Archive pour le Tag 'Martine Aubry'

Nicolas Sarkozy, le Président qui ne m’a pas sauvée.

 

Dernier rayon à Sounion

Dernier rayon à Sounion

Les socialistes sont outragés que je préfère dénoncer leurs forfaits plutôt que ceux de Monsieur Sarkozy et de sa clientèle de petit-bourgeois réactionnaires et de grands actionnaires populistes, efficaces mais discrets. Mais pour ma part, je n’ai jamais eu d’amis sarkozystes et je n’ai donc jamais rien eu à dire sur eux.

Les devoirs de l’Homme et du Chef d’Etat

A partir du début de mes études à Bordeaux, en 1984, mon arrivée dans un groupe s’est toujours doublée par la rencontre immédiate d’un ou d’une amie qui me mettait le grappin dessus avec une passion dévorante et semblait prêt(e) à tout pour devenir mon ami(e). Il y a des Anne et des Sissi auxquelles je ne pardonnerai jamais. Après m’être résolue, de guerre lasse, à accepter tant d’amour que seule une âme vile, méprisante, imbue d’elle-même (Etc., etc.) aurait pu refuser, je me retrouvais seule à en crever pour les trois années suivantes. Seule, mais attention, avec mon ami(e) ! Les arguments qui m’étaient opposés pour emporter le morceau ont toujours été «socialistes» ou «de gauche» ou «libertaires» ou «antiracistes» ou «antifascistes»… J’ai eu droit au panel complet. Comment refuser l’amitié d’une âme sœur ?

Lorsque je me suis adressée au Président de la République française en 2010, c’est bien au Président que je me suis adressée et pas à Monsieur Sarkozy. Je n’avais guère d’illusion sur ce que je pouvais espérer de la droite qu’il incarnait. En revanche j’en avais beaucoup sur les valeurs et la grandeur de la République française. Les valeurs et la grandeur de la République française entre les mains de Monsieur Sarkozy ne sont plus que cendres. J’espérais qu’au nom de la France Justice me serait rendue. J’aurais pu comprendre que l’homme faillible n’ait pas le courage de faire face à un scandale. Mais il y a deux choses que ni le Président ni l’Homme n’avaient le droit de me refuser :

1)    Le rétablissement de mon droit à travailler pour subvenir à mes besoins : les calomnies et les atteintes  à la vie privée utilisées pour m’empêcher d’accéder au marché de l’emploi sont intolérables. Dans l’absolu. Tout le monde a le droit de travailler pour gagner sa vie.

2)    Le respect de ma vie privée : si Monsieur Sarkozy n’avait pas les couilles de me rendre justice sur ma jeunesse saccagée par des atteintes à la vie privée éhontées, doublées de manipulations toutes plus cyniques les unes que les autres, et destinées à nuire à ma réputation, Monsieur Sarkozy avait le devoir de faire en sorte que le respect de ma vie privée soit rétabli, que mon intimité soit préservée et que je retrouve un mode de vie décent. Vivre sur écoute, surveillée par une maisonnée, un quartier, une ville ; savoir que vos faits et gestes sont commentés en permanence, même ceux de l’intimité ; s’apercevoir que votre portrait est diffusé à votre insu sans que vous soyez en mesure de savoir ni où ni comment, n’est pas seulement intolérable, c’est une souffrance de chaque instant et qui peut aller jusqu’à la torture lorsqu’on vous oppose un déni du réel à toute tentative d’en parler.

En réalité les notions de gauche et de droite n’ont plus beaucoup de valeur pour des têtes politiques comme celles d’Aubry ou de Sarkozy qui cultivent une clientèle plutôt qu’ils ne proposent un véritable programme politique. J’en veux pour preuve leur collusion lorsqu’il s’est agit de récupérer des dossiers semble-t-il compromettants dans mes valises ramenées de Toronto – dossiers que je n’ai moi-même jamais identifiés. Mais quelle est donc l’information sensible que mes jeunes cambrioleurs tenaient tant à faire disparaître ?

 

Baie de Sounion

Baie de Sounion

Le Président-cambrioleur

Puisque je suis au bout du rouleau, puisque je n’ai plus rien à perdre, je ne vois pas pourquoi je ne raconterais pas comment je me suis aperçue que mes jeunes cambrioleurs travaillaient pour la police.

Lorsque je suis allée porter plainte au commissariat de police de Fives, l’agent qui a enregistré la déclaration des faits s’y est attelé avec patience, même si je pouvais percevoir son hostilité, et a accepté de prendre en note des détails précis sur les circonstances du vol. A la fin de la déclaration, lorsque tout semblait terminé, j’ai ajouté que j’avais des soupçons très argumentés sur les auteurs du vol (il fallait avoir eu accès à mes clefs d’appartement) et que j’étais même en mesure d’en citer un, que j’avais côtoyé quelques mois plus tôt pendant les vendanges que j’avais faites dans le Beaujolais. Je ne l’avais connu alors que sous son prénom, mais j’étais parvenue depuis à l’identifier.

A peine le nom prononcé, le policier est devenu blanc, a arrêté tout ce qu’il faisait, a ramassé tous les papiers qui se trouvaient sur son bureau et a quitté le bureau avec précipitation, sans un mot… Je suis restée seule dans la pièce au moins dix minutes. Au bout de dix minutes, un nouvel agent que je n’avais jamais vu est revenu avec une liasse de papiers et m’a dit qu’il allait enregistrer ma plainte. Je lui ai répondu que cela venait d’être fait et que la plainte se trouvait dans son ordinateur. Il m’a rétorqué qu’elle avait été faite à un autre agent, qu’il ne connaissait pas les faits et qu’il fallait que je recommence. Puis il a attrapé la liasse de documents avec lesquels il était revenu, l’a déchirée en deux et l’a jetée à la corbeille.

La plainte a été réenregistrée très vite – et sans aucune information précise. Lorsque j’ai eu signé la plainte, j’ai demandé avec ironie si le nom du jeune homme ne serait pas noté non plus. L’agent m’a répondu qu’il allait le prendre en note et l’a inscrit au crayon de bois sur un petit «post-it» jaune qu’il a délicatement collé sur le dessus de la plainte.

Il semblerait que le jeune homme ait été le neveu d’un commissaire de police de Monsieur Sarkozy.

 

Sounion, soleil couché.

Sounion, soleil couché.

La vulgarité de mes détracteurs

En vérité lorsque je suis confrontée à mes détracteurs, il m’est souvent difficile de savoir s’ils sont aubrystes ou sarkozystes. L’hiver dernier, à Londres, alors qu’un dimanche après-midi je dessinais au British Museum, dans la salle du Parthénon, j’ai entendu une jeune Française dans mon dos qui se récriait, indignée que l’on puisse s’indigner de ma présence en ces lieux un jour d’affluence : «Mais elle ne fait rien de mal. Au moins quand elle dessine, elle ne boit pas !». Lorsque je me suis retournée, ma jeune oie blanche était campée bien droite sur ses pieds, la tête rejetée en arrière, le regard concentré, me fixant avec un air inspiré et «bon»…

Je n’ai rien dit. Comment expliquer à cette jeune gourde lobotomisée par une éducation religieuse et le sentiment d’appartenir à une classe sociale supérieure qu’elle appartenait en réalité à une famille de réactionnaires bornés, phallocrates et misogynes, que calomnier une femme en l’accusant d’alcoolisme était l’expression d’une vulgarité sans nom (et sans imagination) et que sa bonté sans esprit critique pour les calomnies de son propre milieu social était une insulte bien plus grave encore que le mépris de ses parents. Aubrystes ou sarkozystes ? A ce stade-là, je ne fais plus la différence.

Etre de droite ou de gauche relève d’abord d’un choix sur la façon d’organiser l’économie, privilégiant le collectivisme ou le capitalisme. Bien que mes préférences aillent plutôt vers la gauche, il me semblait qu’on pouvait être de droite en gardant le sens de la Justice, le goût de la Démocratie, le respect de l’Etre humain. De ce point de vue je dénonce autant le populisme de Monsieur Sarkozy que celui de ce qu’est devenu aujourd’hui le Parti socialiste.

Les commentaires qui n’épargnent pas Monsieur Sarkozy : Je rappelle à mes lecteurs que le premier article publié après la reprise du blog et le  

Manifeste pour la revendication de mes droits humains fondamentaux a été un article consacré à Nicolas Sarkozy :

Contre-propagande sur le retour de Sarkozy (01/11/2013).

 

Sounion, avant la nuit.

Sounion, avant la nuit.

Commentaire mis en ligne le 8 février 2014 :

« Nicolas Sarkozy sera candidat, je vous le dis », assure Bernadette Chirac (Par LEXPRESS.fr  | L’Express.fr – il y a 7 heures)

Bernadette Chirac a de nouveau affirmé, cette fois dans Nice-Matin, que Nicolas Sarkozy sera de retour pour la présidentielle 2017. Son « expérience » à la tête de l’Etat « va lui servir pour un deuxième mandat », promet-elle.

ClairSeg • il y a une seconde

C’est la dernière à y croire encore ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne le 15 février 2014 :

Les archives papier de Guéant à l’Elysée sont introuvables (Par Le Nouvel Observateur | Le Nouvel Observateur – il y a 42 minutes)

Les archives papier de l’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, auraient disparu, selon des révélations du « Monde », publiées samedi 15 janvier. C’est ce qu’a expliqué l’actuel titulaire du poste, Pierre-René Lemas, au juge Roger Le Loire. 

ClairSeg • il y a une seconde

C’est avec ce genre de méthodes que l’on plombe une démocratie… Et dire qu’il y a des nostalgiques des années Sarkozy ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

UMP : 73 % des sympathisants veulent une primaire avec Sarkozy (Le Point.fr – Publié le 15/02/2014 à 15:39 - Modifié le 15/02/2014 à 16:24)

Un sondage CSA révèle que 68 % des sympathisants UMP souhaitent que l’ex-chef d’État soit le candidat du parti à l’élection présidentielle en 2017. (…) Selon ce sondage, 40 % des Français disent regretter Nicolas Sarkozy comme président, 54 % ne le regrettant pas.

Et aussi : Nicolas Sarkozy : un retour progressif minutieusement orchestré (Le Figaro, Marion Joseph, 10/02/2014).

ClairSeg • Je comprends qu’il se fasse des cheveux blancs…

A 40% de nostalgiques contre 54% d’heureux Français préférant la situation actuelle, pourtant peu reluisante, à son retour, j’ai peur qu’il n’ait des difficultés à concrétiser dans les urnes son désir ardent de reconquérir la présidence… Mais pour les joueurs invétérés tous les espoirs sont toujours permis ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Les sympathisants UMP veulent que Sarkozy passe par la primaire (Par Le Nouvel Observateur | Le Nouvel Observateur – il y a 5 heures)

Nicolas Sarkozy est-il un candidat comme les autres ? Alors que 68% des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy se présente à la présidentielle de 2017, 73% de ces mêmes sympathisants veulent que l’ancien chef de l’Etat participe à la primaire UMP et se confronte aux autres candidats du parti.

ClairSeg •

Un lecteur naïf commente : “On voit qu’il y a une organisation, quasi bolchevique, pour mettre des commentaires anti-sarkozistes primaires sur la page du Figaro dès que l’ancien président apparait sur la scène médiatique”. Non, je ne fais partie d’aucune organisation, ma solitude est radicale. Mais comme beaucoup de Français, je fais partie de tous ceux que le Président du Fouquet’s a laissé sur le bord de la route pour favoriser sa carrière personnelle… Ses militants devraient laisser tomber les œillères. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 17 février 2014 :

Merkel et Sarkozy ont rendez-vous le 28 février à Berlin (Par F.G. | LeParisien.fr – il y a 43 minutes)

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont prévu de se voir le 28 février à Berlin (Allemagne). La rencontre a été préparée dans le plus grand secret par leurs deux entourages pour éviter « les interprétations fâcheuses », au moment où François Hollande se rapproche (un peu) des positions économiques défendues par la chancelière. 

