo, candidate du PS à sa succession, dont « une majorité de Parisiens souhaite la victoire » selon lui. 

ClairSeg • il y a une seconde

Ce que je redoute, c’est Anne Hidalgo pour Paris, si son équipe est sur le modèle aubryste à Lille, une ville que j’ai vu sombrer dans la déshumanisation collective. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Quand Juppé conseille à Sarkozy de renouveler «son stock d’idées» (Par Galiero, Emmanuel | LeFigaro.fr – il y a 11 heures)

Dans un entretien accordé au journal Les Inrockuptibles , Alain Juppé estime que l’ancien président de la République «meurt d’envie de retourner à la vie politique». Avant d’ajouter : «On n’est plus en 2007, la France a changé, le monde a changé».

ClairSeg • il y a une seconde

On n’en peut plus de Sarkozy ! Il devrait plutôt arrêter la politique une fois pour toute ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 22 février 2014 :

150 personnalités du monde de la culture écrivent à François Hollande (Par AFP | AFP – il y a 15 heures)

Plus de 150 personnalités du monde de la culture ont signé une lettre à l’initiative de l’ancien ministre communiste Jack Ralite, exprimant leur « vive inquiétude » et lui demandant de « maintenir et de développer la politique culturelle ».

ClairSeg • il y a une seconde

Maintenant que Claire Seguin a été bien dépecée et qu’ils sont allés jusqu’à l’os, ce que réclament en réalité les cultureux au Parti socialiste, la Jaoui en tête, c’est une nouvelle Petite Française à vampiriser, écouter, salir, manipuler, observer, disséquer, piller, détruire… pour faire à nouveau des films, des chansons, des romans, des spectacles. Au bout du compte, la prédation a été si satisfaisante, qu’ils remettraient bien le couvert. C’est ce qu’ils appellent «avoir le goût des autres». Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Cale sèche en Attique

 

Cale sèche en Attique

Cale sèche en Attique

Dimanche le temps était si rayonnant que je suis partie sur la côte. C’est une étrange impression que de me confronter aux paysages resplendissants de l’Attique alors que mon combat m’oblige à me colleter avec la noirceur des années lilloises pour tenter de les exorciser. Initiée à l’Antiquité grecque au lycée par un professeur de Lettres qui nous avait fait lire Iphigénie, j’avais affirmé ma préférence pour la fraîcheur et la simplicité d’Euripide alors que cette normalienne imbue de sa culture appréciait les versions modernes des tragédies grecques. J’ai passé hier une partie de l’après-midi assise sur une plage de galets, face à une crique magnifique, à me remémorer les premières années de ma jeunesse où ce nord, dont ma mère aimait à vanter la chaleur humaine, a fait intrusion dans ma vie pour y tracer un chemin de fiel.

 

Les socialistes crient à la calomnie à la lecture de mes textes. C’est du moins ce que les ingérences dans l’administration du blog laissent penser lors des mises en ligne, car de véritable dialogue il n’y a jamais. Je sais bien que mes adversaires ne sont pas tous de gauche, que la droite, sinon l’extrême-droite, ont repris le relais des attaques et des persécutions quotidiennes. Mais je n’ai aucun doute quant à l’origine des provocations et des manipulations qui année après année ont allumé la mèche de chaque foyer de haine. Du clan des Charentais au bastion socialiste du Nord, les liens sont anciens et compromettent Martine Aubry même si elle n’est arrivée que beaucoup plus tard à Lille. Celle-ci n’est cependant que la figure de proue d’un petit noyau masculin que je cherche encore à identifier avec précision.

 

Mes découvertes récentes m’obligent à une relecture du passé à travers le prisme de l’influence nordiste. Je donnerai quatre exemples. Les trois premiers datent de mes années d’études à Bordeaux et confortent l’idée d’une intervention lilloise. Le quatrième, très récent, vécu à Lille, est axé sur l’exemplification des méthodes et du cynisme des socialistes qui interviennent dans ma vie privée pour induire des réactions dans ma vie publique. Je suis convaincue que ma mise à mort a été décidée dès l’adolescence.

 

De Saintes à Lille, mes amours de jeunesse.

 

Rivages escarpés

Rivages escarpés

♦ Belgique (1984)

 

J’ai déjà raconté comment, l’été de mes dix-huit ans, j’avais gagné une bourse de voyage pour aller étudier la peinture flamande en Belgique et comment une fois la bourse décrochée, tout le monde m’était tombé sur le dos, à commencer par mes parents et mes voisins qui m’avaient trouvé en Belgique, sans que je ne réclame rien, et bien contre mon gré, un « point de chute » dans une famille de Wallons socialistes.

 

Ce que je n’ai pas raconté, c’est que cet été-là, je me suis retrouvée partout dans le rôle de l’« emmerdeuse » qui refuse de sortir, de s’amuser, d’aller danser et surtout de coucher avec Alphonse… Cet après-midi, Alphonse sera là ! Ce week-end, nous allons partir en excursion avec Alphonse ! Il ne te plaît pas Alphonse ? Non, Alphonse ne me plaisait pas. Alphonse ne s’appelait pas Alphonse.

 

A la fin du séjour, alors que j’avais cru échapper enfin à tant de sollicitudes intempestives, et retrouver ma liberté en Flandres, la famille wallonne m’a imposé un second foyer d’accueil, chez de jeunes militants socialistes trentenaires qui, ma valise à peine posée, m’ont emmenée danser l’après-midi même, en me propulsant dans la surprise party d’une sœur où j’allais pouvoir rencontrer « des jeunes ». J’ai bien compris qu’il s’agissait aussi de garçons. Je suis restée une heure assise sur un banc, tétanisée par le désespoir. J’étais venue en Flandres pour étudier la peinture flamande, pas pour courir les raouts avec des inconnus. Au bout d’une heure, prenant conscience de l’état dans lequel je me trouvais, le jeune couple a jugé préférable de me ramener à Bruges. Les militants socialistes belges ne sont pas très portés sur la peinture flamande.

 

♦ Allemagne (1985)

 

J’ai connu mon premier garçon l’été suivant, sans amour et là-aussi par une forme de désespoir. Au début de l’été, j’en ai eu tellement « marre de tout », que par une réaction inverse, j’ai eu envie de m’amuser, et surtout de faire comme les autres… J’ai connu le goujat italien qui m’a dépucelée dans un groupe de Françaises que je côtoyais à l’Université de Fribourg, où je suivais des cours d’allemand. J’étais du genre à aimer les vacances studieuses. Cet Italien du Veneto avait dans le groupe une camarade française, qui s’appelait Laure et qui se vantait d’un père architecte ayant travaillé à la cour princière du Maroc. L’été suivant, le goujat et la Française se sont retrouvés quelques jours à Nice. Ils m’ont invitée. Je n’y suis pas allée.

 

J’avais toujours pensé l’aventure comme une parenthèse dans ma vie, jusqu’à ce que je sois amenée à réévaluer le rôle de Laure, un prénom maudit, dans ma propre vie. Ces derniers mois, j’ai même tenté de retrouver la jeune femme, qui doit avoir aujourd’hui mon âge, et dont je ne connaissais pourtant que le prénom. Un faisceau de présomptions m’avaient incitée à imaginer que je la trouverais peut-être dans l’entourage familial de Jean-Louis Brochen. Je n’ai bien sûr réussi à trouver personne, bien que je reste convaincue que la tâche ne soit pas insurmontable. Mon échec n’invalide pas non plus mon hypothèse.

 

♦ Bordelais (1988)

 

L’amant dont je ne me suis pas remise, c’est le suivant, Lucien, que j’ai rencontré à Bordeaux trois ans plus tard. Après le goujat, j’ai rencontré le salaud. Lucien était un grand échalas qui se forçait au lit et qui humiliait, salissait, culpabilisait ensuite avec des mots. Etudiant à Sciences Po, il était arrogant et « de gauche », entouré en guise d’amis d’une petite cour de fils de notables dont la suffisance le disputait à la médiocrité. Je n’avais jamais autant entendu parler de psychanalyse avant de le rencontrer.

 

Nous ne sommes pas restés longtemps ensemble. Il m’avait fait une cour pressante, presqu’intrusive, mais il s’est mis ensuite à prétendre que c’était moi qui l’avais séduit. Il affichait son insatisfaction avec moi mais il a fallu que ce soit moi qui le quitte. Et il a fallu que j’insiste. Lorsque je lui ai annoncé la fin de notre relation, il a tout tenté pour me faire changer d’avis, y compris de maintenir une relation amicale. Je l’ai sommé de venir reprendre les quelques disques qu’il avait laissés chez moi, et surtout un « cadeau » qu’il m’avait fait, et de disparaitre.

