Archive pour le Tag 'Droits de l’homme'

Page 2 sur 3

Je l’ai enfariné. Vous l’avez élu.

Farine grecque (pour tous usages)

Farine grecque (pour tous usages)

Je l’ai enfariné. Vous l’avez élu. Je n’en veux pas aux Français d’avoir été tentés par un changement et d’avoir voulu donner sa chance à Monsieur Hollande. Je n’ai pas oublié le sentiment de répulsion qu’a pu inspirer Monsieur Sarkozy sur la fin de son mandat. J’ai plus que tout autre éprouvé avec dureté les trahisons de celui qui aurait dû incarner la France. Mais à présent que l’expérience du pouvoir donne raison à ma vive dénonciation des hypocrisies et des mensonges du Parti socialiste, il serait temps que les Français prêtent attention à mes déclarations, à mes questions et à mon combat. Tant que la vérité ne sera pas faite sur les agissements de certains membres du Parti socialiste, agissements qui ont poussé ensuite des politiciens de droite à se compromettre pour les cacher au public, le pays continuera à être balloté au gré de tous les vents contraires qui peuvent s’abattre sur lui. Le courage n’a jamais manqué aux Français…

 

Kiosque, Athènes, 14 janvier 2014.

Kiosque, Athènes, 14 janvier 2014.

Commentaires mis en ligne le 14.01.2014 sur Yahoo, Lefigaro.fr et LePoint.fr:

La liaison prêtée à François Hollande résume le degré zéro du débat politique en France (Slate.fr Publié le 14/01/2014 Mis à jour le 14/01/2014 à 9h35)

L’affaire de la liaison prêtée à François Hollande pose quelques vraies questions sur sa sécurité et son style de présidence. Elle illustre aussi le dévoilement progressif de la vie privée de nos dirigeants, son instrumentalisation politique et l’emballement feuilletonesque des médias.

[…]

En même temps, qui ne voit que, de même que certains médias prétendent exercer une police de la pensée, la «peopolisation» de l’information menace nos dirigeants, donc un jour nous-mêmes, d’une police des mœurs qui, pour le coup, ne serait pas acceptable ? Jean-Marie Colombani

ClairSeg • il y a une seconde

Je propose à Monsieur Jean-Marie Colombani de voler à mon secours et de mettre en pratique sa rhétorique impeccable en dénonçant de façon publique les atteintes à la vie privée, orchestrées par le Parti socialiste, qui ont détruit ma vie ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Conférence de presse du président : comment ça va se passer (Lefigaro.fr Par Marion Joseph – Mis à jour le 14/01/2014 à 12:13)

Après un discours d’une vingtaine de minutes, le président répondra aux questions des 600 journalistes présents. C’est Alain Barluet, journaliste au Figaro et président de l’Association de la presse présidentielle, qui pourrait poser la question sur l’«affaire Gayet» en ouverture de la conférence.

ClairSeg • il y a une seconde

Puisque Monsieur Alain Barluet est en première ligne des journalistes qui interrogeront Monsieur Hollande cet après-midi, qu’il ne néglige pas de se préoccuper du sort de Claire Seguin, harcelée depuis des années par l’Etat français et qui se trouve en situation de détresse à Athènes ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande, la conférence de presse de toutes les clarifications (Le Point.fr – Publié le 14/01/2014 à 06:15 - Modifié le 14/01/2014 à 09:20)

Pacte de responsabilité, courbe du chômage, mais aussi vie privée : le chef de l’État donne à 16 h 30 la troisième conférence de presse de son mandat.

ClairSeg • La clarification passe par le courage des politiques et des journalistes

La clarification de la situation française ne peut passer que par l’abandon d’une information spectacle qui ne soulève jamais les véritables enjeux des décisions prises par le gouvernement et n’a pas le courage de dénoncer les véritables scandales idéologiques du personnel politique en place. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Presse : Le Ta Nea du jour, mardi 14 janvier 2014 (Voir l’article Conférence de presse de François Hollande) : Tandis que le journal fait sa Une sur l’inflation (pourtant en baisse) et le scandale des denrées alimentaires, il annonce aussi en première page : « Valérie en dépression, Hollande assiégé ». Sur la double page intérieure : « Un amour qui est devenu un thriller politique ».

 

Ta Nea 14 janvier 2014

Ta Nea 14 janvier 2014

Ta Nea 14 janvier 2014 Pages intérieures 26-27

Ta Nea 14 janvier 2014 Pages intérieures 26-27

Présidence grecque de la Communauté européenne

 

Zappeion Megaron, Athènes (090114)

Zappeion Megaron, Athènes (090114)

Le début de la Présidence grecque de la Communauté européenne le 1er janvier 2014 m’a beaucoup inquiétée. Je n’avais pas anticipé l’événement lorsque je suis arrivée à Athènes au début de l’été dernier et je me suis sentie prise au piège d’un calendrier européen qui ne pouvait que nuire à mes espoirs de me rétablir loin des manœuvres politiciennes françaises de la métropole.

L’événement a été lancé à Athènes le 8 janvier avec une certaine discrétion. La population n’a pas accès au Zappeion Megaron, lové dans son parc en bordure du Parlement, les jours de réunions communautaires. Mais il est certain que la police est plus que jamais sur le qui-vive? et ne facilitera pas mes appels au dialogue, tant avec la France qui me harcèle, qu’avec les autres pays de la Communauté européenne qui me refusent tout soutien.

Pourtant l’Europe est bien concernée par le sort d’une citoyenne qui semble avoir été déchue de tous ses droits sans explication et alors que toutes les constitutions, nationales comme européenne, s’appliquent à ériger des garde-fous contre les tentations étatiques de bafouer les règles de la Démocratie. Les pays de la Communauté européenne s’apprêtent à plancher sur des questions d’Ordre public et de Protection du citoyen. C’est dire si nous sommes au cœur des enjeux et des valeurs démocratiques.

De France les nouvelles paraissent désastreuses. Alors que tout le monde attend l’intervention publique du Président de la République le 14 janvier, le gouvernement socialiste semble avancer en roue libre. Personne ne s’indigne que les Sages du Conseil constitutionnel se soient sentis obligés, en début d’année, de rappeler au gouvernement son devoir de respecter la Constitution, mais tout le monde se passionne pour des ragots de tabloïds dont la cible présidentielle rabaisse une fois de plus une fonction beaucoup trop malmenée.