ClairSeg • il y a une seconde

Mais à quel titre va-t-il voir Madame Merkel ? Il ne fait plus de politique ! Il a fait son coming-out sur son retour ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Grande-Bretagne : ils tentent de faire interner leur voisine pour un chemin de 30 cm au fond du jardin (Par Francetv info | Francetv info – il y a 46 minutes)

Ils voulaient faire interner leur voisine afin d’agrandir leur jardin d’à peine 30 centimètres, et augmenter ainsi la valeur de leur maison. Un banquier à la retraite et son épouse ont harcelé pendant cinq ans la propriétaire de la maison voisine, une dame âgée, sourde et vivant seule à Westerham, un village du Kent, dans le sud de l’Angleterre. Peter et Kim Bayliss ont finalement été condamnés à payer une amende, ainsi que des dommages et intérêts pour un total de 330 000 livres (environ 420 000 euros), soit plus que la valeur de la maison elle-même, rapporte lundi 17 février le London Evening Standard (en anglais).

ClairSeg • il y a une seconde

Monsieur Sarkozy m’a fait interner après l’enfarinage de François Hollande pour cacher le scandale lillois aux Français et j’y ai tout perdu : ma liberté déjà compromise, le droit de travailler, tous mes biens, les possibilités de me défendre… Je suis toujours harcelée. Qui s’indignera de ce scandale ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Nicolas Sarkozy «content» de sa première sortie électorale (Le Figaro. Par Charles Jaigu – 12/02/2014)

«Là, c’est sûr, il disparaît pour un bout de temps», jure Brice Hortefeux. Il est vrai que Nicolas Sarkozy s’est envolé pour Singapour… mais il reviendra vendredi et assistera au concert de sa femme à Cannes. Comment résister à la tentation du bain de foule? (…) En termes de répercussion médiatique, Nicolas Sarkozy bat tous les records. Il a réussi à faire jeu égal avec François Hollande lundi soir.

ClairSeg • 

Il a une volonté de fer pour faire disparaître toute trace de ses échecs, de ses compromissions, de ses abandons, de son bilan. Le rappel de son nom me rappelle un peu trop la situation catastrophique à laquelle il m’a condamnée. Mais suis-je la seule ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Sarkozy va donner une conférence devant la fondation du parti d’Angela Merkel (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 6 heures)

POLITIQUE – Selon «Le Parisien», il pourrait en profiter pour voir la Chancelière allemande…

Nicolas Sarkozy se rendra à Berlin le 28 février pour donner une conférence sur le thème des relations franco-allemandes devant la Konrad-Adenauer Stiftung, la fondation de la CDU, parti d’Angela Merkel, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

ClairSeg • il y a une seconde

L’avenir de l’Europe peut-il se poursuivre si les Droits de l’Homme ne sont plus accordés à tous les citoyens ? Quelle justification peut-il apporter au fait qu’il a refusé de remplir sa mission de Président de tous les Français en abandonnant une citoyenne française dans une situation désespérée afin de favoriser sa carrière personnelle ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Cale sèche en Attique

 

Cale sèche en Attique

Cale sèche en Attique

Dimanche le temps était si rayonnant que je suis partie sur la côte. C’est une étrange impression que de me confronter aux paysages resplendissants de l’Attique alors que mon combat m’oblige à me colleter avec la noirceur des années lilloises pour tenter de les exorciser. Initiée à l’Antiquité grecque au lycée par un professeur de Lettres qui nous avait fait lire Iphigénie, j’avais affirmé ma préférence pour la fraîcheur et la simplicité d’Euripide alors que cette normalienne imbue de sa culture appréciait les versions modernes des tragédies grecques. J’ai passé hier une partie de l’après-midi assise sur une plage de galets, face à une crique magnifique, à me remémorer les premières années de ma jeunesse où ce nord, dont ma mère aimait à vanter la chaleur humaine, a fait intrusion dans ma vie pour y tracer un chemin de fiel.

 

Les socialistes crient à la calomnie à la lecture de mes textes. C’est du moins ce que les ingérences dans l’administration du blog laissent penser lors des mises en ligne, car de véritable dialogue il n’y a jamais. Je sais bien que mes adversaires ne sont pas tous de gauche, que la droite, sinon l’extrême-droite, ont repris le relais des attaques et des persécutions quotidiennes. Mais je n’ai aucun doute quant à l’origine des provocations et des manipulations qui année après année ont allumé la mèche de chaque foyer de haine. Du clan des Charentais au bastion socialiste du Nord, les liens sont anciens et compromettent Martine Aubry même si elle n’est arrivée que beaucoup plus tard à Lille. Celle-ci n’est cependant que la figure de proue d’un petit noyau masculin que je cherche encore à identifier avec précision.

 

Mes découvertes récentes m’obligent à une relecture du passé à travers le prisme de l’influence nordiste. Je donnerai quatre exemples. Les trois premiers datent de mes années d’études à Bordeaux et confortent l’idée d’une intervention lilloise. Le quatrième, très récent, vécu à Lille, est axé sur l’exemplification des méthodes et du cynisme des socialistes qui interviennent dans ma vie privée pour induire des réactions dans ma vie publique. Je suis convaincue que ma mise à mort a été décidée dès l’adolescence.

 

De Saintes à Lille, mes amours de jeunesse.

 

Rivages escarpés

Rivages escarpés

♦ Belgique (1984)

 

J’ai déjà raconté comment, l’été de mes dix-huit ans, j’avais gagné une bourse de voyage pour aller étudier la peinture flamande en Belgique et comment une fois la bourse décrochée, tout le monde m’était tombé sur le dos, à commencer par mes parents et mes voisins qui m’avaient trouvé en Belgique, sans que je ne réclame rien, et bien contre mon gré, un « point de chute » dans une famille de Wallons socialistes.

 

Ce que je n’ai pas raconté, c’est que cet été-là, je me suis retrouvée partout dans le rôle de l’« emmerdeuse » qui refuse de sortir, de s’amuser, d’aller danser et surtout de coucher avec Alphonse… Cet après-midi, Alphonse sera là ! Ce week-end, nous allons partir en excursion avec Alphonse ! Il ne te plaît pas Alphonse ? Non, Alphonse ne me plaisait pas. Alphonse ne s’appelait pas Alphonse.

 

A la fin du séjour, alors que j’avais cru échapper enfin à tant de sollicitudes intempestives, et retrouver ma liberté en Flandres, la famille wallonne m’a imposé un second foyer d’accueil, chez de jeunes militants socialistes trentenaires qui, ma valise à peine posée, m’ont emmenée danser l’après-midi même, en me propulsant dans la surprise party d’une sœur où j’allais pouvoir rencontrer « des jeunes ». J’ai bien compris qu’il s’agissait aussi de garçons. Je suis restée une heure assise sur un banc, tétanisée par le désespoir. J’étais venue en Flandres pour étudier la peinture flamande, pas pour courir les raouts avec des inconnus. Au bout d’une heure, prenant conscience de l’état dans lequel je me trouvais, le jeune couple a jugé préférable de me ramener à Bruges. Les militants socialistes belges ne sont pas très portés sur la peinture flamande.

 

♦ Allemagne (1985)

 

J’ai connu mon premier garçon l’été suivant, sans amour et là-aussi par une forme de désespoir. Au début de l’été, j’en ai eu tellement « marre de tout », que par une réaction inverse, j’ai eu envie de m’amuser, et surtout de faire comme les autres… J’ai connu le goujat italien qui m’a dépucelée dans un groupe de Françaises que je côtoyais à l’Université de Fribourg, où je suivais des cours d’allemand. J’étais du genre à aimer les vacances studieuses. Cet Italien du Veneto avait dans le groupe une camarade française, qui s’appelait Laure et qui se vantait d’un père architecte ayant travaillé à la cour princière du Maroc. L’été suivant, le goujat et la Française se sont retrouvés quelques jours à Nice. Ils m’ont invitée. Je n’y suis pas allée.

 

J’avais toujours pensé l’aventure comme une parenthèse dans ma vie, jusqu’à ce que je sois amenée à réévaluer le rôle de Laure, un prénom maudit, dans ma propre vie. Ces derniers mois, j’ai même tenté de retrouver la jeune femme, qui doit avoir aujourd’hui mon âge, et dont je ne connaissais pourtant que le prénom. Un faisceau de présomptions m’avaient incitée à imaginer que je la trouverais peut-être dans l’entourage familial de Jean-Louis Brochen. Je n’ai bien sûr réussi à trouver personne, bien que je reste convaincue que la tâche ne soit pas insurmontable. Mon échec n’invalide pas non plus mon hypothèse.

 

♦ Bordelais (1988)

 

L’amant dont je ne me suis pas remise, c’est le suivant, Lucien, que j’ai rencontré à Bordeaux trois ans plus tard. Après le goujat, j’ai rencontré le salaud. Lucien était un grand échalas qui se forçait au lit et qui humiliait, salissait, culpabilisait ensuite avec des mots. Etudiant à Sciences Po, il était arrogant et « de gauche », entouré en guise d’amis d’une petite cour de fils de notables dont la suffisance le disputait à la médiocrité. Je n’avais jamais autant entendu parler de psychanalyse avant de le rencontrer.

 

Nous ne sommes pas restés longtemps ensemble. Il m’avait fait une cour pressante, presqu’intrusive, mais il s’est mis ensuite à prétendre que c’était moi qui l’avais séduit. Il affichait son insatisfaction avec moi mais il a fallu que ce soit moi qui le quitte. Et il a fallu que j’insiste. Lorsque je lui ai annoncé la fin de notre relation, il a tout tenté pour me faire changer d’avis, y compris de maintenir une relation amicale. Je l’ai sommé de venir reprendre les quelques disques qu’il avait laissés chez moi, et surtout un « cadeau » qu’il m’avait fait, et de disparaitre.

 

Je n’avais pas donné de raison à la rupture. Lors de notre dernière rencontre, il a voulu discuter à nouveau pour me faire changer d’avis. Alors, tout à coup, je me suis mise à lui expliquer les humiliations qu’il m’avait fait endurer. Ou plutôt j’ai commencé à les lui expliquer. A peine les premiers mots prononcés, le fier-à-bras qui avait des avis sur tout et donnait des conseils d’un ton péremptoire n’a plus été qu’une lavette émasculée qui a pris la tangente la queue entre les jambes, avec une lâcheté dont je n’oublierai jamais le spectacle. Je n’ai pas pu finir ma phrase. C’est l’héroïsme des jeunes gens donneurs de leçons « gauchistes », grandes gueules mais pleurnicheurs, veules et lâches dès qu’on leur réclame de se justifier sur leur comportement…

 

Lucien ne s’appelait pas Lucien. Mais il était bien Lillois, fils d’une institutrice socialiste et catholique.

 

Je ne comprenais pas à l’époque ce qui se passait. Seule par tristesse de ne pas rencontrer l’ami dont je rêvais mais aussi par prudence, j’ai été, dès la fin de l’adolescence, très sollicitée, en particulier dans mon réseau familial. Mais il y avait toujours quelque chose d’étrange dans la façon dont ces garçons me faisaient la cour. Après Lucien, j’ai décidé de quitter Bordeaux et d’entamer une psychothérapie. Je ne me concevais pas comme névrosée mais s’il y avait un problème, il fallait trouver quelqu’un pour m’aider à le résoudre.