 

Je n’avais pas donné de raison à la rupture. Lors de notre dernière rencontre, il a voulu discuter à nouveau pour me faire changer d’avis. Alors, tout à coup, je me suis mise à lui expliquer les humiliations qu’il m’avait fait endurer. Ou plutôt j’ai commencé à les lui expliquer. A peine les premiers mots prononcés, le fier-à-bras qui avait des avis sur tout et donnait des conseils d’un ton péremptoire n’a plus été qu’une lavette émasculée qui a pris la tangente la queue entre les jambes, avec une lâcheté dont je n’oublierai jamais le spectacle. Je n’ai pas pu finir ma phrase. C’est l’héroïsme des jeunes gens donneurs de leçons « gauchistes », grandes gueules mais pleurnicheurs, veules et lâches dès qu’on leur réclame de se justifier sur leur comportement…

 

Lucien ne s’appelait pas Lucien. Mais il était bien Lillois, fils d’une institutrice socialiste et catholique.

 

Je ne comprenais pas à l’époque ce qui se passait. Seule par tristesse de ne pas rencontrer l’ami dont je rêvais mais aussi par prudence, j’ai été, dès la fin de l’adolescence, très sollicitée, en particulier dans mon réseau familial. Mais il y avait toujours quelque chose d’étrange dans la façon dont ces garçons me faisaient la cour. Après Lucien, j’ai décidé de quitter Bordeaux et d’entamer une psychothérapie. Je ne me concevais pas comme névrosée mais s’il y avait un problème, il fallait trouver quelqu’un pour m’aider à le résoudre.

 

Au cœur de la capitale nordiste, la découverte des manipulations socialistes.

 

Ile grecque

Ile grecque

Je ne donnerai qu’un seul exemple, parmi bien d’autres, vécu dans le taudis de la rue de Châteaudun, des tentatives et des manipulations constantes et bien « socialistes » dont je fais l’objet.

 

Les derniers temps où j’ai vécu rue de Châteaudun, un jeune couple, ami du propriétaire, s’est installé au rez-de-chaussée. Les jeunes gens se sont montrés très « bienveillants » avec moi, alors que j’étais en conflit ouvert avec la maisonnée. J’ai adopté une attitude du « no comment » lorsqu’ils m’abordaient. Je n’avais rien à leur dire. Quelques mois plus tard, agressée dans le métro, j’ai soupçonné le jeune homme d’avoir été l’instigateur de l’agression et je suis allée lui poser des questions. Il ignorait tout de l’affaire. Jeunes mariés, le couple affichait une complicité totale. Mon animosité s’est renforcée. Ils sont restés insensibles.

 

Un jour que je sortais, je me suis retrouvée nez à nez dans le hall d’entrée avec ce jeune homme dans une tenue d’autant plus ahurissante que la configuration des lieux excluait toute possibilité de rencontre fortuite : trois étages depuis ma soupente au rez-de-chaussée, un escalier en bois bruyant, des cloisons en papier… Même surpris, ce qui paraît inconcevable, la réaction naturelle du jeune homme aurait dû être un retrait pour me laisser passer. Il m’a coupé la route, aller retour, pour se rendre à la poubelle commune. Mais que pouvait-il penser ? Je lisais dans ses yeux la haine. Il savait les soupçons que je portais contre lui, sa femme, sa famille… de me harceler. Et en plus il n’était pas favorisé par la nature.

 

Affichant une surcharge pondérale préoccupante pour son jeune âge, potelé comme un Bibendum Michelin, avouant déjà un début de bedaine, il était ce jour-là ficelé comme un saucisson dans un petit coordonné moule-fesses Marcel-Boxer qui m’a laissée pantoise. Il est certain qu’on ne peut pas parler à propos de l’incident de ces « invectives haineuses » dont je me plains. Mais la vulgarité du comportement, le mépris qu’il impliquait pour moi, la férocité qui l’accompagnait, m’ont fait l’effet d’un coup de poing dans la figure plus brutal qu’une bordée d’injures.

 

Que faire face à l’insulte ? On ne peut rien faire contre ces jeunes gens : fils de notables et de médecins, catholiques pratiquants, proches de la nomenklatura socialiste nationale, dotés d’un nombre de frères et sœurs comme seules les familles religieuses savent encore en produire, et qui ont tous le même profil, ils sont impliqués dans le panel complet des ONG, des plus catholiques aux défenseurs des Droits de l’Homme, qui leur accorderont toujours leur soutien. Et à l’occasion, avec tact, ils informent la police, ce qui leur assure d’autres appuis. Ils s’autoproclament «les Bons». Ils sont «Ceux qui savent mieux que les autres ce qui est bien ou mal». Ils resteront pour moi l’incarnation absolue de la véritable dépravation morale contemporaine.

 

Martine Aubry et la notion de « Care ».

 

Sounion

Sounion

Les prétentions de Martine Aubry-Brochen à faire de la politique en avançant des notions de «Care», en appelant à un Etat « bienveillant », qui ne laisse personne sur le côté, qui soit un modèle démocratique, sont intolérables à la femme détruite que je suis. Ma vie aura été l’exemple majeur de l’hypocrisie d’intellectuels qui se placent au niveau de la logorrhée bien-pensante mais n’ont aucune empathie, aucun respect, aucune volonté profonde de venir en aide à un peuple dont ils s’estiment pourtant en droit de décider du sort, jusqu’à s’accorder un droit de vie et de mort sur certains d’entre eux.

 

Le sacrifice d’un seul présage du sacrifice accepté de beaucoup d’autres par des séides imbus de leur idéal. Leurs méthodes comme leurs roueries révèlent un sentiment de supériorité indécent chez des gens qui s’octroient la mission de décider pour les autres et dont l’hypocrisie est assumée au point d’être  justifiée auprès de leurs militants. Le socialisme n’a plus rien à voir avec leurs pratiques, comme le trahit bien la prétention en miroir de Nicolas Sarkozy à les récupérer et à se les attribuer en cherchant à se redéfinir comme «Président protecteur». Les bonnes œuvres sociales promises ne sont que l’émanation calculatrice d’un désir d’apaisement du peuple pour mieux l’asservir, au nom d’un impérialisme catholique et chrétien.

 

Mes tentatives pour démonter la machine infernale se heurtent à des accusations de mauvaise foi et donnent des armes à mes adversaires. Je ne citerai qu’une œuvre cinématographique contemporaine pour illustrer l’évolution de mes sentiments sans chercher à les décrire, le film de George Cukor, Gaslight (1944). Le parcours de l’héroïne, incarnée par Ingrid Bergman, ne peut être assimilé au mien, mais son vécu intime est très proche de la souffrance qu’a été toute ma vie, et contre laquelle je dois encore chercher à me défendre, dans la solitude la plus complète.

 

Articles en relation avec l’évolution politique des Aubrystes :

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême-gauche » catholique et américaine  sort du bois… – 30/11/2013 : Lecture de l’actualité du Parti socialiste.

Seconde offensive catholique et américaine : la Renaissance selon Martine Aubry – 02/12/2013 : Enchaînement logique ou comment  avoir raison peut vous donner envie de pleurer… et la rage de poursuivre le combat.

 Revue de presse des articles sur Martine Aubry que j’ai commentés :

Revue de presse des articles commentés de Martine Aubry

Pas de fumée sans feu.

Pas de fumée sans feu.

Commentaires mis en ligne le 16 février 2014 :

Surtout, ne dites pas que Martine Aubry s’échauffe pour Matignon (Rue89 – il y a 13 heures)

Consigne a été donnée aux participants de « chercher des idées neuves, stimulantes, concrètes, pas nécessairement consensuelles ». La phrase est soulignée dans le programme de l’événement. On a du mal à ne pas voir, dans ces trois derniers mots, une taquinerie à destination du gouvernement. 