Le respect de la loi commune comme le respect d’autrui, sous toutes ses formes, nécessite bien la manifestation d’un courage dont le gouvernement devrait être le premier à donner l’exemple, mais qui est nécessaire aussi à la population civile. Et la pratique du dialogue social est une condition sine qua non à l’exercice de la démocratie. Se faire le relais de mes questions auprès des instances françaises ou européennes devrait participer du même souci de faire vivre les principes démocratiques.

 

Drapeaux européens, Zappeion, Athènes (090114).

Drapeaux européens, Zappeion, Athènes (090114).

Revue de presse et commentaires en ligne :

Alors que je souhaitais redonner un peu de hauteur à mon combat en rappelant les principes démocratiques de la France et de la Communauté européenne bafoués par mes adversaires, j’ai été atterrée, ces derniers jours, par les informations qui ont fait les gros titres de la presse et des médias français. Pourtant, qu’il s’agisse de l’intervention de Monsieur Jean-Louis Debré rappelant au gouvernement les lignes de la Constitution, intervention restée beaucoup trop confidentielle, ou les atteintes à la vie privée dont serait victime Monsieur François Hollande, je suis obligée de constater qu’en dépit de leur caractère déplorable ces événements sont corrélés à mon propre combat pour le respect de ma vie privée et l’application de la loi.

Rappel de la Constitution par les Sages Janvier 2014

Photos de «Closer»: François Hollande «examine des suites judiciaires» (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 4 heures)

POLITIQUE – François Hollande a «déploré profondément», ce vendredi auprès de l’AFP, «les atteintes au respect de la vie privée», et annoncé «examiner les suites, y compris judiciaires» à apporter à la parution du magazine Closer faisant état d’une relation entre lui et l’actrice Julie Gayet.

ClairSeg • il y a une seconde

L’arsenal légal qu’il va déployer pour se défendre sera-t-il plus efficace que les multiples plaintes restées sans réponse d’une citoyenne ordinaire dont la vie privée a été violée et salie par des membres du parti socialiste ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Des révélations intimes gâchent la rentrée de François Hollande (Reuters – il y a 10 heures) par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) – La liaison supposée entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet, évoquée vendredi par un magazine, va brouiller la grande conférence de presse mardi à l’Elysée, dont le chef de l’Etat voulait faire un temps fort de sa rentrée politique.

ClairSeg • il y a une seconde

Le respect de la vie privée est un vrai sujet de rentrée pour la conférence de presse du Président de la République : il serait temps que le pouvoir s’attaque au problème et trouve le courage de régler les litiges en cours. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Avant la conférence de presse : les pistes de François Hollande (Publié le 11-01-2014 à 09h32 - Mis à jour à 09h32) Par Le Nouvel Observateur avec AFP.

Choix économiques et sociaux… Le chef de l’Etat doit donner une nouvelle impulsion au quinquennat alors que la conférence sera parasitée par les révélations sur sa vie privée.

ClairSeg • il y a une seconde

Qui osera lui poser la question de la responsabilité des socialistes dans la multiplication des atteintes à la vie privée dont sont victimes bien d’autres citoyens que lui ?! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Commentaires mis en ligne ce dimanche 12 janvier 2014 sur Yahoo, LePoint et Lefigaro.fr :

Christiane Taubira veut révolutionner la justice du quotidien (Propos recueillis par Thibault Raisse | LeParisien.fr – il y a 30 minutes)

C’est une réforme qu’on n’attendait pas. Et la première depuis bien longtemps qui s’attache à revoir la justice du quotidien. Christiane Taubira a clos samedi un débat de deux jours consacré à la justice du XXIe siècle, donnant le top départ à la réforme du même nom. Le projet, qui s’appuie sur les conclusions rendues par quatre groupes de travail composés de professionnels du monde judiciaire, vise à simplifier l’accès aux tribunaux, clarifier le travail des juges et accélérer les procédures.

ClairSeg • il y a une seconde

Améliorer le système judiciaire pour le rendre plus accessible aux citoyens me semble une nécessité mais la Justice ne fera aucun progrès si elle ne retrouve pas son indépendance pleine et entière, libre de toute sujétion politique. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Christiane Taubira veut repenser la globalité du système judiciaire (Reuters – il y a 3 heures)

Reuters/Reuters – Dans une interview au Parisien Dimanche, Christiane Taubira annonce vouloir mettre en route une réforme de l’ensemble du système judiciaire.

ClairSeg • il y a une seconde

Ce serait l’occasion de faire enregistrer et de traiter la globalité des plaintes que j’ai déposées auprès du parquet de Lille sans jamais obtenir aucune autre réponse que des menaces de la police ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Réforme de la justice : Christiane Taubira détaille les premières pistes  (Le Point.fr – Publié le 12/01/2014 à 09:22 - Modifié le 12/01/2014 à 15:28)

Dans un entretien accordé au quotidien « Le Parisien », la garde des Sceaux assure vouloir « repenser le système judiciaire dans sa globalité ».

ClairSeg •  Rendre la Justice à la Justice…

La réforme de la Justice devrait commencer par le rétablissement de son indépendance vis-à-vis des politiques et l’application de la loi, pour tous, de façon égalitaire. Qu’est-ce qu’une Justice qui menace les plaignants ou leur demande de retirer leur plainte lorsque celle-ci met en cause un ministre ? Le problème actuel de la Justice est plus grave qu’un problème de gestion des dossiers ! Il s’agit d’honnêteté, de rigueur morale et de démocratie… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Taubira veut « repenser le système judiciaire »  (Lefigaro.fr avec AFP mis à jour le 12/01/2014 à 10:10)

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, explique faire « le pari de l’intelligence collective » à propos de la réforme de l’organisation judiciaire qu’elle souhaite mettre en route avant juin 2014 pour rapprocher la justice du citoyen.

ClairSeg •

Le service rendu au citoyen, ce serait, avec beaucoup de simplicité, d’enregistrer les plaintes déposées et de les traiter ! Sans permettre aux politiques d’intervenir dans le processus ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Vers une Lillisation de la société française?

20 décembre 2013 Matin radieux à Athènes

20 décembre 2013 Matin radieux à Athènes

1)    Entre-soi.