 

Au cœur de la capitale nordiste, la découverte des manipulations socialistes.

 

Ile grecque

Ile grecque

Je ne donnerai qu’un seul exemple, parmi bien d’autres, vécu dans le taudis de la rue de Châteaudun, des tentatives et des manipulations constantes et bien « socialistes » dont je fais l’objet.

 

Les derniers temps où j’ai vécu rue de Châteaudun, un jeune couple, ami du propriétaire, s’est installé au rez-de-chaussée. Les jeunes gens se sont montrés très « bienveillants » avec moi, alors que j’étais en conflit ouvert avec la maisonnée. J’ai adopté une attitude du « no comment » lorsqu’ils m’abordaient. Je n’avais rien à leur dire. Quelques mois plus tard, agressée dans le métro, j’ai soupçonné le jeune homme d’avoir été l’instigateur de l’agression et je suis allée lui poser des questions. Il ignorait tout de l’affaire. Jeunes mariés, le couple affichait une complicité totale. Mon animosité s’est renforcée. Ils sont restés insensibles.

 

Un jour que je sortais, je me suis retrouvée nez à nez dans le hall d’entrée avec ce jeune homme dans une tenue d’autant plus ahurissante que la configuration des lieux excluait toute possibilité de rencontre fortuite : trois étages depuis ma soupente au rez-de-chaussée, un escalier en bois bruyant, des cloisons en papier… Même surpris, ce qui paraît inconcevable, la réaction naturelle du jeune homme aurait dû être un retrait pour me laisser passer. Il m’a coupé la route, aller retour, pour se rendre à la poubelle commune. Mais que pouvait-il penser ? Je lisais dans ses yeux la haine. Il savait les soupçons que je portais contre lui, sa femme, sa famille… de me harceler. Et en plus il n’était pas favorisé par la nature.

 

Affichant une surcharge pondérale préoccupante pour son jeune âge, potelé comme un Bibendum Michelin, avouant déjà un début de bedaine, il était ce jour-là ficelé comme un saucisson dans un petit coordonné moule-fesses Marcel-Boxer qui m’a laissée pantoise. Il est certain qu’on ne peut pas parler à propos de l’incident de ces « invectives haineuses » dont je me plains. Mais la vulgarité du comportement, le mépris qu’il impliquait pour moi, la férocité qui l’accompagnait, m’ont fait l’effet d’un coup de poing dans la figure plus brutal qu’une bordée d’injures.

 

Que faire face à l’insulte ? On ne peut rien faire contre ces jeunes gens : fils de notables et de médecins, catholiques pratiquants, proches de la nomenklatura socialiste nationale, dotés d’un nombre de frères et sœurs comme seules les familles religieuses savent encore en produire, et qui ont tous le même profil, ils sont impliqués dans le panel complet des ONG, des plus catholiques aux défenseurs des Droits de l’Homme, qui leur accorderont toujours leur soutien. Et à l’occasion, avec tact, ils informent la police, ce qui leur assure d’autres appuis. Ils s’autoproclament «les Bons». Ils sont «Ceux qui savent mieux que les autres ce qui est bien ou mal». Ils resteront pour moi l’incarnation absolue de la véritable dépravation morale contemporaine.

 

Martine Aubry et la notion de « Care ».

 

Sounion

Sounion

Les prétentions de Martine Aubry-Brochen à faire de la politique en avançant des notions de «Care», en appelant à un Etat « bienveillant », qui ne laisse personne sur le côté, qui soit un modèle démocratique, sont intolérables à la femme détruite que je suis. Ma vie aura été l’exemple majeur de l’hypocrisie d’intellectuels qui se placent au niveau de la logorrhée bien-pensante mais n’ont aucune empathie, aucun respect, aucune volonté profonde de venir en aide à un peuple dont ils s’estiment pourtant en droit de décider du sort, jusqu’à s’accorder un droit de vie et de mort sur certains d’entre eux.

 

Le sacrifice d’un seul présage du sacrifice accepté de beaucoup d’autres par des séides imbus de leur idéal. Leurs méthodes comme leurs roueries révèlent un sentiment de supériorité indécent chez des gens qui s’octroient la mission de décider pour les autres et dont l’hypocrisie est assumée au point d’être  justifiée auprès de leurs militants. Le socialisme n’a plus rien à voir avec leurs pratiques, comme le trahit bien la prétention en miroir de Nicolas Sarkozy à les récupérer et à se les attribuer en cherchant à se redéfinir comme «Président protecteur». Les bonnes œuvres sociales promises ne sont que l’émanation calculatrice d’un désir d’apaisement du peuple pour mieux l’asservir, au nom d’un impérialisme catholique et chrétien.

 

Mes tentatives pour démonter la machine infernale se heurtent à des accusations de mauvaise foi et donnent des armes à mes adversaires. Je ne citerai qu’une œuvre cinématographique contemporaine pour illustrer l’évolution de mes sentiments sans chercher à les décrire, le film de George Cukor, Gaslight (1944). Le parcours de l’héroïne, incarnée par Ingrid Bergman, ne peut être assimilé au mien, mais son vécu intime est très proche de la souffrance qu’a été toute ma vie, et contre laquelle je dois encore chercher à me défendre, dans la solitude la plus complète.

 

Articles en relation avec l’évolution politique des Aubrystes :

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême-gauche » catholique et américaine  sort du bois… – 30/11/2013 : Lecture de l’actualité du Parti socialiste.

Seconde offensive catholique et américaine : la Renaissance selon Martine Aubry – 02/12/2013 : Enchaînement logique ou comment  avoir raison peut vous donner envie de pleurer… et la rage de poursuivre le combat.

 Revue de presse des articles sur Martine Aubry que j’ai commentés :

Revue de presse des articles commentés de Martine Aubry

Pas de fumée sans feu.

Pas de fumée sans feu.

Commentaires mis en ligne le 16 février 2014 :

Surtout, ne dites pas que Martine Aubry s’échauffe pour Matignon (Rue89 – il y a 13 heures)

Consigne a été donnée aux participants de « chercher des idées neuves, stimulantes, concrètes, pas nécessairement consensuelles ». La phrase est soulignée dans le programme de l’événement. On a du mal à ne pas voir, dans ces trois derniers mots, une taquinerie à destination du gouvernement. 

ClairSeg • il y a une seconde

La photographie est mensongère. Martine Aubry n’est pas le genre de femme qui tire en vous regardant droit dans les yeux après sommation : “Think and do!” Elle est adepte du croche-pied en douce et fait semblant de ne pas vous connaître lorsque vous l’interpellez en public ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

ClairSeg • il y a une seconde

Et si elle tire, c’est planquée derrière un groupe en prétendant : “Non, je ne critiquerai pas le PS ! Non, je ne veux pas être Premier ministre ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Une eurodéputée quitte le PS pour Nouvelle Donne (Par Libération.fr | Liberation.fr – sam. 15 févr. 2014)

Dans une lettre révélée par Libération, Françoise Castex, proche d’Henri Emmanuelli, parle d’«espoirs déçus» et rejoint la nouvelle formation de Pierre Larrouturou pour les européennes

ClairSeg • il y a une seconde

Une fois encore, tir groupé : lorsque l’on parle de l’association Renaissance de Martine Aubry, on annonce un ralliement à Nouvelle Donne : mais ils ne sont pas plus socialistes que le parti qu’ils quittent ou qu’ils critiquent. Ils modulent différemment le mensonge politique, c’est tout. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Samedi 15 février 2014, Grand-messe pour la Renaissance de Martine Aubry à Orléans

 

Orléans

Orléans

Orléans, ville des rois

Madame Aubry-Brochen organise la première grand-messe de son association Renaissance à Orléans samedi 15 février sur le thème de la santé. Les révolutionnaires de l’extrême-gauche catholique et américaine du Parti socialiste s’installent donc dans la ville des rois de France où s’est jouée la « Renaissance carolingienne » au VIIIème siècle, fief de la famille capétienne, grande ville universitaire depuis la fin du Moyen-âge, mais aussi ville de Jeanne d’Arc, au cœur de ce Val de Loire très à la mode à la Renaissance et où se trouvaient les domaines royaux de Chambord, Ambroise, Blois, Chenonceau. La prospérité de la région a toujours été associée à l’ordre monarchique, et après tout l’aristocratie, très anticapitaliste, ne voit peut-être pas d’un si mauvais œil cette intrusion sur ses terres. Celle-ci a gardé du Jour de la Tête de veau un mauvais souvenir compréhensible et semble plus que jamais en vouloir à ces bourgeois capitalistes qui ont osé la destituer pour faire la Révolution et se donner les moyens, en tant qu’hommes du peuple, de créer et d’exploiter les fabriques de la « Révolution industrielle », elle-aussi en cours, et qui connut son plein essor au XIXème siècle.

 

A mes frais !

A mes frais !

Do & Think T(h)ank sur la santé (sic !)

La santé est un sujet sur lequel l’expertise de Madame Aubry-Brochen ne saurait être mise en doute. En tant que persécutée de la municipalité lilloise, je sais que s’opposer à Martine signifie très vite que l’accès aux soins médicaux n’est plus garanti à 100%, qu’il faut apprendre à vivre en ayant mal aux dents, et que l’on doit s’attendre à une Estocade dans la misère ! Ce qui m’a amusée (malgré tout…) dans l’article de Libération publié par Laure Bretton le 13 février 2014, c’est l’erreur sur l’expression américaine des « branchés », une erreur surprenante de la part d’un reporter qui voyage dans le monde entier et doit être « fluent » en anglais (La coquille a été corrigée). Elle écrit « Do & Think Thank » pour « Do & Think Tank », une variante du « think tank » que je ne connaissais pas et qu’on doit pouvoir traduire par « Réservoir d’idées et d’actions », métaphore désignant un groupe d’experts dans le monde anglo-saxon. L’expression erronée de la journaliste signifie en revanche sans ambiguïté : « Fais et pense à dire merci », un lapsus qui ne doit pas déplaire à la catholique Martine Aubry-Brochen et à sa suite de culs bénis et d’oligarques. Mais une fois encore je me sens bien Seule au front pour railler le « Bon cœur » de Madame Aubry.

 

Dreyer Jeanne d'Arc

Dreyer Jeanne d’Arc

L’équipe de Martine Aubry

Je trouve assez savoureux aussi que ce soit le flou mari d’Anne Hidalgo, Jean-Marc Germain, qui appelle à des idées « dérangeantes et extrêmes », bienvenues parmi ces torrides gauchistes. Je ne me suis intéressée que tardivement à tous ces hommes qui se cachent derrière la fille de Jacques Delors, les Jean-Marc Germain ou Jean-Louis Brochen de l’intimité. C’est un médecin qui a aiguisé ma curiosité. En décembre 2010, un Docteur est venu visiter mon appartement à vendre. Walid Hanna avait de grands fils étudiants à loger et l’appartement lui a plu. Il a voulu revoir les lieux avec son épouse, le Docteur Anne Théry. Elle est arrivée la première, tandis que Monsieur, coincé dans des embouteillages, se faisait attendre. Une femme charmante, douce, timide, discrète et fragile comme il convient dans la bourgeoisie, mais qui n’a pas dû aimer l’immeuble puisqu’ils ne m’ont jamais recontactée après cette seconde visite. Ce mois de décembre 2010 a été trop mouvementé, entre le cambriolage du petit logement que j’occupais à Fives, en attendant la vente de cet appartement, et mes démêlés avec la police, pour que je songe à me renseigner sur ces étranges visiteurs, alors que je n’avais presqu’aucune visite. Mais très peu de temps après, je me suis aperçue que Walid Hanna était un proche de Martine Aubry et faisait partie de l’équipe resserrée de la municipalité lilloise. Quel extraordinaire hasard ! J’ai remarqué depuis que beaucoup de médecins, au-delà des clivages politiques, accordaient Martine Aubry un soutien inconditionnel.