ClairSeg • il y a une seconde

La photographie est mensongère. Martine Aubry n’est pas le genre de femme qui tire en vous regardant droit dans les yeux après sommation : “Think and do!” Elle est adepte du croche-pied en douce et fait semblant de ne pas vous connaître lorsque vous l’interpellez en public ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

ClairSeg • il y a une seconde

Et si elle tire, c’est planquée derrière un groupe en prétendant : “Non, je ne critiquerai pas le PS ! Non, je ne veux pas être Premier ministre ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Une eurodéputée quitte le PS pour Nouvelle Donne (Par Libération.fr | Liberation.fr – sam. 15 févr. 2014)

Dans une lettre révélée par Libération, Françoise Castex, proche d’Henri Emmanuelli, parle d’«espoirs déçus» et rejoint la nouvelle formation de Pierre Larrouturou pour les européennes

ClairSeg • il y a une seconde

Une fois encore, tir groupé : lorsque l’on parle de l’association Renaissance de Martine Aubry, on annonce un ralliement à Nouvelle Donne : mais ils ne sont pas plus socialistes que le parti qu’ils quittent ou qu’ils critiquent. Ils modulent différemment le mensonge politique, c’est tout. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Oser la Démocratie à Athènes

 

Programme Oser la Démocratie

Programme Oser la Démocratie

J’ai eu l’idée malencontreuse de me rendre aux Journées d’Athènes, sur le thème « Oser la Démocratie », du Nouvel Observateur et du Kathimerini, qui avaient lieu les 6 et 7 février 2014, au Megaron d’Athènes, dans la perspective des Européennes. J’avais en tête d’intervenir pour plaider ma cause, ce que je n’ai pas fait. Le 6 février, les discours d’ouverture avec Michel Barnier, Evangelos Venizelos, ministre des Affaires étrangères grec, ou Antonis Samaras, Premier ministre, étaient plus officiels. Le 7 février, les ateliers thématiques proposaient des réflexions de groupe sur des thématiques liées aux prochaines élections.

Le seul atelier auquel je me sois rendue, « Demain, l’Europe : et si le Nord se débarrassait du sud ? » m’a paru si affligeant cet après-midi, que j’ai jeté l’éponge et que je suis rentrée chez moi. Comme la veille, les intervenants n’ont parlé que dette et finance, avec une vision à si court terme que c’était à en attraper le cafard. Seule une ministre bulgare, Nadezhda Neynsky, a élevé un peu le débat, allant à l’encontre de la Doxa, en osant dire que l’économie s’adapterait et suivrait le mouvement, trouvant des solutions, si un véritable projet politique commun se dégageait. Elle a parlé de la marginalisation des Balkans, évoquant les faiblesses du passé et les chances pour l’avenir, en particulier sur le plan géostratégique et énergétique, des idées intéressantes qu’elle aurait pu développer.

Elle a déclaré aussi sans ambages, qu’en tant que Bulgare elle avait trouvé l’intitulé de l’atelier maladroit, voire humiliant pour le sud, et aurait préféré d’autres formulations. Elle n’était pas la seule à avoir été désagréablement surprise par les intitulés : « Demain, l’Europe : et si le Nord se débarrassait du sud ? », « A quoi bon garder une radiotélévision publique ?», « La corruption, un mal incurable ?»… On voit se dessiner à travers eux une trajectoire socialiste affriolante pour les Européennes ! Un vrai programme de gauche ! Le coming-out « Nous sommes social-démocrates » est déjà prévu pour le lendemain des élections.

Rencontre avec Michel Barnier

Rencontre avec Michel Barnier

Ma seule audace aura été de proposer à Michel Barnier d’Oser la Démocratie en me portant assistance, alors que je me trouve en situation de détresse à Athènes où je suis persécutée par les socialistes. Je pense que cet européen convaincu, qui ne rate pas une occasion de citer Jacques Delors, aura été touché par ma requête…

Les deux mots d’ordre de ces Journées d’Athènes pour l’Europe sont Justice et Liberté : ma présence parmi ces sages n’a pas perturbé leur assurance, leur sincérité, leur volonté d’agir… Je ne suis qu’un moustique en regard de leur morgue.

Les Journées d’Athènes, sur le thème « Oser la Démocratie » (με θέμα « Τολμήστε για τη Δημοκρατία »), 6 et 7 février 2014, au Megaron, Leoforos Vasilissis Sofias et Kokkali 1, 115 21 Athènes. Organisées par Le Nouvel Observateur et le Kathimerini (Καθημερινή).

Antonis Samaras 6 février 2014

Antonis Samaras 6 février 2014

Oser la Démocratie, atelier 070214

Oser la Démocratie, atelier 070214

Kathimerini 7 février 2014

Kathimerini 7 février 2014

Commentaires mis en ligne le 7 février 2014 :

Bernard Guetta : « Il n’y a pas de démocratie sans redistribution des richesses » (Par Cédric Cousseau | Le Nouvel Observateur – il y a 1 heure 19 minutes)

« La démocratie est menacée en Europe », affirmait Thierry Repentin, jeudi 6 février, en ouverture des Journées d’Athènes organisées par « Le Nouvel Observateur ». Le ministre en charge des Affaires européennes dit craindre les européennes de mai dont l’abstention est, selon lui, le levier des anti-européens.

ClairSeg • il y a une seconde

Les discussions à Athènes sont toutes empruntes de belles idées européennes, faisant ronfler les termes de Démocratie, Justice, Liberté, voire mêmes de Droits de l’Homme, mais il y est plus question de finances que de projets humains, que de destins humains partagés… ou protégés par les Institutions ! Ceux-là mêmes qui veulent défendre l’idée européenne poussent jusqu’à la caricature les reproches que leur font les peuples européens… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

 La France tente de rattraper son retard en cyberdéfense (Reuters – il y a 1 heure 13 minutes) par Marine Pennetier

PARIS (Reuters) – La France a présenté vendredi les grands axes de son pacte de cyberdéfense, doté d’un milliard d’euros et censé lui permettre de rattraper son retard à l’heure où les attaques informatiques contre les armées occidentales augmentent.

ClairSeg • il y a une seconde

Comment peuvent-ils être en retard sur la cyberdéfense alors qu’ils sont au top de la cybersurveillance ? Sur ce plan-là, je peux témoigner !!! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 08/02/2014 sur le thème « Oser la Démocratie » :

« En Grèce, on fait tout ce qu’on peut pour gagner sa vie » (Par Morgane Bertrand | Le Nouvel Observateur – ven. 7 févr. 2014)

Oser la démocratie : les Journées d’Athènes en images.

ClairSeg • il y a une seconde

Et les socialistes font tout ce qu’ils peuvent pour m’empêcher de gagner la mienne en Grèce ! Cela s’appelle aussi « oser la démocratie » ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Torture à Guantanamo : un groupe de métal réclame des droits d’auteur au Pentagone (Par Francetv info avec AFP | Francetv info – il y a 11 heures)

Le ministère américain de la Défense utilise de la musique pour torturer certains prisonniers de la prison de Guantanamo. Britney Spears, AC/DC, Queen ou encore Bruce Springsteen sont diffusés à fort volume dans les cellules des détenus pour les faire craquer. Parmi les groupes choisis, on trouve le groupe de métal-électro canadien Skinny Puppy. Pour protester, la formation a envoyé au Pentagone une note réclamant des droits de diffusion, ont rapporté les quotidiens britanniques The Independant (en anglais), le 31 janvier, puis The Guardian (en anglais), le 7 février.

ClairSeg • il y a une seconde

Est-ce que Monsieur Hollande, lundi ou mardi prochain, lorsqu’il rencontrera Monsieur Obama, aura l’idée de lui rappeler que la torture et les incarcérations arbitraires sont condamnées par les démocraties et les défenseurs des Droits de l’Homme ? Et que l’actuel président des Etats-Unis avait promis la fermeture de Guantanamo lors de sa campagne électorale de 2008 ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le jour de la Tête de veau

 

Ecole Polytechnique, Athènes.

Ecole Polytechnique, Athènes.

Le Président de la République a choisi de lancer son pacte de responsabilité un 21 janvier, le jour de la Tête de veau, celui où les gaulois Républicains célèbrent la Révolution et la mort de Louis XVI en accommodant leur plat fétiche d’un verre de vin rouge du terroir. La mémoire de l’Union républicaine est vivace en France. Mais François Hollande ne prend-il pas le risque de faire l’unanimité contre lui ?

La révolution française reste un modèle de réussite pour tous les peuples opprimés de la planète. On admire la République qui s’est mise en place en donnant le pouvoir au peuple. On acclame la Déclaration des Droits de l’Homme. On revendique les principes de sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Les Français éprouvent de la fierté, à juste titre, pour leur Histoire et sont toujours revenus à un régime républicain, en dépit des vicissitudes des deux siècles qui ont suivi 1789.

La France reste aussi un pays où il fait bon vivre, même en période de crise comme celle que nous traversons. Les richesses sont opulentes ; la protection sociale est exemplaire ; l’art de vivre des Français fait elle aussi l’envie de bon nombre d’étrangers. Certains de mes lecteurs vont bondir en lisant ces phrases. Ils devraient pourtant les prendre en considération et les inclure dans leur protestation, au lieu de les nier.