L’agglomération lilloise représente à elle-seule plus d’un million d’habitants. Le 25 novembre 2011, pour marquer la Journée internationale des violences faites aux femmes, dans cette capitale du Nord socialiste, avant-gardiste, féministe en diable, la municipalité ne signale qu’une seule manifestation, dans un petit cinéma de quartier, autour de la projection d’un documentaire.

Décidée  à profiter de l’occasion pour distribuer mes « petits papiers » à un autre public que les passants du centre ville, je suis arrivée si tôt que le cinéma ouvrait à peine. Je me suis présentée aux organisatrices qui m’ont demandé mon « petit papier ». Aucune n’a engagé le dialogue. J’ai attendu le public qui est arrivé au compte-gouttes. Sur plus d’un million de nordistes, l’événement a péniblement rassemblé une quarantaine de personnes. Pas un seul participant n’est arrivé sans aller faire la bise à l’une ou l’autre des organisatrices. Une bonne quinzaine de « spectateurs » ont attendu le début de la séance en rang d’oignon sur le trottoir, la cigarette au bec, un rictus d’ennui consterné sur le visage… Je crois que je n’avais jamais vu une réunion aussi minable, même dans de bien plus petites villes de province.

Surtout j’ai été sidérée par l’absence absolue de public en dehors de l’entre-soi militant de Lille, venu par devoir. Pas de femmes ou citoyens motivés par la curiosité, pas de collègues intéressé(e)s par un sujet à facettes aussi professionnelles, pas de jeunes gens en quête d’information avant un engagement militant, pas de troisième âge nostalgique souhaitant savoir où en est aujourd’hui la cause des femmes… Si je m’étais égarée dans une telle manifestation par curiosité (citoyenne, féministe, cinéphile…), je me serais sentie déplacée…

2)    Humiliation concertée.

Au tout début de mon combat, et bien avant mon départ pour Toronto en 2009, puisque j’ai encore ma voiture et que c’est le sujet de ma requête, j’ai tenté de me faire aider en me présentant un soir, à la maison des Associations de Lille, à une permanence d’entre-aide pour la Défense des Droits de l’Homme. Il y avait une certaine affluence, mais j’étais loin d’être la dernière arrivée. On m’a fait passer la dernière. J’ai été reçue par une femme d’une cinquantaine d’années et un très jeune homme de dix-huit à vingt ans qu’elle épaulait. J’aurais voulu obtenir un appui pour faire inspecter mon automobile que je pensais équipée d’un mouchard. La femme m’a dit qu’elle ne pouvait rien entreprendre et a laissé la parole au tout jeune homme, qui aurait pu être mon élève quelques mois plus tôt, et qui s’est lancé dans des explications techniques compliquées, sur un ton très informé, pour m’expliquer ce qu’était un tableau de bord (!). La seule chose que j’aie bien comprise, c’est qu’il possédait déjà une automobile bien plus performante que ma petite Fiesta de base, achetée d’occasion et à crédit sur mon salaire de professeur. En revanche, sur le problème de la surveillance policière illégale et inexpliquée, il n’avait rien à dire. En face de moi, le regard concentré de son mentor enregistrait avec ironie les progrès de la colère et de l’humiliation sur mon visage.

3)    Pantalonnade sur le parvis des Droits de l’Homme.

Un mardi par mois, les militants lillois des Droits de l’Homme se réunissent place de la République, sur le Parvis des Droits de l’Homme, pour une petite manifestation militante. Il faut voir le numéro ! Ces messieurs-dames se placent en cercle autour de la Dalle, prennent un air inspiré et font silence pendant au moins vingt minutes. C’est un moment d’intense concentration méditative. Certains lèvent les yeux au ciel. D’autres ont le regard rivé par terre. Quelques-uns écartent légèrement les bras, les mains ouvertes, dans une attitude proche de la prière… J’ai eu le temps de bien détailler la pantalonnade, puisqu’un mardi je distribuais mes « petits papiers » place de la République lorsqu’ils sont arrivés. En repartant, l’une de ces bonnes dames s’est arrêtée auprès de moi et a pris l’un des « petits papiers » que je distribuais. Elle l’a lu devant moi, avec le sérieux d’un Pape, puis a continué son chemin sans dire un seul mot. Par la suite, j’ai essayé, dans la mesure du possible, de les éviter…

4)    Agression à Wazemmes.

Le 3 avril 2013, à Lille, alors que je suis arrivée la veille de Londres, pour régler les papiers de la fourgonnette que je viens d’acheter (avec l’idée d’en faire un jour un véhicule professionnel), je me suis aventurée à Wazemmes, en début d’après-midi, pour me rendre dans un cybercafé. Je gare mon véhicule rue des Postes, le long d’un trottoir, près d’un carrefour, et je suis la dernière de la file. Lorsque je reviens une demi-heure plus tard, je constate avec consternation qu’une automobile s’est garée derrière moi de façon si serrée qu’elle touche presque mon véhicule. La manœuvre ne sera pas facile.

Installée au volant, je tente de me dégager du créneau et bien sûr je viens toucher le pare-choc du véhicule qui s’est placé derrière moi. Aussitôt surgit un jeune homme, en fin de vingtaine, hystérique, qui m’abreuve d’invectives, gesticule, m’ordonne de descendre de voiture pour constater les dégâts (!)… Il s’agissait du propriétaire de la voiture qui s’était posté sur le trottoir d’en face pour contempler son épave à roulettes. Je commence par lui demander de se calmer. Il redouble de gesticulations et exige que je descende de voiture. Je refuse. Je me lasse aussi de la comédie hystérique. Des passants s’en mêlent et me disent de partir sans faire attention à lui. Il se plante sur la chaussée devant ma voiture et n’en bouge plus. Il me menace d’appeler la police. Je perds mon assurance devant une situation qui tourne au ridicule. Je prends mon téléphone et c’est moi qui appelle la police. Le standard me rit au nez, une voiture de patrouille arrive et un policier au regard malveillant fait mon procès avec une agressivité misogyne tout aussi injuste que celle de ce jeune homme. Je résiste en rappelant que c’est moi qui aie été agressée. Le policier me demande de donner vingt euros au jeune homme pour sa plaque minéralogique ! Au bout de quelques minutes, démontée par la violence réactionnaire à laquelle je suis confrontée, je donne le billet, je monte dans ma voiture et je pars sous les quolibets de l’automobiliste prenant à témoin le policier.