Madame Delors-Aubry-Brochen soigne les âmes autant que les médecins soignent les corps malades. En bonne technicienne de la Communication moderne, elle connait les rites et les offrandes qui permettent à une communauté de se rendre propice à Dieu et d’obtenir son pardon. A Orléans comme à Lille, le sacrifice de la messe est un acte de propitiation.

Revue de presse sur le Think tank de Martine Aubry :

Revue de Presse sur Martine Aubry et le groupe Renaissance

Commentaire publié le 13 février 2014 sur Yahoo et censuré sur Libération où il n’a pas été publié :

Martine Aubry veut bien revenir… pour penser (Par Libération.fr  | Liberation.fr – il y a 4 heures)

La maire de Lille réunit samedi sa «coopérative d’idées et d’action» Renaissance, à Orléans, sur le thème de la santé.

Martine Aubry est de retour, sur le terrain… des idées. Renaissance, la «coopérative d’idées et d’action» de la maire de Lille — dites «do & think thank» si vous êtes branché — a rendez-vous samedi à Orléans pour une deuxième édition consacrée à la santé, après son lancement à Paris en décembre.

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 47 secondes 

Comme “idées dérangeantes et extrême”, je propose au groupe Renaissance de Martine Aubry et de Jean-Marc Germain de plancher sur le cas de Claire Seguin à Lille, avec lynchage au sein de la communauté lilloise extatique et mise à mort à l’étranger grâce à un réseau de relations européennes triées sur le volet. Un cas qui permet d’aborder aussi la question de la santé : accès aux soins et à la sécurité sociale en fonction de l’humeur du chef de clan ou hospitalisation abusive en cas de révolte du citoyen face aux persécutions dont il est victime. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

L’histoire de la fameuse coquille !

JO1934 13 FÉVRIER 2014 À 19:3

Normalement , c’est  « do and think tank  »   et non  »Thank » !

Un ‘réservoir d’idées et actions’, quoi ! Ceci pour le ‘journaliste’ .

Pour ce qui est de Martine Aubry, je pense comme Turbine !

GUILLAUME_LAUNAY Libération13 FÉVRIER 2014 À 19:8

@jo1934 coquille corrigée merci…

 

Athènes, place Syntagma, ce matin.

Athènes, place Syntagma, ce matin.

Commentaires publiés le 14 février 2014 :

Mag’Centre (en ligne) (13 fév 2014 / Catégorie : Mag’politique (voir Revue de presse).

ClairSeg  • 14 février 2014 à 9 h 41 min.

Le retour de Martine Aubry à Orléans ne peut pas se faire sans une prise de conscience des dessous de la politique socialiste à Lille, déshumanisante et clientéliste, qui n’accorde des droits humains qu’aux sympathisants de la municipalité. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Même commentaire sur Yahoo et LeFigaro.fr sur l’article : Martine Aubry revient sur le terrain des idées (Par Licourt, Julien | LeFigaro.fr – il y a 6 heures)

La maire de Lille doit tenir la deuxième réunion de son think tank, samedi, à Orléans. En retrait depuis son départ de la rue de Solférino, Martine Aubry, qui reste très populaire à gauche, décline toute ambition gouvernementale.

Municipales: les candidats à la mairie de Paris veulent sortir tous les SDF de la rue  (Par AFP | AFP – il y a 54 minutes)

Les principaux candidats à la mairie de Paris se sont engagés vendredi à poursuivre le nouvel objectif que s’est assigné Emmaüs et le Samu social: sortir tous les SDF de la rue à Paris avant 2020.

ClairSeg • il y a une seconde

Incroyable ! J’en connais une qui travaille à m’y envoyer ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 21 février 2014 :

Montebourg confirme la « renaissance » d’une compagnie nationale des mines (LeMonde.fr – il y a 4 heures)

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, confirme, vendredi 21 février dans un entretien au Parisien, la « renaissance » d’une « Compagnie nationale des mines de France » (CMF). […]Et de conclure : « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. »

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 28 secondes

Le choix des termes pour annoncer la création de cette entreprise nationale me laisse pantoise : le Parti socialiste ne se cache plus et laisse libre cours à son inspiration monarchiste, aristocratique, passéiste : après la “Renaissance” d’Aubry lancée à Orléans le week-end dernier, le colbertisme de Montebourg :   « Le colbertisme est de retour et c’est un bien. » J’ai peur que Monsieur Hollande ne soit ridicule en Roi Soleil ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Lillisation de la société : Martine Aubry et la Sécurité sociale

 

Le site de la Sécurité sociale

Le site de la Sécurité sociale

Depuis mon départ de France en novembre 2012, j’avais gardé une carte valide de sécurité sociale, bien que je ne m’en serve presque plus pour accéder aux soins médicaux dont j’ai besoin. Cela restait cependant une protection en cas d’hospitalisation, et en particulier d’hospitalisation abusive, comme celle dont j’ai déjà été victime en février 2012.

Je n’ai plus à ce jour la sécurité sociale. Je n’ai plus non plus envie de faire le récit (kafkaïen) de mes tribulations pour tenter d’obtenir les soins médicaux dont j’aurais besoin. Seul indice de ma situation : le dernier document officiel obtenu, une attestation provisoire de carte européenne de sécurité sociale (voir photographie), l’a été en me présentant le 20 novembre 2013 au guichet de la sécurité sociale de Lille, à Wazemmes, lors de mon bref séjour en France (voir l’article Savonnette en stock), sans mentir en aucune façon sur ma situation, par ailleurs connue de tous à Lille, et alors que je me sais surveillée par la police de façon constante, y compris dans mes tentatives pour obtenir des soins médicaux (Je tousse / J’ai mal aux dents).

Lorsque deux mois plus tard, je signale un dysfonctionnement, voilà que la CPAM me fait le coup du dossier qui n’est plus à jour « de longue date », une rouerie que je connais sur le bout des doigts et qui m’avait déjà fait hurler à Lille, lorsque j’y ai été retenue pendant cinq ans après ma démission de l’Education nationale en 2007. Le dialogue de sourds qui s’ensuit est caractéristique du harcèlement administratif dont j’ai été victime à Lille, au point de porter plainte le 10 juin 2009 (Voir la liste des Plaintes et les échanges par mail photographiés).

Martine Aubry, maire de Lille et instigatrice de la sécurité sociale pour tous (CMU), est donnée gagnante des prochaines élections municipales. Je peux comprendre que le cynisme des Lillois se satisfasse de la réélection d’une femme aussi puissante. Mes lecteurs auront cependant compris que je ne partage pas la conception de la politique de cette dame. L’acharnement qu’elle a manifesté à mon encontre est symbolique du climat délétère dans lequel s’est installée la métropole nordiste.

Ce qui me fait peur avec la France, ce n’est pas que ce genre de pratiques puissent se produire. Ce n’est pas même que ces pratiques puissent être relayées par la police française, européenne ou même canadienne, bien que cela devienne beaucoup plus choquant ! C’est que tout le monde trouve cela « normal », à droite comme à gauche : lorsqu’un citoyen entre en conflit avec un grand chef de clan comme Martine Aubry, et ose lui tenir tête, c’est tout de même « normal » qu’il en subisse les conséquences, y compris par le retrait de sa citoyenneté et de ses droits humains les plus fondamentaux !

Non, cela n’est pas « normal » ! Non, cette Lillisation de la société française n’est pas « normale » ! Ce sont des pratiques qui relèvent de la dictature et qui témoignent d’une fascisation avancée du monde occidental. Je tiens à rappeler que je ne sais pas de quoi je suis accusée. Je ne vois pas pourquoi ma bonne foi serait mise en doute. Et si des preuves pouvaient la mettre en doute, je ne vois pas pourquoi  je ne pourrais pas en prendre connaissance.

Document Ma contribution à la campagne municipale discrète puisqu’inutile de Madame Martine Aubry-Brochen à Lille, grâce à une revue de presse de quelques-uns des rares articles publiés sur elle.

Revue de presse sur les municipales de Lille.

Commentaire mis en ligne le 3 février 2014 :

Le PS appelle « la France de la fraternité » à manifester (Par Le Nouvel Observateur avec AFP | Le Nouvel Observateur – il y a 17 heures)

Le porte-parole du PS, David Assouline, a souhaité dimanche 2 février sur BFMTV que « la France de la fraternité se manifeste fortement » lors d’un rassemblement pour contrer « Jour de colère », coalition de mouvements opposés au gouvernement.

ClairSeg  •  il y a 2 minutes 2 secondes 

De quelle fraternité sont encore capables les socialistes qui ont livré l’une de leurs sœurs à un lynchage pendant trente ans, qui refusent tout dialogue, qui sont en train de l’achever dans le silence à Athènes ?… Claire Seguin, la sœur d’Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 7 février 2014 :

L’impopularité de Hollande inquiète les élus PS  (Par Huet, Sophie |  LeFigaro.fr – il y a 4 heures)

Certains députés socialistes se montrent très sévères envers le président de la République, estimant qu’« il n’y a presque plus rien de gauche » dans la politique menée par le chef de l’Etat.

ClairSeg • il y a une seconde

Martine Aubry se frotte les mains ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaire mis en ligne le 9 février 2014 :

La méthode Hidalgo pour le Grand Paris (Par Libération.fr | Liberation.fr – il y a 21 heures)

En visite dans le quartier Paris rive gauche, la candidate PS à la mairie de Paris y a vanté un modèle d’urbanisme pour la métropole. En se gardant bien d’évoquer la présidence de l’institution. Paris, modèle pour le Grand Paris?

ClairSeg • il y a une seconde

La méthode Hidalgo pour le Grand Paris est-elle inspirée par Paris, ou par Lille et son agglomération sous domination socialiste, où son mari Jean-Marc Germain a sévi pendant des années auprès de Martine Aubry ? Clanisme, clientélisme, loi du plus fort sur tous les registres… Bon courage, Paris ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le certificat provisoire de carte européenne de Sécurité sociale

Le certificat provisoire de carte européenne de Sécurité sociale

Le document que le conciliateur prétend que j'ai perdu.

Le document que le conciliateur prétend que j’ai perdu.

Mails avec le conciliateur de la Sécurité sociale

Mails avec le conciliateur de la Sécurité sociale

Vers une Lillisation de la société française?

20 décembre 2013 Matin radieux à Athènes

20 décembre 2013 Matin radieux à Athènes

1)    Entre-soi.

L’agglomération lilloise représente à elle-seule plus d’un million d’habitants. Le 25 novembre 2011, pour marquer la Journée internationale des violences faites aux femmes, dans cette capitale du Nord socialiste, avant-gardiste, féministe en diable, la municipalité ne signale qu’une seule manifestation, dans un petit cinéma de quartier, autour de la projection d’un documentaire.

Décidée  à profiter de l’occasion pour distribuer mes « petits papiers » à un autre public que les passants du centre ville, je suis arrivée si tôt que le cinéma ouvrait à peine. Je me suis présentée aux organisatrices qui m’ont demandé mon « petit papier ». Aucune n’a engagé le dialogue. J’ai attendu le public qui est arrivé au compte-gouttes. Sur plus d’un million de nordistes, l’événement a péniblement rassemblé une quarantaine de personnes. Pas un seul participant n’est arrivé sans aller faire la bise à l’une ou l’autre des organisatrices. Une bonne quinzaine de « spectateurs » ont attendu le début de la séance en rang d’oignon sur le trottoir, la cigarette au bec, un rictus d’ennui consterné sur le visage… Je crois que je n’avais jamais vu une réunion aussi minable, même dans de bien plus petites villes de province.