Les Français sont malheureux. Les libertés sont immenses, mais qu’est-ce que la liberté sans emploi ? Les lois sont exemplaires, mais la Justice n’est plus appliquée avec l’égalité républicaine. La fraternité est chaque jour remise en question par le fiel de rancœurs rappelées de façon artificielle et que les difficultés sociales ravivent.

Les Français pensent à la Révolution. Mais quelle révolution fait-on dans un pays qui a déjà connu une révolution admirée de tous, dans un pays dont les lois, comme la protection sociale, même si elles ne sont pas parfaites, sont remarquables ? Il n’y a pas tant d’injustice dans les textes que dans leur application. Les meilleurs principes sont détournés au profit d’une frange de la population, au lieu de conforter la cohésion sociale. En protestant contre le régime plutôt que contre ceux qui l’ont confisqué à leur profit, les Français risquent un coup d’Etat où ils se verraient retirer les derniers acquis dont ils jouissent encore…

Je l’ai enfariné.  Vous l’avez élu.

Les Français qui ont élu Monsieur Hollande ont parié sur l’espoir d’un changement mais le changement annoncé n’a pas été celui du Bourget. Les trahisons affectent tout le monde : la gauche, la droite, les écologistes, les rêveurs, les aventuriers, les travailleurs qui travaillent sans récompense, les travailleurs qui sont privés de travail… Beaucoup de Français, qui ne sont pas dupes des mensonges et des entourloupes médiatiques, ont déjà retiré leur confiance à leur Président…

Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il subsiste un socle de 20% de Français qui semblent hermétiques à cette avalanche de mensonges, de roueries et d’insultes faites à leur intelligence ! C’est l’électorat de François Hollande, du Parti socialiste. Ce sont les nantis du Quartier latin, de tout poil, qui estiment toujours qu’il est plus chic de se déclarer « de gauche », tant que cela ne remet pas en cause leurs privilèges et qu’ils gardent la possibilité d’envoyer leurs enfants à l’Ecole alsacienne ; ce sont leurs vassaux dont la survie dépend de leur maintien au pouvoir, ces romancières dont la nullité littéraire a besoin des socialistes pour obtenir un prix Médicis, ces ingénieurs qui ont décroché leur baccalauréat avec trois ans de retard, après avoir doublé leur seconde, puis leur première, puis leur terminale (Mazette !), qui n’ont jamais rien eu d’autre en poche qu’un petit diplôme d’informatique obtenu à la ramasse dans une université obscure, dont la conversation est aussi plate qu’une plaine de Sibérie sous un ciel couvert par un jour sans vent, et qui ont été recrutés sur leur profil d’indicateur de police au CNRS (Mazette…), le corps enseignant, sur son aile la plus protestataire, dont on a vu qu’il a été le premier récompensé par le gouvernement du professeur Ayrault, après son retournement de veste spectaculaire, sous forme de subsides attribués aux zones sensibles, que je connais bien, et où un professeur qui se bat jour après jour pour que ses élèves apprennent leurs leçons suscite l’indignation de l’équipe éducative, alors qu’il est si facile de se montrer « progressiste » en « exposant ces pôv’gosses à la culture » grâce à des « activités ludiques » qui les amusent et dont ils ne retiendront rien qui puisse les aider à s’en sortir au lycée ou à l’université… Mais il est vrai que cela ne les empêchera pas de faire plombier ou chômeur ! Enfin c’est cette cohorte des médiocres au cœur ravagé de haine, qui haïssent les riches, surtout lorsqu’ils ne peuvent pas faire partie de leur clientèle, qui haïssent les intellectuels, surtout ceux issus des milieux populaires et qui ne doivent leur réussite qu’à leurs mérites personnels, qui haïssent les femmes, surtout celles qui tentent de s’émanciper, qui haïssent leur sœur, surtout lorsqu’ils n’arrivent pas à apprendre l’anglais…

Faut-il poursuivre la liste de ce qu’est devenue l’équipée socialiste après trente années de mitterrandisme ? Je laisse aux Français le soin de décider s’il s’agit bien là du peuple de gauche à la française, héritier de la Révolution et de Jean Jaurès…

Lutter contre le ferment de la haine à tous les étages.

L’un des derniers grands films américains que j’aie vus avant que ne s’éteigne ma passion cinéphile, pour cause d’atteintes à la vie privée, est celui de Sofia Coppola, Marie-Antoinette (2006). Ce fut un grand moment de solitude. Non pas que je me sois identifiée au personnage. Ce serait inconcevable. Mais parce que j’ai eu l’impression d’être la seule à être outrée par un film réactionnaire, qui osait faire de cette reine déchue une star rock n’roll. La critique française s’est répandue en éloges sur cette œuvre cinématographique, l’Education nationale lui a décerné son prix !

Depuis une bonne dizaine d’années, sinon plus, on entend aussi des réflexions récurrentes sur les victimes de la Révolution française, alors que le consensus semblait s’être fait sur l’héritage républicain de 1789. Ce film, venu d’Amérique, est porteur d’un ferment de haine sociale qui a infiltré peu à peu la société française et qui voudrait discréditer toute tentation révolutionnaire, et en premier lieu communiste, alors que la révolution française était bourgeoise ! Je trouve que reprocher insidieusement aux Français les morts de la Révolution est mal venu d’un pays comme les Etats-Unis, qui ont construit leur identité patriotique sur la mémoire héroïsée d’un génocide, celui des Indiens d’Amérique du Nord, des peuplements qui vivaient de façon pacifique, égalitaire et en harmonie avec la nature, sur des territoires qui étaient les leurs.

Je peux comprendre qu’on ait de la compassion pour la femme qu’a été Marie-Antoinette. Mais la reine est tombée avec une aristocratie dont elle ne s’est jamais désolidarisée et qui avait poussé à bout le peuple affamé par le spectacle indécent de son luxe, de sa rapacité et de sa frivolité, crimes dont elle était elle-même l’incarnation. Les têtes coupées de la Révolution sont regrettables, mais il faut les replacer dans leur contexte. La peine de mort était admise et pratiquée depuis toujours, y compris par l’aristocratie qui ne s’est jamais fait faute d’y avoir recours pour établir son autorité. La République n’a pas stigmatisé les descendants de l’aristocratie française et s’est même montrée souvent généreuse envers eux.

Ce que le peuple a appris avec la République, c’est qu’un nom à particule n’était pas un blanc-seing permettant à n’importe quel nigaud de l’aristocratie de revendiquer une position. Mais lorsque les fils d’aristocrates ont accepté les règles de la République, ont montré des talents et présenté des diplômes universitaires, ont accepté de passer les concours de la fonction publique, ils ont été admis partout, sans discrimination, et ont accédé aux plus hautes fonctions : militaires, hauts fonctionnaires, ministres, ambassadeurs… La victimisation est injuste et ridicule. La leçon de morale américaine est déplacée : quand verrons-nous à Paris un ambassadeur des Etats-Unis Sioux ou Apache ?

Certains aristocrates essuient parfois des réflexions acerbes. Les Français sont râleurs. Les frottements entre classes sociales sont souvent rugueux. Mais je ne crois pas que les vexations des aristocrates puissent être pires que celles endurées par un fils ou une fille d’ouvrier, d’instituteur, d’agriculteur, qui doit faire face au mépris, ou à la condescendance bienveillante, des milieux bourgeois auxquels il accède par le biais d’études brillantes, mais aussi trop souvent à l’agressivité de son milieu d’origine, qui lui reproche une trahison là où il devrait voir une victoire sociale dont il aurait sa part. Dans ma famille, on me reprochait insidieusement d’aller trop souvent au cinéma, ce qui faisait partie de ma formation littéraire. On ne me félicitait jamais pour toutes les autres soirées que je passais enfermée chez moi ou à la bibliothèque à travailler. Je n’allais jamais danser en boîte de nuit.

Réveiller de vieilles rancœurs dans un pays comme la France est criminel. L’anticommunisme primaire et pathologique des Américains tombe en porte-à-faux avec la réalité historique d’un pays que de toute évidence ils connaissent mal. Le plus pathétique dans les entourloupes, les mensonges et les combines du Parti socialiste, qui voudrait promouvoir une société sur le modèle américain, c’est que je ne vois pas non plus en quoi il pourrait y avoir aucune honte à se réclamer du parti démocrate, ou de Barack Obama, cette figure charismatique qui a ébloui la planète avec les discours magnifiques de sa campagne électorale de 2008, qui a certes beaucoup déçu, par la suite, les attentes immenses qu’il avait fait naître, mais qui n’a jamais démérité non plus de sa fonction au point d’aller se ridiculiser sur un scooter !

Restaurer les valeurs républicaines.