Dans mon rétroviseur, je vois alors le jeune homme remonter dans son automobile et reprendre la route à son tour. J’ai quitté Lille aussitôt et je n’y suis jamais retournée par la route. Je ne suis pas une automobiliste pire qu’une autre, mais je ne peux rien contre les coups montés.

5)    Guimauve en devanture, cyanure dans les cœurs.

Tandis que la France s’enfonce dans le crime et la corruption, tandis que les polices européennes collaborent pour mettre en coupe réglée les populations occidentales, tandis que le rideau de fer vient de retomber avec fracas, tandis que les culs bénis réactionnaires, tortionnaires et américains s’implantent au Brésil, Lille s’apprête à reconduire dans son rôle de maire Madame Martine Aubry-Brochen. La Lillisation du monde est-elle irrévocable ? La gangrène lilloise va-t-elle emporter le pays, l’Europe, la planète ? Peut-on compter sur Monsieur Sarkozy pour sauver la démocratie ? A Lille, on ne peut constater que son échec le plus éclatant…

 Le beau temps à Athènes est aujourd’hui délicieux. Mais il n’est pas suffisant pour redonner un peu de sens au monde. J’ai toujours mal aux dents. Je tousse et les poumons sont douloureux. J’ai eu si peur dimanche, que j’ai quitté mon appartement personnel pour me réfugier dans une auberge de jeunesse. Mais la solution est temporaire. Hier, mes tentatives pour porter plainte ont échoué…

 

20 décembre 2013 Fin d'après-midi

20 décembre 2013 Fin d’après-midi

Commentaires mis en ligne sur Yahoo depuis les 20 et 21 décembre 2013 :

François Hollande «confirme» l’inversion de la courbe du chômage en dépit des prévisions  (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 1 heure 49 minutes)

François Hollande a assuré jeudi soir qu’il tablait toujours sur une inversion de la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année et en 2014, faisant valoir que «tout est fait» pour y parvenir, en dépit de projections de l’Insee évoquant une «quasi-stabilité» du chômage l’an prochain.

 ClairSeg • il y a une seconde

Et moi, je confirme que je suis bien toujours au chômage, grâce à Monsieur Hollande ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Chômage: l’Insee ne voit rien venir, le gouvernement si   (Par Nathalie AURIOL | AFP – il y a 2 heures 55 minutes)

La reprise a beau être poussive et l’Insee pas très optimiste, le gouvernement n’en démord pas: à quelques jours de la publication du nombre des demandeurs d’emploi en novembre, il assure plus que jamais être en mesure de tenir son objectif d’inverser la courbe du chômage.

ClairSeg • il y a une seconde

Pour ma part, je ne vois venir aucun changement, côté chômage, et je confirme bien que la responsabilité en incombe à Monsieur Hollande ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

ClairSeg • il y a une seconde

Moi, ce que je vois venir, c’est une grosse colère des chômeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Et si Jean-Marc Ayrault restait à Matignon? (Reuters – il y a 32 minutes) par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) – Et si Jean-Marc Ayrault restait à Matignon? A la barre depuis 18 mois, le Premier ministre serre les dents en cette fin d’année 2013, répondant par une persévérance tranquille en apparence aux flèches décochées par son camp.

ClairSeg • il y a une seconde

Garder Monsieur Ayrault, c’est une fois encore le meilleur moyen de faire l’autruche et de ne pas résoudre les problèmes qui empoisonnent les Français… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

« François Hollande épluche les écrevisses et trie les lentilles »   (Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – ven. 20 déc. 2013)

Insaisissable, le président François Hollande? Hervé Karleskind, sous la plume de Madame de Sévigné, conte les déboires du chef de l’Etat, qu’il appelle le Flou.

ClairSeg • il y a une seconde

Mais Martine Aubry-Brochen ne disait-elle pas : « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ? » Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Campagne de mailing, sporadique et aléatoire, car je suis fatiguée de me battre avec les boîtes mail !

Madame, Monsieur,

A nouveau me voilà obligée, à contrecœur, de reprendre une campagne de mailing. J’avais bien compris que les Français refusaient de me venir en aide. Mais la contrepartie de cet abandon devrait être de me laisser au moins vivre en paix loin d’eux. Si les Français veulent s’enferrer dans le harcèlement, j’aimerais qu’ils aient au moins la décence et le courage de me dire ce qu’ils me reprochent ou d’exiger du pouvoir des explications sur la persécution qu’il me fait endurer. Jusqu’où peut aller la lâcheté devant le spectacle de la souffrance humaine ?

La réouverture de mon blog http://unmicrosousvotreoreiller.unblog.fr/ est là pour témoigner de ma révolte et de mon refus de me soumettre à ce que je considère comme de l’abjection morale. J’avais une plus grande idée du peuple français et des principes de la République !

Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

Message de Google ce matin, dimanche 22 décembre 2013, assez amusant, car cette boîte mail a en effet été supprimée… cet été. Pour l’instant, les deux boîtes que j’ai recréées vendredi dernier fonctionnent…

Bonjour Claire, 

Nous souhaitons vous confirmer que le compte Google claire.seguin59@gmail.com a bien été supprimé, car un problème de non-respect des conditions d’utilisation n’a pu être résolu. 

Si vous souhaitez récupérer l’accès à votre compte, rendez-vous immédiatement sur la page d’assistance relative aux mots de passe : Restaurer le compte*

Après la suppression de votre compte Google, vous disposez d’un court délai pour le restaurer. 

Cordialement,
L’équipe Comptes Google

*NB : La restauration du compte est proposée mais n’est pas possible !

Dimanche 22 décembre 2013 : le beau temps est toujours aussi éclatant. Réduite à l’inactivité contre mon gré, je n’hésite pas à partir me promener. Après tout, l’air et le soleil sont les meilleurs remèdes pour mes poumons… Promenade dans le parc de l’Acropole, bain de foule à Thissio et Monastiraki, escapade culturelle et méditative au Kerameikos, marché d’Athènes, fébrilité des fêtes en centre ville et place de la Constitution… Tandis que cette intelligentsia française qui pense beaucoup trop à moi me tourne en ridicule et me calomnie, je regarde les autres préparer Noël… Je souhaite à mes lecteurs de bonnes fêtes… Je consacrerai ces quelques jours à un tête à tête avec le soleil… 

Athènes 22 décembre 2013 Le ciel est bleu.