Surtout j’ai été sidérée par l’absence absolue de public en dehors de l’entre-soi militant de Lille, venu par devoir. Pas de femmes ou citoyens motivés par la curiosité, pas de collègues intéressé(e)s par un sujet à facettes aussi professionnelles, pas de jeunes gens en quête d’information avant un engagement militant, pas de troisième âge nostalgique souhaitant savoir où en est aujourd’hui la cause des femmes… Si je m’étais égarée dans une telle manifestation par curiosité (citoyenne, féministe, cinéphile…), je me serais sentie déplacée…

2)    Humiliation concertée.

Au tout début de mon combat, et bien avant mon départ pour Toronto en 2009, puisque j’ai encore ma voiture et que c’est le sujet de ma requête, j’ai tenté de me faire aider en me présentant un soir, à la maison des Associations de Lille, à une permanence d’entre-aide pour la Défense des Droits de l’Homme. Il y avait une certaine affluence, mais j’étais loin d’être la dernière arrivée. On m’a fait passer la dernière. J’ai été reçue par une femme d’une cinquantaine d’années et un très jeune homme de dix-huit à vingt ans qu’elle épaulait. J’aurais voulu obtenir un appui pour faire inspecter mon automobile que je pensais équipée d’un mouchard. La femme m’a dit qu’elle ne pouvait rien entreprendre et a laissé la parole au tout jeune homme, qui aurait pu être mon élève quelques mois plus tôt, et qui s’est lancé dans des explications techniques compliquées, sur un ton très informé, pour m’expliquer ce qu’était un tableau de bord (!). La seule chose que j’aie bien comprise, c’est qu’il possédait déjà une automobile bien plus performante que ma petite Fiesta de base, achetée d’occasion et à crédit sur mon salaire de professeur. En revanche, sur le problème de la surveillance policière illégale et inexpliquée, il n’avait rien à dire. En face de moi, le regard concentré de son mentor enregistrait avec ironie les progrès de la colère et de l’humiliation sur mon visage.

3)    Pantalonnade sur le parvis des Droits de l’Homme.

Un mardi par mois, les militants lillois des Droits de l’Homme se réunissent place de la République, sur le Parvis des Droits de l’Homme, pour une petite manifestation militante. Il faut voir le numéro ! Ces messieurs-dames se placent en cercle autour de la Dalle, prennent un air inspiré et font silence pendant au moins vingt minutes. C’est un moment d’intense concentration méditative. Certains lèvent les yeux au ciel. D’autres ont le regard rivé par terre. Quelques-uns écartent légèrement les bras, les mains ouvertes, dans une attitude proche de la prière… J’ai eu le temps de bien détailler la pantalonnade, puisqu’un mardi je distribuais mes « petits papiers » place de la République lorsqu’ils sont arrivés. En repartant, l’une de ces bonnes dames s’est arrêtée auprès de moi et a pris l’un des « petits papiers » que je distribuais. Elle l’a lu devant moi, avec le sérieux d’un Pape, puis a continué son chemin sans dire un seul mot. Par la suite, j’ai essayé, dans la mesure du possible, de les éviter…

4)    Agression à Wazemmes.

Le 3 avril 2013, à Lille, alors que je suis arrivée la veille de Londres, pour régler les papiers de la fourgonnette que je viens d’acheter (avec l’idée d’en faire un jour un véhicule professionnel), je me suis aventurée à Wazemmes, en début d’après-midi, pour me rendre dans un cybercafé. Je gare mon véhicule rue des Postes, le long d’un trottoir, près d’un carrefour, et je suis la dernière de la file. Lorsque je reviens une demi-heure plus tard, je constate avec consternation qu’une automobile s’est garée derrière moi de façon si serrée qu’elle touche presque mon véhicule. La manœuvre ne sera pas facile.

Installée au volant, je tente de me dégager du créneau et bien sûr je viens toucher le pare-choc du véhicule qui s’est placé derrière moi. Aussitôt surgit un jeune homme, en fin de vingtaine, hystérique, qui m’abreuve d’invectives, gesticule, m’ordonne de descendre de voiture pour constater les dégâts (!)… Il s’agissait du propriétaire de la voiture qui s’était posté sur le trottoir d’en face pour contempler son épave à roulettes. Je commence par lui demander de se calmer. Il redouble de gesticulations et exige que je descende de voiture. Je refuse. Je me lasse aussi de la comédie hystérique. Des passants s’en mêlent et me disent de partir sans faire attention à lui. Il se plante sur la chaussée devant ma voiture et n’en bouge plus. Il me menace d’appeler la police. Je perds mon assurance devant une situation qui tourne au ridicule. Je prends mon téléphone et c’est moi qui appelle la police. Le standard me rit au nez, une voiture de patrouille arrive et un policier au regard malveillant fait mon procès avec une agressivité misogyne tout aussi injuste que celle de ce jeune homme. Je résiste en rappelant que c’est moi qui aie été agressée. Le policier me demande de donner vingt euros au jeune homme pour sa plaque minéralogique ! Au bout de quelques minutes, démontée par la violence réactionnaire à laquelle je suis confrontée, je donne le billet, je monte dans ma voiture et je pars sous les quolibets de l’automobiliste prenant à témoin le policier.

Dans mon rétroviseur, je vois alors le jeune homme remonter dans son automobile et reprendre la route à son tour. J’ai quitté Lille aussitôt et je n’y suis jamais retournée par la route. Je ne suis pas une automobiliste pire qu’une autre, mais je ne peux rien contre les coups montés.

5)    Guimauve en devanture, cyanure dans les cœurs.

Tandis que la France s’enfonce dans le crime et la corruption, tandis que les polices européennes collaborent pour mettre en coupe réglée les populations occidentales, tandis que le rideau de fer vient de retomber avec fracas, tandis que les culs bénis réactionnaires, tortionnaires et américains s’implantent au Brésil, Lille s’apprête à reconduire dans son rôle de maire Madame Martine Aubry-Brochen. La Lillisation du monde est-elle irrévocable ? La gangrène lilloise va-t-elle emporter le pays, l’Europe, la planète ? Peut-on compter sur Monsieur Sarkozy pour sauver la démocratie ? A Lille, on ne peut constater que son échec le plus éclatant…

 Le beau temps à Athènes est aujourd’hui délicieux. Mais il n’est pas suffisant pour redonner un peu de sens au monde. J’ai toujours mal aux dents. Je tousse et les poumons sont douloureux. J’ai eu si peur dimanche, que j’ai quitté mon appartement personnel pour me réfugier dans une auberge de jeunesse. Mais la solution est temporaire. Hier, mes tentatives pour porter plainte ont échoué…

 

20 décembre 2013 Fin d'après-midi

20 décembre 2013 Fin d’après-midi

Commentaires mis en ligne sur Yahoo depuis les 20 et 21 décembre 2013 :

François Hollande «confirme» l’inversion de la courbe du chômage en dépit des prévisions  (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 1 heure 49 minutes)

François Hollande a assuré jeudi soir qu’il tablait toujours sur une inversion de la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année et en 2014, faisant valoir que «tout est fait» pour y parvenir, en dépit de projections de l’Insee évoquant une «quasi-stabilité» du chômage l’an prochain.

 ClairSeg • il y a une seconde

Et moi, je confirme que je suis bien toujours au chômage, grâce à Monsieur Hollande ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Chômage: l’Insee ne voit rien venir, le gouvernement si   (Par Nathalie AURIOL | AFP – il y a 2 heures 55 minutes)

La reprise a beau être poussive et l’Insee pas très optimiste, le gouvernement n’en démord pas: à quelques jours de la publication du nombre des demandeurs d’emploi en novembre, il assure plus que jamais être en mesure de tenir son objectif d’inverser la courbe du chômage.

ClairSeg • il y a une seconde

Pour ma part, je ne vois venir aucun changement, côté chômage, et je confirme bien que la responsabilité en incombe à Monsieur Hollande ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

ClairSeg • il y a une seconde

Moi, ce que je vois venir, c’est une grosse colère des chômeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Et si Jean-Marc Ayrault restait à Matignon? (Reuters – il y a 32 minutes) par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) – Et si Jean-Marc Ayrault restait à Matignon? A la barre depuis 18 mois, le Premier ministre serre les dents en cette fin d’année 2013, répondant par une persévérance tranquille en apparence aux flèches décochées par son camp.

ClairSeg • il y a une seconde

Garder Monsieur Ayrault, c’est une fois encore le meilleur moyen de faire l’autruche et de ne pas résoudre les problèmes qui empoisonnent les Français… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

« François Hollande épluche les écrevisses et trie les lentilles »   (Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – ven. 20 déc. 2013)

Insaisissable, le président François Hollande? Hervé Karleskind, sous la plume de Madame de Sévigné, conte les déboires du chef de l’Etat, qu’il appelle le Flou.

ClairSeg • il y a une seconde

Mais Martine Aubry-Brochen ne disait-elle pas : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ? » Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Campagne de mailing, sporadique et aléatoire, car je suis fatiguée de me battre avec les boîtes mail !

Madame, Monsieur,

A nouveau me voilà obligée, à contrecœur, de reprendre une campagne de mailing. J’avais bien compris que les Français refusaient de me venir en aide. Mais la contrepartie de cet abandon devrait être de me laisser au moins vivre en paix loin d’eux. Si les Français veulent s’enferrer dans le harcèlement, j’aimerais qu’ils aient au moins la décence et le courage de me dire ce qu’ils me reprochent ou d’exiger du pouvoir des explications sur la persécution qu’il me fait endurer. Jusqu’où peut aller la lâcheté devant le spectacle de la souffrance humaine ?

La réouverture de mon blog http://unmicrosousvotreoreiller.unblog.fr/ est là pour témoigner de ma révolte et de mon refus de me soumettre à ce que je considère comme de l’abjection morale. J’avais une plus grande idée du peuple français et des principes de la République !

Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

Message de Google ce matin, dimanche 22 décembre 2013, assez amusant, car cette boîte mail a en effet été supprimée… cet été. Pour l’instant, les deux boîtes que j’ai recréées vendredi dernier fonctionnent…

Bonjour Claire, 

Nous souhaitons vous confirmer que le compte Google claire.seguin59@gmail.com a bien été supprimé, car un problème de non-respect des conditions d’utilisation n’a pu être résolu. 

Si vous souhaitez récupérer l’accès à votre compte, rendez-vous immédiatement sur la page d’assistance relative aux mots de passe : Restaurer le compte*

Après la suppression de votre compte Google, vous disposez d’un court délai pour le restaurer. 

Cordialement,
L’équipe Comptes Google

*NB : La restauration du compte est proposée mais n’est pas possible !

Dimanche 22 décembre 2013 : le beau temps est toujours aussi éclatant. Réduite à l’inactivité contre mon gré, je n’hésite pas à partir me promener. Après tout, l’air et le soleil sont les meilleurs remèdes pour mes poumons… Promenade dans le parc de l’Acropole, bain de foule à Thissio et Monastiraki, escapade culturelle et méditative au Kerameikos, marché d’Athènes, fébrilité des fêtes en centre ville et place de la Constitution… Tandis que cette intelligentsia française qui pense beaucoup trop à moi me tourne en ridicule et me calomnie, je regarde les autres préparer Noël… Je souhaite à mes lecteurs de bonnes fêtes… Je consacrerai ces quelques jours à un tête à tête avec le soleil… 

Athènes 22 décembre 2013 Le ciel est bleu.