Les caciques du Parti socialiste devraient réfléchir à la vision qu’ils ont du peuple français. J’ai bien peur que ces trente dernières années ce ne soit le mépris qui ne l’ai emporté. Quant à la gauche elle a été bafouée pour être détruite. Le fait que je ne sois pas communiste, et que les années d’expérience n’aient fait que renforcer ma défiance envers une idéologie qui a échoué partout à rendre les peuples heureux, ne signifie pas que je me réjouisse d’avoir été utilisée contre mon gré à lutter contre elle. Je suis bien plus indignée encore par cette clique d’intellectuels qui se prétendent socialistes et ne sont en réalité qu’un ramassis de philistins réactionnaires, calotins, phallocrates et misogynes.

Dans le rôle de Tartuffe Ier, Monsieur François Hollande excelle. Lui président, la honte s’est abattue sur une contrée trop malmenée et qui était pourtant glorieuse. Après avoir semé la zizanie au cœur de la République, le voilà qui se propose à présent de rassembler la France et les Français. Lors de la présentation de ses vœux aux Corréziens, le président de la République a affirmé qu’il n’y avait « qu’une seule France », une phrase qui rappelle un slogan de François Mitterrand en 1988, « la France unie », et a osé dire :

 «Il n’y a qu’une seule France, il n’y a pas des France qui devraient s’opposer les unes les autres. Il n’y a qu’une France, qui a une histoire et qui doit avoir un destin et il doit être commun. Il n’y a qu’une France, qui doit être capable de vivre ensemble, en luttant contre tous les racismes, les xénophobies, l’antisémitisme et également les extrémismes [...] Il n’y a qu’une France, où chacun doit être à sa place, où le respect doit être la condition, où la laïcité doit être le principe… etc.» (La nouvelle anaphore de François Hollande, Le figaro.fr, par Julien Licourt,18/01/2014 19:30)

Un internaute qui commentait le discours faisait remarquer avec pertinence qu’il aurait été plus judicieux de substituer à l’assertion « où chacun doit être à sa place », l’assertion « où chacun a sa place ». Le déterminisme social n’est pas compatible avec les valeurs de la République. Lui président, son lapsus (ou sa provocation ?) révèle qu’il n’est pas à sa place à la présidence, une vérité qu’il est le seul à ne pas admettre.

Frédéric Mitterrand, ancien Ministre de la Culture

Frédéric Mitterrand, ancien Ministre de la Culture

La déliquescence de la classe politique française ne semble pas cependant se limiter à celle de son président, comme en témoignent les propos de Frédéric Mitterrand sur l’aventure amoureuse de François Hollande, propos que je me refuse à introduire dans ma prose (voir la photographie d’écran). Frédéric Mitterrand est-il un amuseur public ? Un marchand de chaussettes ? La vulgarité de sa gauloiserie est-elle explicable par ses origines ? Sa fonction ? Non ! Il est le représentant d’une grande famille française. Son oncle a été Président de la République pendant deux mandats. Journaliste, il a proposé aux Français des documentaires élogieux, commentés d’une voix chevrotante et servile, sur les stars et les altesses royales. Il a été Ministre de la Culture pendant trois ans sous la présidence de Nicolas Sarkozy…

La France n’a pas besoin de révolution. Elle a besoin de se débarrasser d’une classe politique qui n’est pas à la hauteur de ses fonctions, de rétablir les valeurs républicaines, la Justice, les principes de sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Et pour cela il lui faut exiger un discours de Vérité, qui fasse la vérité sur les dévoiements de la République française.

Commentaire mis en ligne le 21 janvier 2014 :

François Hollande, le président des anaphores (Par Francetv info | Francetv info – il y a 1 heure 34 minutes)

C’est un effet de style qu’il apprécie : François Hollande a encore une fois usé, mardi 21 janvier, d’une anaphore, ce procédé qui consiste à répéter une même expression en début de phrase : « Moi président… », « Quand on a 25 ans… », « Il n’y a qu’une France… ». A l’occasion de ses vœux au patronat et aux syndicats, le président de la République a en effet récidivé en lançant à plusieurs reprises : « La France dans 10 ans… »

ClairSeg  •  il y a 1 minute 27 secondes 

La répétition de l’anaphore tue l’anaphore… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 23 janvier 2014 :

L’évolution de la pauvreté jugée préoccupante par l’Igas (Reuters – il y a 1 heure 22 minutes)

PARIS (Reuters) – L’évolution de la pauvreté en France suit une tendance « très préoccupante », estime l’ancien secrétaire général de la CFDT François Chérèque, aujourd’hui membre de l’Inspection générale de l’action sociale (Igas), dans un rapport.

ClairSeg • il y a une seconde

L’évolution de ma propre pauvreté, alors que je suis exclue de tout réseau de solidarité ou d’aides sociales, me préoccupe beaucoup elle-aussi, mais de mon côté, je n’ai aucune illusion sur les responsables de mon désastre : ce sont les hommes politiques actuels… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Document : sur le plan politico-médiatique, la dégénérescence de la démocratie, ou Lillisation de la société, se traduit par la collusion entre les hommes ou femmes politiques au pouvoir et les médias.

La Voix du Nord Recherche Martine Aubry

La Voix du Nord Recherche Martine Aubry

A Lille, Madame Aubry-Brochen tarde à entrer  en campagne pour les municipales 2014. Mais lorsqu’on va sur le site de La Voix du Nord, le plus grand journal du Nord, et qu’on met « Martine Aubry » dans le moteur de recherche du site web, on obtient la liste des articles mentionnant son nom avec un en-tête inchangé depuis novembre dernier, alors que bien d’autres articles ont paru, et annonçant un « triomphe » pour la maire sortante (Article du 20/11/2013, voir photographie d’écran). A La Voix du Nord, les journalistes n’informent pas. Ils assurent eux-mêmes le service de presse et de propagande de Madame Aubry.

A Athènes, les campagnes de diffamation sont de plus en plus virulentes, avec des intrusions dans mon quotidien qui trahissent une volonté manifeste de me mener à bout, et je me demande toujours : Que faire sous l’orage des mensonges ?

Lutter contre le ferment de la haine à tous les étages

 

Fresque murale, Athènes, Cour de l'Ecole Polytechnique.

Fresque murale, Athènes, Cour de l’Ecole Polytechnique.

La politique des socialistes, depuis l’avènement de François Mitterrand en 1981, a été une politique de la dénonciation de son voisin plutôt qu’une politique de propositions citoyennes, et cette politique de la haine organisée a toujours précédé un changement de trajectoire, celui du gouvernement Mauroy en 1983, ou le passage à un plan de redressement social-démocrate comme celui que vient de présenter Monsieur Hollande, il y a quelques jours. Mais en portant ce type de jugement, je ne m’inscris pas dans un discours politique : j’exprime mon indignation, parce que je participe malgré moi du processus cynique de détournement de la colère des jeunes, parce que j’ai été livrée contre mon gré à la vindicte des jeunes – et des moins jeunes qui les entourent. Tandis que les jeunes socialistes éructent contre Claire Seguin, qu’ils accusent de crimes imaginaires pour pouvoir justifier le harcèlement qu’ils lui font subir, les politiciens mènent leur train, à l’abri des critiques de la jeunesse. Le Parti socialiste a beau jeu ensuite de vouloir rassembler la France : un leader politique se donne le beau rôle en jouant au fédérateur.

Les jeunes socialistes voudraient me voir perdre pied en adoptant une posture de révolutionnaire qui se dresse contre leur parti, peut-être même de contre-révolutionnaire dont ils pourraient ridiculiser le projet politique. Mais je n’ai pas de projet politique : je me bats pour le rétablissement de mes droits humains fondamentaux, pour échapper aux persécutions de mes adversaires. Je n’y associe aucune « propagande » d’aucune sorte.

J’ai consacré les onze premières années de ma jeunesse à faire des études et je me considère comme une femme cultivée. J’ai des connaissances indéniables en histoire, quelques notions d’économie ou de politique. Mais ce n’est pas ma spécialité ! J’ai fait des études de littérature et d’histoire de l’art. J’ai rédigé ma thèse de doctorat sur Michel Leiris, un poète surréaliste et un ethnologue passionné par l’Afrique noire, ami des plus grands artistes de son temps (Picasso, Masson, Miró, Giacometti…). En histoire de l’art, j’ai une bonne connaissance de l’art moderne et contemporain. Lorsque je parle de l’Histoire grecque,  je parle de celle que je connais : l’histoire de l’antiquité, abordée à travers  l’étude des arts anciens. Par intérêt personnel, je me suis passionnée pour la peinture flamande. J’ai étudié la linguistique et la grammaire pour enseigner. Je suis formée à la lecture de l’image. Ce sont des compétences qui ont été acquises à force de travail et de ténacité, qui ont été reconnues par des diplômes, depuis un bac Mention Très Bien jusqu’à une thèse  décernée avec les Félicitations du jury. J’aurais aimé obtenir un emploi à la hauteur de mes capacités.