Athènes 22 décembre 2013 Le ciel est bleu.

22 décembre 2013 Préparation des fêtes

22 décembre 2013 Préparation des fêtes

22 décembre 2013 Parc de l'Acropole

22 décembre 2013 Parc de l’Acropole

22 décembre 2013 Thissio

22 décembre 2013 Thissio

Kerameikos Héroïsme

Kerameikos Héroïsme

Kerameikos Nombre

Kerameikos Nombre

Métro à Monastiraki

Métro à Monastiraki

Petits pains grecs ensoleillés Thissio

Petits pains grecs ensoleillés Thissio

 

 

Marché d'Athènes

Marché d’Athènes

Fruits d'été toute l'année

Fruits d’été toute l’année

Communication moderne

 

La Propagande politique par Jean-Louis Domenach

La Propagande politique par Jean-Louis Domenach

1)      Extase sur commande

La remise en activité d’Un Micro sous votre oreiller n’implique pas seulement l’écriture d’articles à mettre en ligne mais aussi la promotion du blog, une tâche éprouvante que j’ai reprise en charge là-aussi la mort dans l’âme. Depuis quelques temps, j’essaie de me rendre visible en plaçant  des commentaires à la suite d’articles de presse sur internet, avec des succès variables, qui m’ont amenée à une réflexion sur la communication moderne, une fois encore inspirée par ma lecture récente du petit livre de Jean-Marie Domenach sur La propagande politique (1).

Dans son chapitre sur « La Propagande de type hitlérien » (2), Jean-Marie Domenach explique comment des communicants peuvent tenter, en toute connaissance de cause, de faire de quelqu’un un automate. Il cite les études de Serge Tchakotine, réunies dans son ouvrage Le viol des foules par la propagande politique (3) pour expliquer que les comportements des personnes peuvent être induits par les réflexes conditionnels de Pavlov (le chien,  le morceau de sucre et le klaxon).  Surtout il explique comment les Nazis faisaient jouer l’alternance des compliments et des insultes pour prendre l’emprise sur les esprits qu’ils approchaient. Cette alternance du sucre et du fouet provoque une alternance dans l’excitation qui conduit, à la place de la simple inhibition, à un état psychique ambigu et instable que Pierre Janet a décrit dans son livre De l’Angoisse à l’extase (4). Il s’agit d’amener les personnes à une sortie hors de soi, ou extase, par la combinaison de la terreur et de l’exaltation. Les hommes deviennent alors des automates entre les mains d’Hitler.

Lorsque j’étais enseignante à Roubaix, au plus fort du harcèlement que bien sûr j’éprouvais avec dureté, une de mes collègues m’avait un jour comparée à cette image du film de Dreyer, Jeanne d’Arc (5), qui s’attarde en gros plan sur le visage extatique et couronné d’épines de la jeune femme attendant la mort. Ces petits manuels « Que sais-je » sont des mines de trucs à exploiter entre les mains de professeurs aux idées courtes, qui préfèrent la manipulation et la psychanalyse sauvage aux difficultés de leur fonction. Il ne faut pas s’étonner, lorsqu’on voit le corps enseignant se mettre à penser et à se conduire comme des Nazis, de ce que le niveau scolaire soit en dégringolade dans les établissements de l’Education nationale.

 

Hall d'entrée 12/12/13

Hall d’entrée 12/12/13

2)      Commentaires en ligne sous surveillance

Les commentaires en ligne font partie de cette épreuve de Sisyphe que  représente la promotion du blog, alors que je me heurte à des tentatives constantes de manipulation et intimidation.

Si  j’ai bien remarqué que les autres internautes, sur Yahoo, avaient la possibilité de placer en ligne plusieurs commentaires à quelques minutes d’intervalle, y compris sur le même article, il a fallu me rendre à l’évidence que la règle n’était pas la même pour moi. Lorsque je tente d’insérer un second commentaire quelques minutes après le premier, il se place bien en ligne, mais est avalé par la machine lorsque je me déconnecte de Yahoo… Il disparaît…

D’abord écœurée par la réalité des faits, j’ai appris peu à peu, à force de tâtonnements, à me repérer et à jongler avec les possibilités qui restaient entrouvertes. J’arrive à placer un commentaire à peu près toutes les demi-heures sur Yahoo, mais il est préférable de compter large. Placer trois ou quatre commentaires sur Yahoo prend ainsi au minimum deux heures, alors que j’en suis réduite aux cybercafés. Et en deux heures il peut se passer beaucoup de choses : l’article a été supprimé ou les commentaires ont été renouvelés et repartent à zéro, etc. Rien n’est stable !

Les journaux en ligne  m’ont fait comprendre de leur côté qu’il ne fallait pas trop insister. Il faut un compte, et parfois un abonnement que je refuse de prendre. Il y a un modérateur (ce que je ne conteste pas) mais alors le commentaire est parfois mis en ligne plusieurs heures après avoir été posté. Comme sur Yahoo, il n’y a aucune réactivité possible avec les autres internautes.

 

Hall d'entrée 13/12/13

Hall d’entrée 13/12/13

3)      Manipulation mentale et domestique

Toutes sortes de manipulations apparaissent avec la mise en ligne de commentaires que je ne peux pas toutes répertorier. Surtout elles sont souvent infimes et difficiles à évaluer, y compris pour moi. Il peut aussi y avoir une part de hasard, mais j’ai déjà fait l’expérience que les hasards qui se répètent trop sont sujets à caution (voir l’article Psychanalyse sauvage).

Je donnerai un exemple vécu cette semaine, alors que je prépare un énième départ. Outre une série de commentaires sur le thème de Sarkozy (que j’ai sauvegardés à la suite de l’article Contre-propagande sur le retour de Sarkozy), j’ai placé quelques commentaires sur Sud-Ouest aux pages Charente-Maritime et Saintes, la ville où j’ai passé mon enfance. Des dissidences se sont manifestées au sein du parti socialiste, et en particulier à Saintes où le maire socialiste Jean Rouger vient de s’allier avec la droite centriste. Je connais bien le Docteur Rouger, il était déjà élu à la municipalité lorsque j’étais adolescente. Il était aussi notre médecin de famille. Trente ans après avoir quitté Saintes, les mêmes têtes sont en place, les mêmes notables font régner la loi du silence, les mêmes citoyens s’égarent dans des considérations oiseuses sans avoir le courage de poser les vraies questions qui pourraient faire évoluer une situation dont pourtant ils se plaignent…

Sud-Ouest – Saintes  (Publié le 12/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 12/12/2013 à 07h47)

A Saintes, le Mouvement républicain et citoyen fustige le calcul du maire

Le Mouvement républicain et citoyens (MRC), qui devrait très probablement faire alliance avec la liste PS d’Isabelle Pichard-Chauché, a réagi à l’alliance surprise de Jean-Rouger, maire sortant socialiste, avec le centriste Jean-Philippe Ardouin, qui siège dans l’opposition municipale depuis 2008.