Athènes 22 décembre 2013 Le ciel est bleu.

22 décembre 2013 Préparation des fêtes

22 décembre 2013 Préparation des fêtes

22 décembre 2013 Parc de l'Acropole

22 décembre 2013 Parc de l’Acropole

22 décembre 2013 Thissio

22 décembre 2013 Thissio

Kerameikos Héroïsme

Kerameikos Héroïsme

Kerameikos Nombre

Kerameikos Nombre

Métro à Monastiraki

Métro à Monastiraki

Petits pains grecs ensoleillés Thissio

Petits pains grecs ensoleillés Thissio

 

 

Marché d'Athènes

Marché d’Athènes

Fruits d'été toute l'année

Fruits d’été toute l’année

Estocade dans la misère ?

Blog de Larrouturou

Blog de Larrouturou

Il me reste de quoi vivre trois à six mois tout au plus selon les dépenses que j’oserai ou pas – je l’entends : « pour tenter de me défendre ». Larrouturou et sa clique de partisans, de culs bénis, de bien-pensants peuvent s’indigner de l’indigence du peuple – ils en ont fait leur meilleure arme pour se constituer une clientèle comme pour abattre leurs prétendus ennemis … Et je n’ai jamais été leur « ennemie » avant qu’ils ne me choisissent de façon gratuite, à des fins démonstratives, comme bouc émissaire…

Je les accuse d’avoir fait de la misère une arme qu’ils entretiennent. Je les accuse de verser des larmes de crocodile sur le peuple. Je les accuse d’un cynisme sans borne : faux « Défenseurs des Droits de l’Homme » qu’ils accordent à la tête du client, faux « Gauchistes » inféodés à l’Amérique démocrate, capitaliste et catholique, vrais traîtres à leur pays qu’ils bradent pour un Oscar ou une Médaille du Mérite, et vrais traîtres au peuple qu’ils trompent avec un étalage de sentiments miséricordieux hypocrites…

Dans combien de mois, de semaines, serai-je réduite à faire les poubelles pour manger… alors que j’avais les moyens de me prendre en charge et que mon naufrage a été organisé par cette France du Vice et de la Honte qui se pavane au pouvoir : mise sur écoute, harcèlement, obstacles à l’emploi, etc..

Masques respiratoires

Masques respiratoires

Santé

Martine Aubry a imaginé la CMU mais c’est pour mieux l’accorder selon ses vœux. Depuis un an à peu près j’ai payé de ma poche les rares soins que je suis parvenue à obtenir… à force d’endurance devant les humiliations et les rebuffades, en changeant de médecin, de dentiste… J’ai à nouveau mal aux dents, et surtout je tousse. Il ne s’agit pas du rhume de l’automne. Je suis empoisonnée à petit feu chez moi, dans ma voiture. Il est difficile de me protéger. Je n’ai aucun recours possible auprès de la police, puisque c’est elle qui couvre mes tortionnaires et mes assassins. Je porte des masques respiratoires pour dormir, pour conduire, afin de limiter les heures d’exposition au poison. Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Logement

Logement

Logement

J’avais pris un logement à Athènes, avec un projet de création d’entreprise, assez grand pour envisager, si tout allait bien, de récupérer mes meubles entreposés à Lille et pour lesquels je paie un loyer de garde-meuble depuis 2008 – une fortune. J’ai vite compris que la maison où je m’étais installée était, comme la rue de Châteaudun, un foyer d’indicateurs de police et de calomniateurs qui travaillaient à ma perte. Je campe dans trois pièces à moitié vides. De septembre à novembre, j’ai cherché à me défendre hors de Grèce… sans succès. Lors de mon retour de France, fin novembre, j’ai cherché un autre logement… et je me suis aperçue que certains loueurs, au moins, savaient qui j’étais et présentaient le même profil que mes logeurs actuels. Comment me renseigner sur les propriétaires ? Faut-il se défier de tous ? Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Dictionnaire et Manuscrit

Dictionnaire et Manuscrit

Surveillance

Loin de trouver une quelconque satisfaction à la rédaction de ce blog, j’ai vécu sa reprise comme un déchirement… ou une condamnation aux galères. Lorsque j’allume mon ordinateur, je sais que les cinq étages de la maisonnée y ont accès. Rue de Châteaudun, il est arrivé que mes voisins interviennent sur la page que je rédigeais. Même  s’ils ne se manifestent pas, et sachant leur malveillance, vous aimeriez vous lancer dans la création d’une entreprise sous le regard indiscret de vos pires calomniateurs ? Vous voudriez  rédiger  un texte pour défendre votre cause, alors que vos pires calomniateurs ont accès à sa lecture dès sa rédaction, mot à mot, avec ses hésitations et ses biffures ? Je n’ai jamais souscrit d’abonnement à Internet. Je n’ai pas non plus le téléphone. J’ai repris le chemin du cybercafé où mon intimité est bien précaire. Je rédige mes textes à la main, avec l’aide de mon vieux Robert qui aurait besoin d’être changé, sur des feuilles de papier pliées en deux, que je planque dans mon sac à main… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

En ces jours de deuil planétaire : Hommage à Mandela.

 

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Commentaires mis en ligne les 6, 7 et 8 décembre 2013, alors que dans la rue défilent des régiments de policiers. Les Français ont peut-être du mal à discerner les bruits de bottes qui s’annoncent mais je les perçois très bien. Il faut dire que les Lillois qui font leurs courses à Euralille, au milieu des militaires en treillis, la mitraillette sur l’estomac, sont peut-être déjà blasés… A quoi sert la mitraillette à Euralille ?

Vendredi 06/12/2013

Le code de déontologie effectif le 1er janvier dans la police  (Reuters – il y a 2 heures 6 minutes)

 PARIS (Reuters) – Le port d’un numéro de matricule visible sur les uniformes et le nouveau code de déontologie commun à la police et à la gendarmerie françaises entreront en vigueur le 1er janvier prochain, annonce le ministère de l’Intérieur.

 ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

Je serais plutôt favorable à un code de déontologie de la police… Mais le respect de la loi, pour tous, et avec impartialité, ne devrait-il pas être suffisant ? Que peut-on faire lorsque les lois sont bafouées par une police aux ordres des politiques ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande: ses cinq boulets  (L’Express.fr – il y a 1 heure 47 minutes) Par Christophe Barbier, Agnès Laurent, Corinne Lhaïk, Christian Makarian, Eric Mandonnet, Benjamin Masse-Stamberger, Benjamin Sportouch et Marcelo Wesfreid, publié le 06/12/2013 à  19:53

À l’ordre du jour de François Hollande, ces prochains mois, la purge électorale au printemps, un remaniement à ne pas rater et une Europe à relancer. Le tout, avec quelques boulets de poids à traîner : 1. La réduction des dépenses publiques ; 2. La remise à plat de la fiscalité ; 3. L’impuissance face aux plans sociaux ; 4. Harlem Désir ; 5. Des Verts encombrants.

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

Parmi les boulets de Monsieur Hollande, on oublie les atteintes répétées aux Droits de l’Homme les plus élémentaires dont sont victimes certains citoyens français, en France comme à l’étranger… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Samedi 7 décembre 2013

Défilé sous tension en Grèce, cinq ans après la mort d’un jeune  (Reuters – il y a 12 heures) 

ATHENES (Reuters) – Des milliers de Grecs ont défilé vendredi dans le centre d’Athènes pour commémorer la mort d’un adolescent de 15 ans abattu par la police il y a cinq ans, un incident qui avait déclenché de violentes émeutes.

Henry C  •  il y a 11 heures (Yahoo)

Tous les policiers du monde sont des assassins en puissance aux ordres du pouvoir.

Réponse de ClairSeg • il y a une seconde

Justement, cela ne devrait pas être leur vocation ! Mais il y avait en effet beaucoup beaucoup de policiers hier soir sur Akadimias et dans les parages d’Exarhia… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Marseille – Mennucci : le parquet classe l’affaire sur ordre - Le Point.fr – Publié le 07/12/2013 à 09:14

Le parquet de Marseille vient de décider de classer sans suite l’enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts qui visait Patrick Mennucci et sa suppléante. (Rectificatif paru dans la presse quelques heures après cet article : « Marseille – Affaire Mennucci : l’enquête est close, mais pas classée »… Je ne crois pas que cela change grand chose…)

ClairSegle 07/12/2013 à 10:10 (Le Point)

Le scandale n’est pas récent, hélas…

La base de la démocratie, c’est la séparation des pouvoirs, et le respect d’une justice indépendante. La loi est écrite et votée par les représentants du peuple. Elle doit s’appliquer à tous de la même façon… Se taire face à ce genre de dérives, ce n’est pas être « un petit malin qui sait comment va la vie », c’est accepter de se corrompre. Et cela commence toujours par de petites choses auxquelles on ne prête pas attention… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller.

Le PS tente de réduire le scrutin municipal à des enjeux locaux - Par  Bourmaud, François-Xavier | LeFigaro.fr – il y a 52 minutes

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo et Le Figaro)

Le respect des Droits de l’Homme pour tous, sans exception, fera-t-il partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales: le PS ratifie ses listes, met en garde contre un « détournement » de l’élection par l’UMP - Par AFP  – il y a 2 heures 8 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La liberté d’expression fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Muncipales : le PS mobilisé contre le « vote sanction »  Par Le Nouvel Observateur avec AFP – il y a 2 heures 20 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo et Le Point / Article similaire)

La sanction contre une nomenklatura corrompue fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Dimanche 8 décembre 2013 :

Un quart des Européens menacés de pauvreté ou d’exclusion en 2012 (Le Point.fr – Publié le 05/12/2013 à 14:17)

La tendance est à la hausse puisque 24,8 % des Européens étaient concernés en 2012, contre 24,3 % en 2011 et 23,7 % en 2008.

ClairSeg • La misère est une arme politique !   (Le Point)

La misère est devenue une arme politique ! A droite comme à gauche, les politiques l’exploitent pour se constituer une clientèle ou pour faire taire les contestataires et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, dérangent… 24,8% des Européens, c’est énorme… C’est de la souffrance pour ceux qui le vivent, …et une peur lancinante pour tous ceux qui ne sont pas à l’abri des aléas… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le problème de la laïcité à la lyonnaise   (Par Slate.fr | Slate.fr – il y a 38 minutes)

Subventions aux catholiques, avec l’accord de la gauche…

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La « gauche catholique », c’est le nouveau « must » du parti socialiste, la réponse miséricordieuse à la misère, plus redoutable que la solidarité, les Droits de l’Homme, la liberté d’expression ou le refus d’une nomenklatura corrompue et embourgeoisée… C’est la révolution pacifique des gobeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Florilège du Paris «bienveillant» d’Anne Hidalgo  (Par Libération.fr | Liberation.fr – il y a 1 heure 8 minutes)

La candidate socialiste a détaillé son programme ce dimanche. Extraits. A quoi ressemblerait le Paris d’Anne Hidalgo? Une ville avant tout «bienveillante» pour ses habitants, et une «Ville Monde» ouverte «à la diversité». Où l’on vivrait moins cher, où les impôts n’augmenteraient pas pendant six ans, et où seraient investis 7,5 milliards d’euros pendant la même période.,,

ClairSeg • il y a une seconde

Le Paris « bienveillant » se fera-t-il sur le modèle de celui de Lille, où officie son époux, Jean-Marc Germain ? Avec lynchage collectif couvert par la municipalité, déni de justice, atteintes aux Droits de l’Homme, harcèlement, etc., etc…? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande, radioscopie d’une impopularité      (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 2 heures 50 minutes)

 POLITIQUE – Un sondage exclusif réalisé par l’institut Polling Vox pour «20 Minutes» avec le soutien de Clameo.fr révèle les failles du chef de l’Etat, selon l’opinion…

ClairSeg • il y a une seconde

Il n’y a pas de justice possible alors que le parti socialiste a renoncé à toutes ses valeurs pour établir son pouvoir sur un système de clientèles et de complicités, au mépris même des Droits de l’Homme les plus élémentaires ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales en Charente-Maritime : batailles chez les socialistes     (Sud-Ouest / Saintes - Publié le 06/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 06/12/2013 à 08h36 - Par Marie-Claude Aristégui)

Jean-François Fountaine part en dissident à La Rochelle. Et Jean Rouger aussi à Saintes.

clairseg  08/12/2013, à 21h30

Mais que se passe-t-il au parti socialiste de Charente-Maritime ? Les règles démocratiques ne sont-elles plus respectées? Ne me dites pas que la Liberté d’expression serait en danger ou bien que les Droits de l’Homme seraient menacés ? Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

Seconde offensive catholique et américaine : la Renaissance selon Martine Aubry.