Je n’ai connu que le mépris et le chômage. J’ai enseigné en-dessous de mes compétences, harcelée par l’administration, calomniée par mes collègues. Les années de persécutions que j’ai endurées m’ont révoltée. Elles n’ont pas fait de moi pour autant un génie de la politique prêt à réécrire Le Capital. J’avais le cœur à gauche et j’aurais aimé, moi qui n’étais pas communiste, que les économistes et les politologues de ma génération me proposent un beau projet de redéfinition de la gauche et de son avenir auquel j’aurais souscrit. Je n’ai jamais rien vu venir.

Je reste et je continue à me considérer comme une spécialiste  de la poésie surréaliste française. Je ne comprends pas l’objet des haines dont je suis victime. Je peux comprendre qu’on ne m’aime pas. Je ne vois pas ce qui peut justifier les persécutions. Le refus de tout dialogue affiché par mes adversaires me conforte dans l’idée que les persécutions ne sont pas justifiées. Je n’ai aucun projet politique sous le coude.

En revanche ma détermination à réclamer Justice est intacte. Mes années de souffrance ont aiguisé mon regard sur les turpitudes de ma génération, de la précédente, de la suivante, et je n’ai pas l’intention de me taire pour ménager des susceptibilités. Ma maîtrise de la langue, du discours et de la rhétorique me permet de comprendre les comédies médiatiques, politiques, idéologiques qui se jouent autour de moi et je n’ai pas l’intention de me priver de dénoncer les dévoiements d’une démocratie qui n’accorde plus à tous les Droits humains qu’elle se flatte de défendre et de promouvoir, et qui sombre jour après jour un peu plus dans le populisme. J’associe ma voix à celle de tous les citoyens qui se découvrent les laissés pour compte d’une élite qui a confisqué la République à son profit. Mais je n’oublie pas le caractère très personnel, très particulier, du sort qui m’a été fait par les cyniques de la classe politique contemporaine, et je me bats pour qu’il soit reconnu. A ce titre, j’entends garder la totale maîtrise de mon propre discours.

La haine collective n’expurge pas les passions. La seule façon de préparer la paix, de la maintenir, de l’établir sur des fondements stables, c’est de travailler à la Justice sociale, et la Justice sociale ne divise pas, elle rassemble.

Documents : 1) Copie du seul échange qui a suivi la campagne (sporadique) de mailing de décembre 2013 (Voir l’article Vers une Lillisation de la société française ?, à la suite des commentaires). Je n’ai reçu qu’une seule réponse, de protestation. Ce qui est notable, c’est le changement de l’objet effectué par l’internaute. L’objet inscrit lors de l’envoi était  : « Harcèlement sans fin de l’Etat français », qui a été remplacé par « Propagande » pour la réponse. 2) Ce matin, je me suis rendue dans l’administration de mon blog avant toute visite, ce qui rend très perceptible le type de messages qui me sont transmis par le biais de l’administration du blog : la liste des articles, par ailleurs non lus, est édifiante ! Je vis ainsi dans un monde d’insinuations qui sont insupportables (Photographie de l’écran).

Seul échange lié au mailing de décembre 2013.

Seul échange lié au mailing de décembre 2013.

Dimanche 19.01.2014

Dimanche 19.01.2014

Intrépide

 

Tag, Athènes, Cour de l'Ecole Polytechnique.

Tag, Athènes, Cour de l’Ecole Polytechnique.

Les incitations à abandonner le blog se multiplient mais il est trop tard pour que je renonce à réclamer la vérité. La Fin de Partie a déjà été proposée. Elle ne le sera pas une seconde fois. Lorsque j’ai quitté la France à l’automne 2012, je ne souhaitais que reprendre une activité professionnelle et une vie cohérente. Certes ma quête de vérité était toujours là mais j’estimais que l’aventure du blog et sa tentative de toucher le public étaient terminées. Est-ce bêtise humaine ou acharnement pathologique ? Je ne connais rien de plus chronophage que la création d’une entreprise, même ultra-modeste, comme celle que je projetais de lancer. Mes adversaires se seraient bien mieux débarrassés de moi en me laissant poursuivre mon chemin plutôt qu’en me harcelant sans fin…

Je ne me connais aucun crime qui puisse justifier le harcèlement dont je suis victime. Et personne ne pourrait prétendre que je n’aie pas cherché, par tous les moyens, à amorcer le dialogue.  Je méprise plus que tout la lâcheté, le silence, le refus de l’échange, l’évitement du conflit ouvert, quand par ailleurs les agressions hypocrites sont récurrentes. L’adresse d’un président qui bascule d’une politique à une autre sur un coup de théâtre médiatique ne m’inspire aucune admiration. Le président qui préférait haïr les riches plutôt que la pauvreté révèle ses vraies inclinations à travers ses amours et sa « Julie » actrice, productrice de cinéma et associée d’un François Pinault septième fortune de France, propriétaire de la Redoute et grand collectionneur d’art contemporain…

Je pourrais pavoiser en voyant mes socialistes, trop bons catholiques pour être honnêtes, révéler enfin au grand jour une évolution que personne ne voulait prendre en considération. Les membres du Parti socialiste infiltré par ces catholiques « de gauche » qui n’ont « de gauche » que l’ambition de récupérer l’électorat de gauche ont mis en place un système complexe de mensonges sur leurs objectifs, de séduction et de corruption délibérée, qui n’est que la mise en œuvre d’un populisme qui se cache sous une apparente « bonne éducation ». Populisme qui accorde au petit peuple des droits de justiciers hors de tout cadre judiciaire, clientélisme qui s’attache une frange de la population par l’octroi de situations, et en particulier de situations fonctionnarisées, grâce à du favoritisme, recours généralisé aux jeux du cirque, sous toutes ses formes, pour distraire ce peuple de petit-bourgeois imbus d’eux-mêmes. Le prolétaire qui se rebiffe sera incité à s’abandonner aux sirènes de l’extrême-droite, puis diabolisé comme tel et ainsi réduit au silence, sous prétexte que ses discours éhontés (et qui en effet le sont devenus !) choquent les bienséances de la démocratie.

Mais c’est la consternation qui m’envahit lorsque je vois mes petits gauchos, qu’ils soient à  guitare ou à dreadlocks, communistes, catholiques, misogynes, virer leur cuti comme je l’avais annoncé lors de mon expérience des Vendanges dans le Beaujolais et se déclarer « social-patriotes », ainsi qu’ils le feront derrière Arnaud Montebourg (peut-être…). Après le président « normal » inspiré de la campagne d’Obama en 2008, le « Care » de Martine Aubry-Brochen, voilà un nationalisme débarrassé de ses oripeaux grâce au vocabulaire américain ! Donc Patriot Act !

Sans moi ! Je connais le prix du « social-patriotisme» : la mise à mort des Droits de l’homme, la fin du respect d’autrui, la Lillisation des sociétés, la loi du plus fort prédominante…

 

Athènes Paz Partout

Athènes Paz Partout

Commentaire mis en ligne le 17 janvier 2014 : Je n’ai pas été prolixe aujourd’hui…

Front de gauche: Mélenchon et Laurent tentent de « clarifier » la situation (Par Katell PRIGENT | AFP – il y a 9 heures)

Alors que le Front de gauche est « très mal en point » à la veille d’échéances électorales, les représentants de ses deux principales composantes Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (PG) se rencontrent vendredi « pour clarifier la situation ».

ClairSeg • il y a une seconde

La gauche française est moribonde. Ceux qui n’ont pas compris peuvent poser une question ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

 

Mon salon cosy

Mon salon cosy

Les photographies annoncées : je n’espère pas faire pleurer dans les chaumières françaises avec les photographies « de mon intérieur, ravagé par les atteintes à la vie privée de l’intelligentsia française ! » alors que le petit père du peuple vit des moments si « douloureux » après avoir humilié sa compagne à l’échelle planétaire.  Mes lecteurs savent aussi qu’il ne faut pas compter sur moi pour faire l’apologie de la pauvreté si prisée des franciscains. Mais lorsque l’indécence des nantis s’affiche de façon trop ostentatoire, le rappel à la réalité peut s’avérer salutaire…

Le vestibule

Le vestibule

La cuisine, sans frigo ni cuisinière (jamais branchée)

La cuisine, sans frigo ni cuisinière (jamais branchée)

La chambre

La chambre

Hampton / Hessel : deux destins de « gauchistes américains ».