Le texte enchaîne : « Voilà jusqu’où peut mener la perte des repères : à force de ne plus voir clairement où ils sont sur l’échiquier politique – c’est-à-dire quels sont les fondamentaux de leur famille politique -, des élus deviennent capables d’alliances politiquement inconcevables. Où est, dans tout ceci, la conscience politique ?

clairseg
12/12/2013, à 12h07

La perte des repères au parti socialiste de Saintes date des années 1980 ! Quant au courage politique, j’attends toujours qu’il se manifeste… à commencer par la défense et le respect des droits humains élémentaires de tous ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

clairseg
12/12/2013, à 20h53

Les Droits de L’Homme ne sont pas à l’honneur chez l’électeur saintais qui leur préfère le portefeuille… Une mauvaise posture, comme peut le laisser présager ceux qui prennent Nouvelle Donne pour la gauche de la gauche du Parti socialiste ! Mais mieux qu’un vaccin contre toute tentation (très improbable) de retour au pays ! Ce qui ne m’empêchera pas de continuer à me battre pour mes droits… Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

Formidables ces commentaires : tout à coup, dans cette maison athénienne où je vis, et qui voudrait me renvoyer chez mon père, comme les réactionnaires phallocrates, misogynes et catholiques de la clique municipale de Martine Aubry-Brochen à Lille, la lumière s’est faite. Depuis des semaines je n’avais plus d’électricité ni dans l’entrée de l’immeuble, ni dans mon vestibule. Après le premier commentaire saintais, un bulbe s’est allumé ! Après le second, j’ai eu droit au deuxième ! Et quand, épuisée, vendredi matin, j’ai tout lâché pour prendre une journée de recul et de réflexion, le deuxième bulbe s’est à nouveau éteint…

 

Meuble de cuisine Athènes

Meuble de cuisine Athènes

4)      Des ronds de fumée sioux au gri-gri sorcier.

Le lecteur français cartésien va faire des bonds au plafond ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire de bulbes intermittents ! C’est une araignée qu’elle a au plafond !… Du calme ! Pour comprendre l’enfer dans lequel je suis plongée, il faut se débarrasser de ses idées reçues et réévaluer les éléments de la communication moderne sous ses véritables auspices.

Moi aussi j’ai d’abord cru à un faux contact. Je considère même que l’éventualité d’un faux contact reste possible… mais les probabilités s’amenuisent beaucoup. Je commence à être échaudée par ce que je vis depuis plusieurs mois. Quelques jours après mon arrivée dans l’appartement, en voulant réparer un vieux meuble de cuisine, pour m’en servir, je l’ai débarrassé, comme me l’avait suggéré la propriétaire, des carreaux de faïence qui le recouvraient et qui étaient simplement posés dessus. Quel graffiti se cachait là ! Une jeune femme à cornes, tenant à la main le livre d’Orwell (6), un sourire sardonique aux lèvres… Le dessin était récent. J’ai fait beaucoup de peinture et je connais la porosité des supports. Il paraît que l’appartement n’avait pas été occupé depuis cinq ans…

Début septembre je suis allée voir les propriétaires pour m’informer et pour demander des explications, sur plusieurs sujets qui ont très vite posé problème. C’est la fille, la trentaine, qui me sert de contact, jouant le rôle de traducteur entre l’anglais et le grec. Lorsque je lui ai parlé du graffiti, elle m’a demandé sur un ton supérieur et amusé (j’ai découvert après coup qu’elle était professeur – de danse) si le dessin me faisait « peur », comme si j’étais une gamine de douze ans ou une demeurée habitée par une pensée magique. Furieuse, je l’ai immédiatement recadrée et j’ai parlé sans ambages de harcèlement. Elle ne s’est pas démontée et m’a demandé avec le même ton supérieur et amusé si ce harcèlement dont je me plaignais ne risquerait pas de me rendre « crazy » (folle)…

 

Book of Orwell

Book of Orwell

5)      Législation… pour les boniments de la communication.

Il n’y a pas de liberté sur internet comme il n’y a pas de respect de la vie privée. Quant à la communication moderne, elle est si truquée, que toute législation paraît avoir perdu son sens. La loi du plus fort remplace peu à peu la démocratie. Ce n’est pas inéluctable mais il serait temps que les peuples réagissent…

Interceptions sur internet: Montebourg défend la loi de programmation militaire (Par AFP | AFP – il y a 16 heures)

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a affirmé jeudi que l’article de la Loi de programmation militaire autorisant les interceptions sur internet sous certaines conditions, était « valide sur le plan de la protection des droits individuels ».

ClairSeg  •  il y a 9 heures

Mais à quoi servent toutes ces lois tatillonnes ? La police se permet toutes les intrusions qu’elle souhaite dans la vie des citoyens, en dépit des lois protégeant la vie privée, et le citoyen qui porte plainte sur ce sujet est éconduit avec l’argument fabuleux que : « c’est impossible puisque c’est interdit ! » Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Prison virtuelle mais effective :

J’ai mal aux dents. Je tousse. De l’eczéma a fait sa réapparition. Depuis quelques temps les repas préparés à la maison provoquent des diarrhées, qui disparaissent lorsque je prends mes repas à l’extérieur. Je suis épuisée. Quels pourraient être mes recours ?

Les atteintes aux droits humains fondamentaux sont toujours aussi insupportables… Comment faut-il le dire ?