Oranger

Oranger

A peine la création du parti politique Nouvelle Donne est-elle annoncée que Martine Aubry lance une seconde offensive catholique et américaine, le 1er décembre 2013, avec son association « Renaissance », où se retrouvent aux côtés de la maire de Lille un ensemble de personnalités politiques et civiles.

Les socialistes « contestataires » adoptent une stratégie de tirs groupés pour mettre en scène leur volonté d’agir et de réfléchir ensemble, avec une prétention à l’altruisme dont le cynisme me laisse toujours aussi désemparée.

Je n’ai pas grand chose de plus à ajouter sur le « Care » de Madame Martine Aubry-Brochen que ce que j’en disais déjà le 29 août 2013 :

« La notion de « Care »  que Martine Aubry entend promouvoir, c’est la Charité chrétienne des bonnes dames de la Bourgeoisie : la caritas. On les voit peu en France, mais lorsqu’on voyage dans les pays européens et anglo-saxons, les publicités de l’organisme de secours de l’Eglise catholique sont très présentes : Caritas. Aubry est elle-même d’un cynisme sans borne et a érigé en mode politique à Lille la haine collective autorisée et organisée par le pouvoir. Un vrai socialiste n’attend pas qu’on lui fasse la charité. Il se prend en charge avec l’aide de ses camarades socialistes. Ça s’appelle la solidarité, et la solidarité véritable n’a pas besoin de meurtre collectif pour rassembler ses « ouailles »  dans une complicité malsaine. »*

*NB : J’ai découvert fin novembre, lors de mon bref séjour en France, que les affiches Caritas avaient fait leur apparition sur les murs de Paris.

Plus que jamais, The Quotation for the Big Night, que je proposais le 31 décembre 2010, me semble d’actualité, tandis que Big Brother is watching me…

Commentaire mis en ligne sur Yahoo (non sans difficultés…) ainsi que sur les sites Le Figaro et Le Point (en attente de modération en début d’après-midi) :

« L’altruisme de Martine Aubry-Brochen, ou ‘Care’ pour faire catho et américain, c’est du cynisme et de la manipulation politiques qui se déguisent en bonnes intentions, en réalité aussi fausses que son sourire… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller »

Revue de presse sur l’association Renaissance

Oranger

Oranger

Commentaires mis en ligne les 3 et 4 décembre 2013 :

L’austérité compromet les droits de l’homme en Europe - LeMonde.fr – il y a 7 heures

Dans un rapport « Safegarding human rights in times of economic crises » (Préserver les droits de l’homme en temps de crise), publié mardi 3 décembre, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, dresse un bilan angoissé des méfaits de la crise et des politiques de rigueur sur les droits des citoyens européens.

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

La mise en péril des Droits de l’Homme en Europe a commencé depuis bien des années… Et la crise n’est pas la seule responsable d’une dérive politique qui va vers une impunité accrue de l’oligarchie politique européenne qui se maintient ainsi au pouvoir… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

François Hollande veut croire à une embellie - Par Bourmaud, François-Xavier | LeFigaro.fr – il y a 51 minutes 

VIDÉO – La baisse du chômage en octobre a redonné de l’air au président de la République, mais les Français restent sceptiques à l’égard de sa politique et sont encore frappés par le «ras-le-bol fiscal».

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo & Le Figaro)

L’innovation 2013, ce serait que les mensonges et l’impunité des hommes et femmes politiques soient enfin démasqués et condamnés, au profit de la vérité… Pour l’instant, je ne vois pas d’embellie venir de ce côté… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

La France a des progrès à faire en matière de transparence - Reuters – il y a 6 heures

PARIS – La France ne peut se satisfaire de sa modeste 22e place au classement mondial de la corruption pour 2013 telle qu’elle est perçue, même si les lois récemment votées vont dans le bon sens, estime Transparency International France.

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo & Le Point)

Si les citoyens veillaient à ce que les lois soient appliquées, et appliquées pour tous de la même manière, la France ferait un progrès… Parce que des lois, il y en a… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

« Quatre raisons de ne pas nommer Martine Aubry Premier ministre » - Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – il y a 2 heures 54 minutes

Face à un éventuel remaniement ministériel, notre contributeur Pendag énonce quatre raisons pour lesquelles nommer Martine Aubry à Matignon serait une mauvaise idée : 1/ Les 35 heures ; 2/ Une élection contestée (à la tête du PS) ; 3/ Son accord avec EELV ; 4/ Ses critiques envers François Hollande.

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

Martine Aubry-Brochen est si imbue d’elle-même qu’elle s’estime au-dessus des lois et des règles de la démocratie… La justice ? L’égalité de tous devant la citoyenneté ? Le respect des droits de l’Homme les plus élémentaires ? Des bannières qui servent à masquer les mensonges et le cynisme le plus éhonté… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Cybersurveillance : à Las Vegas, les réverbères ont des yeux et des oreilles - Le Point.fr – Publié le 04/12/2013 à 17:45

Une société a mis au point des réverbères dotés d’une batterie de technologies de surveillance. Ils équiperont bientôt Chicago, Detroit et New York.

ClairSeg • La violence de la surveillance (Le Point)

Vivre surveillé en permanence comme je le suis, sans possibilité de défense puisqu’on refuse d’écouter mes plaintes, est en soi une violence insupportable. L’écoute d’autrui, comme les interventions que celle-ci engendre immanquablement dans la vie d’autrui, d’une facon ou d’une autre, perturbe toutes les activités de la vie intime et publique. Les gens font la sourde oreille parce qu’ils ne savent pas encore… ou imaginent y échapper… Mais ils devraient être plus attentifs. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême gauche » catholique et américaine sort du bois…

Oranger

Oranger

Le moment était venu, alors que le Parti socialiste est en pleine déréliction, de créer un nouveau parti de gauche. C’est le socialiste, catholique et rocardien Pierre Larrouturou qui se lance dans l’aventure, sans plus cacher son inspiration rooseveltienne, pour proposer en guise de New Deal français une série de vingt réformettes, parmi lesquelles la semaine de 32 heures, bien plus à gauche que la gauche de Martine Aubry et ses 35 heures…

Je ne suis pas communiste. Je n’ai jamais lu Le Capital. Mais il me semblait avoir compris que Karl Marx, lorsqu’il avait entrepris de s’attaquer au capitalisme, avait tenté de repenser l’intégralité du fonctionnement de l’économie et que cet effort conceptuel avait nécessité la rédaction d’un gros pavé. Larrouturou, lui, va refaire le monde avec vingt propositions et une idée simple, la semaine de 32 heures. Sans rien changer au monde. C’est la Nouvelle Donne : on redistribue les cartes, mais sans changer la règle du jeu.

Les professions libérales, les cadres dirigeants, les petits chefs d’entreprise, les commerçants, les agriculteurs… je suppose, ne sont pas concernés par l’aubaine… Les Vietnamiennes continueront à travailler soixante heures par semaine pour un salaire de misère… Les Africains continueront à mourir de faim, le dos brisé par les heures de labeur dans les champs ou les mines, parce qu’on estime impossible, en Occident, de leur accorder un prix décent pour leur coton ou leurs minéraux précieux… Mais le petit peuple occidental, dans un élan de fraternisation bouleversante, va partager le travail !

On ne saurait trop vanter les vertus du partage, cette notion éminemment chrétienne. Il est certain que si on parvenait à convaincre les travailleurs salariés à travailler 32 heures payées 32 heures, avec un peu d’organisation, on pourrait peut-être remettre tout le monde au travail et acheter la paix sociale sans plus de frais que ceux occasionnés par les allocations chômage, le RSA et la casse des jours de grève et d’émeute… Il n’y aurait plus qu’à vanter les vertus de la pauvreté et de Saint-François d’Assises qui parlait aux Petits Oiseaux… La messe serait dite…

Je n’ai pas assez de culture politique ni économique pour oser proposer une alternative viable à ce capitalisme que j’accuse de m’avoir détruite, en me faisant le jouet d’un Parti socialiste infiltré par la Droite catholique. Mais je suis capable de comprendre que ce qu’on m’impose comme idée acquise avec la semaine de 32 heures, c’est la prétendue raréfaction du travail en Occident, sur laquelle il n’est plus question de revenir. Travailler moins dans une société réorganisée et plus égalitaire serait un idéal… qui me semble peu compatible avec le capitalisme actuel.

Travailler moins pour redonner au travail son sens (la contribution de chacun au fonctionnement de la société) et lui rendre un visage humain est une idée de gauche et une idée marxiste. Mais c’est la pervertir que de faire croire aux citoyens qu’une idée démagogique (travailler moins pour quelques-uns des salariés) puisse apporter un vrai progrès… Tolérante, je peux admettre des idées différentes des miennes, si elles ne viennent pas les heurter de front, voire m’y plier si l’avis général va dans ce sens. Je n’ai pas caché dans ce blog que je préférais l’Amérique du New Deal à celle des prédateurs du néo-libéralisme. Mais personne ne me fera croire que le réformisme qui sert à protéger le capitalisme soit l’expression d’un mouvement de gauche…

Je ne suis pas communiste. Je n’ai jamais lu Le Capital. Mais ce n’est pas faute d’y avoir été incitée. Lorsque je suis allée vivre à Lyon, après ma thèse de Doctorat, et que pour la première fois de ma vie je me suis retrouvée insérée dans un groupe de prétendus amis, tous universitaires ou enseignants, parmi lesquels je ne me suis jamais sentie aussi seule, mais qui m’entouraient d’une présence constante et exclusive… j’ai été initiée à la politique, incitée à lire Le Capital,  encouragée à entrer dans l’Education nationale pour résoudre mon chômage, malgré mes réticences, et une fois admise, poussée à adhérer à Attac… Manipulée, bafouée, ridiculisée, je les retrouve tous aujourd’hui dans la mouvance de cette Nouvelle Donne, le cœur soulevé de dégoût…

Je n’ai jamais lu Le Capital.  Mais ce n’est pas faute d’avoir lu autre chose. Depuis des années je me bats pour lire tout ce que je peux trouver qui puisse m’éclairer sur mes adversaires. Depuis des mois, je me bats pour lire tout ce que je peux trouver sur cette période 1943-1971 (Opération Torch  en Algérie – Congrès d’Epinay) au cours de laquelle des personnages auxquels personne ne m’avait jamais initiée, et qui n’étaient pas de gauche (Roosevelt, Lemaigre Dubreuil, le Général Giraud, Jean Monnet…), semblent avoir influé sur mon destin…

Confrontée à ce qui m’apparaît comme l’émergence du Mal absolu, ma vie est une souffrance de chaque instant, tandis que Big Brother is watching me…

Revue de presse sur la Nouvelle Donne

Désespoir du matin : François Sarkobry et la doublure.