 

Hampton

Hampton

Les deux portraits ont une visée argumentative, dans la perspective de la création de La Nouvelle Donne, il y a quelques jours. Je ne suis pas communiste. Je ne voudrais pas qu’on prenne ces lignes pour du prosélytisme marxiste. D’ailleurs les communistes ne se sont pas montrés plus coopératifs que leurs autres collègues politiciens pour me venir en aide. Si la révolution bolchevique m’a toujours émue, je n’ai jamais cru au « Tout Etat » du communisme, qui a fait la preuve de son incapacité à satisfaire les peuples, étouffant sous la contrainte et ayant besoin de liberté. Mais je crois comme les communistes qu’une redistribution égalitaire des richesses implique de profondes transformations de la société. Or ces transformations ne peuvent susciter que de vives oppositions de la part de ceux qui détiennent le pouvoir. Elles peuvent peut-être s’obtenir par la non-violence, mais certainement pas par la collusion avec le pouvoir en place, les réformes superficielles et les bonnes paroles lénifiantes destinées à endormir les peuples.

Fred Hampton faisait partie de ces jeunes hommes déterminés qui avaient adhéré à la fin des années 1960 au marxisme. Chef du Black Panther Party de l’Illinois, il a fait preuve très vite d’un charisme exceptionnel et il s’est imposé comme leader à Chicago. Bien que Noir-Américain, sa politique était de rassembler au-delà des barrières raciales et de fédérer un esprit de classe y compris parmi ceux qu’on appelle aux Etats-Unis les « Petits Blancs », ces Blancs pauvres, prolétaires et laissés pour compte par la société capitaliste. Fred Hampton a été assassiné le 4 décembre 1969, à l’aube, lors d’une descente nocturne de la police à son domicile. Il a été abattu dans son lit et sa fiancée, enceinte de plus de huit mois, a été blessée. Son compagnon de lutte Mark Clark a été tué avec lui. Trois autres membres des Panthers ont été blessés. Il avait vingt-et-un ans. Après la mort de Hampton, l’establishment a lancé une politique de séduction envers ces « Petits Blancs » tentés par la révolte sociale.

Hessel

Hessel

Le destin hors du commun de Stéphane Hessel n’est ignoré de personne. Ce « héros de roman » d’origine allemande mais admis très jeune à l’Ecole Normale Supérieure de Paris a été un résistant, un rescapé des camps et un militant des Droits de l’Homme toute son existence, qu’il a menée après la guerre dans la diplomatie. Son manifeste Indignez-vous ! (2010) lui a valu une notoriété internationale sur la fin de sa vie. Mais s’il n’y a pas un mot à reprocher à cet ouvrage d’une rigueur morale exemplaire, on peut se demander quelles propositions politiques accompagneraient l’indignation à laquelle iI appelle. Suffit-il qu’existent déjà Attac, Amnesty ou La Ligue des Droits de l’Homme pour que le monde aille mieux ? Pourquoi cite-t-il le communiste Jean-Paul Sartre alors qu’il défend une société de type chrétien-démocrate, comme celle promue par le parti démocrate américain ? Et comment peut-il lutter contre le capitalisme tout en participant à ses émanations les plus américanisées comme l’ONU ? Il aurait probablement adhéré à Nouvelle Donne, aux côtés de sa veuve Christiane Hessel-Chabry. Mais c’est une raison de plus de penser qu’il était tout sauf un révolutionnaire et que l’odeur de soufre de ses appels à la révolte n’ont jamais dû beaucoup inquiéter l’establishment capitaliste dont après tout il faisait partie. Cela n’enlève rien à ses qualités personnelles, mais je n’aime pas que Nouvelle Donne et les amis de Martine Aubry, dont je connais trop les formidables hypocrisies se targuent de Hessel pour faire  gober au peuple français qu’eux-mêmes représenteraient aujourd’hui l’aile gauche (et morale !) de la gauche française…

The Murder of Fred Hampton et American Revolution 2, deux films de Howard Alk et Mike Gray (1971, MGA Inc., Chicago et 1969, The Film Group Inc. Chicago), DVD Arte France, 2008.

Indignez-vous ! par Tony Gatlif, Princes Production – Arte France, 2012, d’après l’ouvrage Indignez-vous ! de Stéphane Hessel, Indigène Editions, 2010.

Document anecdotique : à titre d’exemple, une lettre de diplomates anglais, datant du 18 novembre 1981, et relatant une conversation informelle de Hessel avec l’un d’entre eux. Margaret Thatcher est au gouvernement depuis deux ans. Mais ces messieurs partagent les projets politiques avec simplicité… au point que l’un d’eux lui fait remarquer qu’en entrant au gouvernement auprès de Jean-Pierre Cot, il ne sera peut-être plus tout à fait du côté de l’ « underdog ». Ce document fait partie de ceux que j’ai photographiés à Kew Gardens et qui n’ont pas intéressé mes curieux de la Bnf. Je ne vois donc pas de souci à le mettre en ligne.

Lettre au sujet d'Hessel

Lettre au sujet de Hessel

Estocade dans la misère ?

Blog de Larrouturou

Blog de Larrouturou

Il me reste de quoi vivre trois à six mois tout au plus selon les dépenses que j’oserai ou pas – je l’entends : « pour tenter de me défendre ». Larrouturou et sa clique de partisans, de culs bénis, de bien-pensants peuvent s’indigner de l’indigence du peuple – ils en ont fait leur meilleure arme pour se constituer une clientèle comme pour abattre leurs prétendus ennemis … Et je n’ai jamais été leur « ennemie » avant qu’ils ne me choisissent de façon gratuite, à des fins démonstratives, comme bouc émissaire…

Je les accuse d’avoir fait de la misère une arme qu’ils entretiennent. Je les accuse de verser des larmes de crocodile sur le peuple. Je les accuse d’un cynisme sans borne : faux « Défenseurs des Droits de l’Homme » qu’ils accordent à la tête du client, faux « Gauchistes » inféodés à l’Amérique démocrate, capitaliste et catholique, vrais traîtres à leur pays qu’ils bradent pour un Oscar ou une Médaille du Mérite, et vrais traîtres au peuple qu’ils trompent avec un étalage de sentiments miséricordieux hypocrites…

Dans combien de mois, de semaines, serai-je réduite à faire les poubelles pour manger… alors que j’avais les moyens de me prendre en charge et que mon naufrage a été organisé par cette France du Vice et de la Honte qui se pavane au pouvoir : mise sur écoute, harcèlement, obstacles à l’emploi, etc..

Masques respiratoires

Masques respiratoires

Santé

Martine Aubry a imaginé la CMU mais c’est pour mieux l’accorder selon ses vœux. Depuis un an à peu près j’ai payé de ma poche les rares soins que je suis parvenue à obtenir… à force d’endurance devant les humiliations et les rebuffades, en changeant de médecin, de dentiste… J’ai à nouveau mal aux dents, et surtout je tousse. Il ne s’agit pas du rhume de l’automne. Je suis empoisonnée à petit feu chez moi, dans ma voiture. Il est difficile de me protéger. Je n’ai aucun recours possible auprès de la police, puisque c’est elle qui couvre mes tortionnaires et mes assassins. Je porte des masques respiratoires pour dormir, pour conduire, afin de limiter les heures d’exposition au poison. Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Logement

Logement

Logement

J’avais pris un logement à Athènes, avec un projet de création d’entreprise, assez grand pour envisager, si tout allait bien, de récupérer mes meubles entreposés à Lille et pour lesquels je paie un loyer de garde-meuble depuis 2008 – une fortune. J’ai vite compris que la maison où je m’étais installée était, comme la rue de Châteaudun, un foyer d’indicateurs de police et de calomniateurs qui travaillaient à ma perte. Je campe dans trois pièces à moitié vides. De septembre à novembre, j’ai cherché à me défendre hors de Grèce… sans succès. Lors de mon retour de France, fin novembre, j’ai cherché un autre logement… et je me suis aperçue que certains loueurs, au moins, savaient qui j’étais et présentaient le même profil que mes logeurs actuels. Comment me renseigner sur les propriétaires ? Faut-il se défier de tous ? Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Dictionnaire et Manuscrit

Dictionnaire et Manuscrit

Surveillance

Loin de trouver une quelconque satisfaction à la rédaction de ce blog, j’ai vécu sa reprise comme un déchirement… ou une condamnation aux galères. Lorsque j’allume mon ordinateur, je sais que les cinq étages de la maisonnée y ont accès. Rue de Châteaudun, il est arrivé que mes voisins interviennent sur la page que je rédigeais. Même  s’ils ne se manifestent pas, et sachant leur malveillance, vous aimeriez vous lancer dans la création d’une entreprise sous le regard indiscret de vos pires calomniateurs ? Vous voudriez  rédiger  un texte pour défendre votre cause, alors que vos pires calomniateurs ont accès à sa lecture dès sa rédaction, mot à mot, avec ses hésitations et ses biffures ? Je n’ai jamais souscrit d’abonnement à Internet. Je n’ai pas non plus le téléphone. J’ai repris le chemin du cybercafé où mon intimité est bien précaire. Je rédige mes textes à la main, avec l’aide de mon vieux Robert qui aurait besoin d’être changé, sur des feuilles de papier pliées en deux, que je planque dans mon sac à main… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

En ces jours de deuil planétaire : Hommage à Mandela.