Notes :

  1. Jean-Marie Domenach,  La propagande politique, Paris, PUF, collection « Que sais-je », n° 448, 1965 (Première édition 1950) (voir Manifeste et Contre-propagande sur l’adage « Le ridicule tue »).
  2. Ibid., fin du chapitre IV sur « La Propagande de type hitlérien », p. 33-43.
  3. Sergeï Stepanovitch Tchakhotin, sous le titre : Serge Tchakotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1939.
  4. Pierre Janet, De l’Angoisse à l’extase. Les sentiments fondamentaux : études sur les croyances et les sentiments, Paris, F. Alcan, 1928.
  5. Carl Theodor Dreyer, La passion de Jeanne d’Arc,  1928, avec Renée Falconetti.
  6. George Orwell (1903-1950), 1984, publié en 1949. Très nombreuses éditions en toutes langues (voir Big Brother is watching me…).

Cet article a été mis en ligne en début d’après-midi. Je suis rentrée chez moi ensuite pour en établir les corrections, avec l’aide de mon ordinateur personnel, que je peux enfin allumer puisque l’article est publié. A 17h30, lorsque je suis repartie, il n’y avait plus de lumière du tout dans le hall d’entrée de l’immeuble…

Journée des Droits de l’Homme

 

Athènes Prison de Socrate

Athènes Prison de Socrate

Ce jour, mardi 10 décembre 2013, les Nations Unies célèbrent les droits de l’homme. Rappel sur les ambitions du monde démocratique et sur les droits humains défendus par les Nations Unis. Sans commentaire.

Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme

Considérant que la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée le 10 décembre 1948, est l’idéal commun que doivent atteindre tous les peuples et toutes les nations, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l’homme (résolution 423 (V)  du 4 décembre 1950).

L’année 2013 marque les vingt ans d’existence du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

L’Assemblée générale des Nations Unies a créé le mandat du Haut Commissaire chargé de promouvoir et de protéger tous les droits de l’homme en décembre 1993. L’Assemblée générale donnait alors suite à une recommandation des délégués présents à la Conférence mondiale sur les droits de l’homme organisée à Vienne plus tôt la même année. 

La Déclaration et Programme d’action de Vienne, adoptée par la Conférence mondiale, a renouvelé l’effort de la protection et de la promotion des droits de l’homme et est tenue pour constituer l’un des documents majeurs du dernier quart de siècle en matière de droits de l’homme.

Déclaration universelle des droits de l’homme

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. 
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11

1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. 
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. 
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

1. Tout individu a droit à une nationalité. 
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16

1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. 
2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. 
3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

Article 17

1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. 
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

Article 21

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. 
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 
4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 
2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26

1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. 
2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. 
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

Article 27

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29

1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible. 
2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique. 
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Sans réponse : message laissé sur le site de l’ONU le 10/12/2013 et courrier datant du mercredi 28 août 2013.

« Je me trouve dans une situation désespérée à Athènes où j’ai fui la France sans y trouver de calme ni d’aide. Je n’ai plus que mon blog Un Micro sous votre oreiller pour m’exprimer. Pourquoi les Nations Unies refusent-elles de reconnaître et de défendre mes droits humains ? Claire Seguin »

Courrier ONU 1

Courrier ONU 1

Courrier ONU 2

Courrier ONU 2

Estocade dans la misère ?

Blog de Larrouturou

Blog de Larrouturou

Il me reste de quoi vivre trois à six mois tout au plus selon les dépenses que j’oserai ou pas – je l’entends : « pour tenter de me défendre ». Larrouturou et sa clique de partisans, de culs bénis, de bien-pensants peuvent s’indigner de l’indigence du peuple – ils en ont fait leur meilleure arme pour se constituer une clientèle comme pour abattre leurs prétendus ennemis … Et je n’ai jamais été leur « ennemie » avant qu’ils ne me choisissent de façon gratuite, à des fins démonstratives, comme bouc émissaire…

Je les accuse d’avoir fait de la misère une arme qu’ils entretiennent. Je les accuse de verser des larmes de crocodile sur le peuple. Je les accuse d’un cynisme sans borne : faux « Défenseurs des Droits de l’Homme » qu’ils accordent à la tête du client, faux « Gauchistes » inféodés à l’Amérique démocrate, capitaliste et catholique, vrais traîtres à leur pays qu’ils bradent pour un Oscar ou une Médaille du Mérite, et vrais traîtres au peuple qu’ils trompent avec un étalage de sentiments miséricordieux hypocrites…

Dans combien de mois, de semaines, serai-je réduite à faire les poubelles pour manger… alors que j’avais les moyens de me prendre en charge et que mon naufrage a été organisé par cette France du Vice et de la Honte qui se pavane au pouvoir : mise sur écoute, harcèlement, obstacles à l’emploi, etc..

Masques respiratoires

Masques respiratoires

Santé

Martine Aubry a imaginé la CMU mais c’est pour mieux l’accorder selon ses vœux. Depuis un an à peu près j’ai payé de ma poche les rares soins que je suis parvenue à obtenir… à force d’endurance devant les humiliations et les rebuffades, en changeant de médecin, de dentiste… J’ai à nouveau mal aux dents, et surtout je tousse. Il ne s’agit pas du rhume de l’automne. Je suis empoisonnée à petit feu chez moi, dans ma voiture. Il est difficile de me protéger. Je n’ai aucun recours possible auprès de la police, puisque c’est elle qui couvre mes tortionnaires et mes assassins. Je porte des masques respiratoires pour dormir, pour conduire, afin de limiter les heures d’exposition au poison. Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Logement

Logement

Logement

J’avais pris un logement à Athènes, avec un projet de création d’entreprise, assez grand pour envisager, si tout allait bien, de récupérer mes meubles entreposés à Lille et pour lesquels je paie un loyer de garde-meuble depuis 2008 – une fortune. J’ai vite compris que la maison où je m’étais installée était, comme la rue de Châteaudun, un foyer d’indicateurs de police et de calomniateurs qui travaillaient à ma perte. Je campe dans trois pièces à moitié vides. De septembre à novembre, j’ai cherché à me défendre hors de Grèce… sans succès. Lors de mon retour de France, fin novembre, j’ai cherché un autre logement… et je me suis aperçue que certains loueurs, au moins, savaient qui j’étais et présentaient le même profil que mes logeurs actuels. Comment me renseigner sur les propriétaires ? Faut-il se défier de tous ? Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