Désespoir du matin : François Sarkobry et la doublure. bonnet-a-plumes-108x150

Bonnet à plumes

Pour remonter au combat, j’ai choisi le Bonnet à plumes : à porter façon guérillero, après avoir plumé la bête, pour ne pas finir en pigeon du poulet, ad aeternam. Le bonnet orange est celui des amateurs de poney. Il m’aurait fallu un Centaure pour relever le défi que je me lance. La concurrence est rude par les temps qui courent. Hélas l’espèce semble en voie de disparition parmi les Défenseurs des Droits de l’Homme.

Que faut-il faire pour se faire entendre dans cette cacophonie de bonnets verts, rouges, et autres énervés ? La France semble au bord du chaos et regarde en arrière au lieu de chercher à franchir les obstacles. Déçue par François Hollande, elle semble oublier qu’elle l’a élu en guise de doublure, parce qu’elle n’en pouvait plus de Sarkozy, et parce qu’elle ne voulait pas d’Aubry. Ni Sarkozy, ni Aubry ne seront un recours.

La gauche, au lieu de s’enfermer dans le déni, pourrait peut-être  se demander aussi comment elle a pu en arriver là. Et comment la gauche du Parti socialiste peut aujourd’hui s’identifier à la figure de Martine Aubry, à laquelle Mathieu Deslandes, rédacteur en chef adjoint de Rue89, reconnaît pourtant une parenté avec François Hollande : « Idéologiquement, Hollande et Aubry sont assez proches. Tous deux tendance deuxième gauche, tous deux Européens convaincus. Tous deux des enfants de Jacques Delors  ̶  elle au sens propre, lui au sens politique, héraut des clubs Témoin et directeur de campagne en puissance ». Ce serait « Papa Delors et la querelle de l’héritage » qui expliquerait  « Pourquoi Martine Aubry ne peut pas encadrer François Hollande »(1).

Voilà un mur difficile à dépasser pour un cavalier de la Gauche française. Certes Monsieur Delors paraît inattaquable « sur la morale » : c’est un bon catholique, auquel la bourgeoisie lilloise réserve ses standing ovations lorsqu’elle l’accueille à Notre-Dame-de-la-Treille, et il a consacré sa vie au personnalisme d’Emmanuel Mounier… Mais la gauche qu’il incarne ne semble-t-elle pas un peu floue ?

La plume au bonnet, me voilà à nouveau bien en selle sur mon cheval de bataille. Il est compréhensible qu’avec un tel héritage, Martine Aubry ait appris à surveiller son langage, et puisse s’indigner des négligences de François Hollande auquel elle déclare avec reproche : « Ça me gêne toujours quand un homme de gauche utilise des mots de la droite » (2). Mais son masque est-il aussi « insondable » (3) qu’on le prétend ?

Pour faire tomber les masques, je propose à mes lecteurs d’oser poser aux membres du gouvernement (ou à Sarkozy…) des questions ahurissantes, propres à les faire hennir :

-       Le combat de Claire Seguin, la femme qui a enfariné François Hollande, est-il un sujet tabou ?

-       Y a-t-il un rapport entre le lynchage médiatique de Claire Seguin, la femme qui a enfariné François Hollande, et celui de DSK ?

-       La clientèle socialiste réclame-t-elle la mort de Claire Seguin ?

A défaut de faire tomber (de rire) le gouvernement, le simple fait de placer mon nom sera, on peut en être sûr, désagréable pour vos interlocuteurs. De quoi leur donner du crin à retordre, à défaut de grain à moudre…

Notes :

1.    « Pourquoi Martine Aubry ne peut pas encadrer François Hollande », Mathieu Deslandes, rédacteur en chef adjoint de Rue89, 19/05/2011, en ligne.

2.    « Aubry : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ».», L’Express, 13/10/2013, en ligne.

3.    « Après l’affaire DSK, Aubry se dit inattaquable « sur la morale »», Mathieu Deslandes, rédacteur en chef adjoint de Rue89, 19/05/2011, en ligne.

En ce qui concerne la typologie des bonnets en cours d’usage, je me suis reportée à un article du Nouvel Observateur du 09/11/2013 sur la Crise sociale : « Bretons, Manif pour tous, policiers, poney… A chacun son bonnet. Les bonnets rouges bretons ont créé un nouveau symbole. Et d’autres s’en emparent », en ligne (à consulter pour les explications de détail). Les bonnets sont ainsi répertoriés : 

  • Un bonnet bleu : si vous êtes un policier
  • Un bonnet blanc : contre les nouveaux rythmes scolaires
  • Un bonnet rouge : contre le « matraquage fiscal » (et aussi l’écotaxe)
  • Un bonnet rose : si vous êtes de la Manif pour tous
  • Un bonnet orange : si vous voulez continuer à faire du poney
  • Un bonnet vert : si vous êtes un usager des transports en commun
  • Un bonnet jaune : pour une réforme de la Sécu
  • Un bonnet noir : si vous n’aimez pas les loups.

Commentaires laissés en ligne sur Yahoo, ce matin :

Les Français pour un changement de Premier ministre, selon BVA (Reuters – il y a 22 minutes ) 

ClairSeg  •  il y a 1 seconde 

« Contre les mensonges de la classe politique, je propose le Bonnet à plumes… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller »

Sarkozy met en garde contre le «repliement idéologique» (Par Huet, Sophie / LeFigaro.fr – il y a 15 heures) 

ClairSeg • il y a 1 seconde

« Non au Comeback des mensonges politiques ! Pour les combattre, je propose le Bonnet à plumes ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller »

Commentaire laissé en ligne sur Yahoo, ce soir :

Têtes de liste PS aux européennes : Désir, Peillon… et des surprises (LeMonde.fr Il y a 37 minutes)

ClairSeg • il y a 1 seconde

Il n’y a plus qu’une chose qui les intéresse au PS ! Les élections ! Mais avec une politique du mensonge sur tous les fronts, ils vont les perdre ! Contre les mensonges politiques, le Bonnet à plumes ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Désespoir du soir : Martine Aubry et le loup.

Désespoir du soir : Martine Aubry et le loup. oranger-148x150

Oranger

Martine Aubry: Sa grand-mère disait :  « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ».

Lorsque j’interpelle Madame Martine Aubry le 15 décembre 2011, lors d’une émission de France Inter ouverte au public dans les salons de l’Opéra de Lille, cette grande  dame tombe des nues. Elle ne comprend pas ce que je veux, elle ne sait pas qui je suis.

Pourtant Madame Aubry-Brochen est maire de Lille, où elle vit rue Sainte-Catherine, dans le Vieux-Lille, pas très loin de la Grand-Place, de la Gare, d’Euralille… dans un centre ville où depuis des mois je distribue mes « petits papiers » (plus de 20 000) et colle mes affiches (3 à 4000 en fin de combat) : c’est « Du boulot ! », que j’ai placé sous le signe de la devise de la ville : « Ne l’oubliez jamais : celui qui laisse se prolonger une injustice ouvre la voie à la suivante » (Willy Brandt). Madame Aubry-Brochen ignore-t-elle ce qui se passe dans sa circonscription ?

Pourtant Madame Aubry-Brochen, pendant plusieurs années, a dirigé le Parti socialiste, que j’ai apostrophé l’été précédent, lors de son université d’été. Toutes les sections socialistes de France ont été contactées au moment où j’ai écrit « Une vie à l’Encan de La Rochelle », ainsi que le porte-parole du Parti, Monsieur Benoît Hamon, auxquels j’ai adressé une question sur les Droits de l’Homme. Madame Aubry-Brochen ignore-t-elle ce qui se passe dans son parti ?

Les Français ont été sages  de préférer François Hollande à une dame qui ne sait pas ce qui se passe dans sa rue, et ne veut pas le savoir, mais voudrait présider au destin d’un pays tout entier.

Lorsque j’interpelle Madame Aubry-Brochen à Gandrange, le 18 janvier 2012, elle ne comprend toujours pas ce que je veux, elle ne sait pas qui je suis. Pourtant je lui ai écrit après l’émission de France Inter. D’ailleurs le grand flou qui a envahi son regard lorsque je l’ai apostrophée n’était pas lié à l’amnésie : tout-à-coup elle avait disparu à Metz, lorsque j’ai voulu répéter ma question…

Madame Aubry-Brochen a fait des confidences au journal L’Express, dans un article publié le 13/10/2011 et toujours en ligne, alors qu’elle tentait encore de se démarquer de son rival à la primaire des présidentielles, un certain François Hollande :  « J’ai trouvé qu’il y avait des points de flou [dans son discours ], a assuré la maire de Lille et finaliste de la primaire. « J’ai bien compris qu’il essayait de passer entre les gouttes quand je lui posais un certain nombre de questions », a-t-elle insisté. Ma grand-mère disait: « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup », a-t-elle poursuivi. J’ai essayé de mettre le doigt sur certains de ses loups ». Il parlerait, dit-elle, comme un homme de droite.

J’aimerais bien mettre le doigt à mon tour sur certains des loups de Madame Aubry-Brochen. A la même époque, et après l’affaire DSK, Aubry se dit inattaquable « sur la morale », dans un article rédigé par Mathieu Deslandes, rédacteur en chef adjoint de Rue89 (19/05/2011, toujours en ligne) : « Depuis l’incarcération de l’ex-directeur général du FMI, Nicolas Sarkozy estime que la gauche a perdu la bataille de la morale. Aubry soupire, lève les yeux au ciel. « C’est terrifiant [de tenir de tels propos]… Quand on sait ce qu’ils ont laissé faire… » Elle tripote son étole. Assure qu’elle est inattaquable « sur le terrain de la morale » : « Ils ont cherché, ils n’ont pas trouvé. C’est pour ça qu’ils se sont cru obligés, depuis un an, de sortir des saloperies sur mon mari, etc…» Puis elle remet son insondable masque ».

Mais de quoi parle-t-elle ? Je ne comprends pas à qui se réfère ce « ils »… Sa grand-mère ne disait-elle pas :  « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup…? » Qu’est-ce que c’est d’ailleurs que cette histoire de loup ?… 

Soyons mégalomane : Martine Aubry lit peut-être en cachette la prose de Claire Seguin et elle ferait ici allusion à son article de mars 2011 :  « Tenir le loup par les oreilles »…

Commentaires mis en ligne sur Yahoo, dimanche matin, 17 novembre 2013 :

Quand on parle du loup… 

Martine Aubry plébiscitée par la gauche, selon BVA  (Reuters – il y a 51 minutes)

ClairSeg • il y a une seconde

La catastrophe actuelle est le reflet de la perspicacité des sympathisants socialistes : gober tous les mensonges, refuser de regarder la réalité en face… Martine Aubry adore la comédie… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Martine Aubry plébiscitée par les électeurs de gauche dans un sondage  (Francetv info – il y a 2 heures 57 minutes)

ClairSeg • il y a une seconde

Panique chez les sympathisants socialistes : ils ne savent plus ce qu’ils font… Contre la reine du mensonge politique, le Bonnet à plumes ! Claire Seguin Un micro sous votre oreiller

Sondage exclusif : Martine Aubry plébiscitée par la gauche  (Par Rosalie Lucas | LeParisien.fr – il y a 12 heures)

ClairSeg • il y a une seconde

Aveuglement collectif au PS ! Ou comment soigner le mensonge politique par le recours au pire… des talents mensongers ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

12



Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Syndicat CFTC de l'Insertion
| movin'
| Justice et liberté