 

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Commentaires mis en ligne les 6, 7 et 8 décembre 2013, alors que dans la rue défilent des régiments de policiers. Les Français ont peut-être du mal à discerner les bruits de bottes qui s’annoncent mais je les perçois très bien. Il faut dire que les Lillois qui font leurs courses à Euralille, au milieu des militaires en treillis, la mitraillette sur l’estomac, sont peut-être déjà blasés… A quoi sert la mitraillette à Euralille ?

Vendredi 06/12/2013

Le code de déontologie effectif le 1er janvier dans la police  (Reuters – il y a 2 heures 6 minutes)

 PARIS (Reuters) – Le port d’un numéro de matricule visible sur les uniformes et le nouveau code de déontologie commun à la police et à la gendarmerie françaises entreront en vigueur le 1er janvier prochain, annonce le ministère de l’Intérieur.

 ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

Je serais plutôt favorable à un code de déontologie de la police… Mais le respect de la loi, pour tous, et avec impartialité, ne devrait-il pas être suffisant ? Que peut-on faire lorsque les lois sont bafouées par une police aux ordres des politiques ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande: ses cinq boulets  (L’Express.fr – il y a 1 heure 47 minutes) Par Christophe Barbier, Agnès Laurent, Corinne Lhaïk, Christian Makarian, Eric Mandonnet, Benjamin Masse-Stamberger, Benjamin Sportouch et Marcelo Wesfreid, publié le 06/12/2013 à  19:53

À l’ordre du jour de François Hollande, ces prochains mois, la purge électorale au printemps, un remaniement à ne pas rater et une Europe à relancer. Le tout, avec quelques boulets de poids à traîner : 1. La réduction des dépenses publiques ; 2. La remise à plat de la fiscalité ; 3. L’impuissance face aux plans sociaux ; 4. Harlem Désir ; 5. Des Verts encombrants.

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

Parmi les boulets de Monsieur Hollande, on oublie les atteintes répétées aux Droits de l’Homme les plus élémentaires dont sont victimes certains citoyens français, en France comme à l’étranger… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Samedi 7 décembre 2013

Défilé sous tension en Grèce, cinq ans après la mort d’un jeune  (Reuters – il y a 12 heures) 

ATHENES (Reuters) – Des milliers de Grecs ont défilé vendredi dans le centre d’Athènes pour commémorer la mort d’un adolescent de 15 ans abattu par la police il y a cinq ans, un incident qui avait déclenché de violentes émeutes.

Henry C  •  il y a 11 heures (Yahoo)

Tous les policiers du monde sont des assassins en puissance aux ordres du pouvoir.

Réponse de ClairSeg • il y a une seconde

Justement, cela ne devrait pas être leur vocation ! Mais il y avait en effet beaucoup beaucoup de policiers hier soir sur Akadimias et dans les parages d’Exarhia… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Marseille – Mennucci : le parquet classe l’affaire sur ordre - Le Point.fr – Publié le 07/12/2013 à 09:14

Le parquet de Marseille vient de décider de classer sans suite l’enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts qui visait Patrick Mennucci et sa suppléante. (Rectificatif paru dans la presse quelques heures après cet article : « Marseille – Affaire Mennucci : l’enquête est close, mais pas classée »… Je ne crois pas que cela change grand chose…)

ClairSegle 07/12/2013 à 10:10 (Le Point)

Le scandale n’est pas récent, hélas…

La base de la démocratie, c’est la séparation des pouvoirs, et le respect d’une justice indépendante. La loi est écrite et votée par les représentants du peuple. Elle doit s’appliquer à tous de la même façon… Se taire face à ce genre de dérives, ce n’est pas être « un petit malin qui sait comment va la vie », c’est accepter de se corrompre. Et cela commence toujours par de petites choses auxquelles on ne prête pas attention… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller.

Le PS tente de réduire le scrutin municipal à des enjeux locaux - Par  Bourmaud, François-Xavier | LeFigaro.fr – il y a 52 minutes

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo et Le Figaro)

Le respect des Droits de l’Homme pour tous, sans exception, fera-t-il partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales: le PS ratifie ses listes, met en garde contre un « détournement » de l’élection par l’UMP - Par AFP  – il y a 2 heures 8 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La liberté d’expression fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Muncipales : le PS mobilisé contre le « vote sanction »  Par Le Nouvel Observateur avec AFP – il y a 2 heures 20 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo et Le Point / Article similaire)

La sanction contre une nomenklatura corrompue fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Dimanche 8 décembre 2013 :

Un quart des Européens menacés de pauvreté ou d’exclusion en 2012 (Le Point.fr – Publié le 05/12/2013 à 14:17)

La tendance est à la hausse puisque 24,8 % des Européens étaient concernés en 2012, contre 24,3 % en 2011 et 23,7 % en 2008.

ClairSeg • La misère est une arme politique !   (Le Point)

La misère est devenue une arme politique ! A droite comme à gauche, les politiques l’exploitent pour se constituer une clientèle ou pour faire taire les contestataires et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, dérangent… 24,8% des Européens, c’est énorme… C’est de la souffrance pour ceux qui le vivent, …et une peur lancinante pour tous ceux qui ne sont pas à l’abri des aléas… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le problème de la laïcité à la lyonnaise   (Par Slate.fr | Slate.fr – il y a 38 minutes)

Subventions aux catholiques, avec l’accord de la gauche…

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La « gauche catholique », c’est le nouveau « must » du parti socialiste, la réponse miséricordieuse à la misère, plus redoutable que la solidarité, les Droits de l’Homme, la liberté d’expression ou le refus d’une nomenklatura corrompue et embourgeoisée… C’est la révolution pacifique des gobeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Florilège du Paris «bienveillant» d’Anne Hidalgo  (Par Libération.fr | Liberation.fr – il y a 1 heure 8 minutes)

La candidate socialiste a détaillé son programme ce dimanche. Extraits. A quoi ressemblerait le Paris d’Anne Hidalgo? Une ville avant tout «bienveillante» pour ses habitants, et une «Ville Monde» ouverte «à la diversité». Où l’on vivrait moins cher, où les impôts n’augmenteraient pas pendant six ans, et où seraient investis 7,5 milliards d’euros pendant la même période.,,

ClairSeg • il y a une seconde

Le Paris « bienveillant » se fera-t-il sur le modèle de celui de Lille, où officie son époux, Jean-Marc Germain ? Avec lynchage collectif couvert par la municipalité, déni de justice, atteintes aux Droits de l’Homme, harcèlement, etc., etc…? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande, radioscopie d’une impopularité      (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 2 heures 50 minutes)

 POLITIQUE – Un sondage exclusif réalisé par l’institut Polling Vox pour «20 Minutes» avec le soutien de Clameo.fr révèle les failles du chef de l’Etat, selon l’opinion…

ClairSeg • il y a une seconde

Il n’y a pas de justice possible alors que le parti socialiste a renoncé à toutes ses valeurs pour établir son pouvoir sur un système de clientèles et de complicités, au mépris même des Droits de l’Homme les plus élémentaires ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales en Charente-Maritime : batailles chez les socialistes     (Sud-Ouest / Saintes - Publié le 06/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 06/12/2013 à 08h36 - Par Marie-Claude Aristégui)

Jean-François Fountaine part en dissident à La Rochelle. Et Jean Rouger aussi à Saintes.

clairseg  08/12/2013, à 21h30

Mais que se passe-t-il au parti socialiste de Charente-Maritime ? Les règles démocratiques ne sont-elles plus respectées? Ne me dites pas que la Liberté d’expression serait en danger ou bien que les Droits de l’Homme seraient menacés ? Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

12



Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Syndicat CFTC de l'Insertion
| movin'
| Justice et liberté