Dictionnaire et Manuscrit

Dictionnaire et Manuscrit

Surveillance

Loin de trouver une quelconque satisfaction à la rédaction de ce blog, j’ai vécu sa reprise comme un déchirement… ou une condamnation aux galères. Lorsque j’allume mon ordinateur, je sais que les cinq étages de la maisonnée y ont accès. Rue de Châteaudun, il est arrivé que mes voisins interviennent sur la page que je rédigeais. Même  s’ils ne se manifestent pas, et sachant leur malveillance, vous aimeriez vous lancer dans la création d’une entreprise sous le regard indiscret de vos pires calomniateurs ? Vous voudriez  rédiger  un texte pour défendre votre cause, alors que vos pires calomniateurs ont accès à sa lecture dès sa rédaction, mot à mot, avec ses hésitations et ses biffures ? Je n’ai jamais souscrit d’abonnement à Internet. Je n’ai pas non plus le téléphone. J’ai repris le chemin du cybercafé où mon intimité est bien précaire. Je rédige mes textes à la main, avec l’aide de mon vieux Robert qui aurait besoin d’être changé, sur des feuilles de papier pliées en deux, que je planque dans mon sac à main… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

En ces jours de deuil planétaire : Hommage à Mandela.

 

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Athènes, police sur Akadimias, 06/12/13.

Commentaires mis en ligne les 6, 7 et 8 décembre 2013, alors que dans la rue défilent des régiments de policiers. Les Français ont peut-être du mal à discerner les bruits de bottes qui s’annoncent mais je les perçois très bien. Il faut dire que les Lillois qui font leurs courses à Euralille, au milieu des militaires en treillis, la mitraillette sur l’estomac, sont peut-être déjà blasés… A quoi sert la mitraillette à Euralille ?

Vendredi 06/12/2013

Le code de déontologie effectif le 1er janvier dans la police  (Reuters – il y a 2 heures 6 minutes)

 PARIS (Reuters) – Le port d’un numéro de matricule visible sur les uniformes et le nouveau code de déontologie commun à la police et à la gendarmerie françaises entreront en vigueur le 1er janvier prochain, annonce le ministère de l’Intérieur.

 ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo)

Je serais plutôt favorable à un code de déontologie de la police… Mais le respect de la loi, pour tous, et avec impartialité, ne devrait-il pas être suffisant ? Que peut-on faire lorsque les lois sont bafouées par une police aux ordres des politiques ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande: ses cinq boulets  (L’Express.fr – il y a 1 heure 47 minutes) Par Christophe Barbier, Agnès Laurent, Corinne Lhaïk, Christian Makarian, Eric Mandonnet, Benjamin Masse-Stamberger, Benjamin Sportouch et Marcelo Wesfreid, publié le 06/12/2013 à  19:53

À l’ordre du jour de François Hollande, ces prochains mois, la purge électorale au printemps, un remaniement à ne pas rater et une Europe à relancer. Le tout, avec quelques boulets de poids à traîner : 1. La réduction des dépenses publiques ; 2. La remise à plat de la fiscalité ; 3. L’impuissance face aux plans sociaux ; 4. Harlem Désir ; 5. Des Verts encombrants.

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

Parmi les boulets de Monsieur Hollande, on oublie les atteintes répétées aux Droits de l’Homme les plus élémentaires dont sont victimes certains citoyens français, en France comme à l’étranger… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Samedi 7 décembre 2013

Défilé sous tension en Grèce, cinq ans après la mort d’un jeune  (Reuters – il y a 12 heures) 

ATHENES (Reuters) – Des milliers de Grecs ont défilé vendredi dans le centre d’Athènes pour commémorer la mort d’un adolescent de 15 ans abattu par la police il y a cinq ans, un incident qui avait déclenché de violentes émeutes.

Henry C  •  il y a 11 heures (Yahoo)

Tous les policiers du monde sont des assassins en puissance aux ordres du pouvoir.

Réponse de ClairSeg • il y a une seconde

Justement, cela ne devrait pas être leur vocation ! Mais il y avait en effet beaucoup beaucoup de policiers hier soir sur Akadimias et dans les parages d’Exarhia… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Marseille – Mennucci : le parquet classe l’affaire sur ordre - Le Point.fr – Publié le 07/12/2013 à 09:14

Le parquet de Marseille vient de décider de classer sans suite l’enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts qui visait Patrick Mennucci et sa suppléante. (Rectificatif paru dans la presse quelques heures après cet article : « Marseille – Affaire Mennucci : l’enquête est close, mais pas classée »… Je ne crois pas que cela change grand chose…)

ClairSegle 07/12/2013 à 10:10 (Le Point)

Le scandale n’est pas récent, hélas…

La base de la démocratie, c’est la séparation des pouvoirs, et le respect d’une justice indépendante. La loi est écrite et votée par les représentants du peuple. Elle doit s’appliquer à tous de la même façon… Se taire face à ce genre de dérives, ce n’est pas être « un petit malin qui sait comment va la vie », c’est accepter de se corrompre. Et cela commence toujours par de petites choses auxquelles on ne prête pas attention… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller.

Le PS tente de réduire le scrutin municipal à des enjeux locaux - Par  Bourmaud, François-Xavier | LeFigaro.fr – il y a 52 minutes

ClairSeg • il y a une seconde (Yahoo et Le Figaro)

Le respect des Droits de l’Homme pour tous, sans exception, fera-t-il partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales: le PS ratifie ses listes, met en garde contre un « détournement » de l’élection par l’UMP - Par AFP  – il y a 2 heures 8 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La liberté d’expression fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Muncipales : le PS mobilisé contre le « vote sanction »  Par Le Nouvel Observateur avec AFP – il y a 2 heures 20 minutes

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo et Le Point / Article similaire)

La sanction contre une nomenklatura corrompue fera-t-elle partie des slogans de la gauche que l’on aura oubliés pour les municipales ? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Dimanche 8 décembre 2013 :

Un quart des Européens menacés de pauvreté ou d’exclusion en 2012 (Le Point.fr – Publié le 05/12/2013 à 14:17)

La tendance est à la hausse puisque 24,8 % des Européens étaient concernés en 2012, contre 24,3 % en 2011 et 23,7 % en 2008.

ClairSeg • La misère est une arme politique !   (Le Point)

La misère est devenue une arme politique ! A droite comme à gauche, les politiques l’exploitent pour se constituer une clientèle ou pour faire taire les contestataires et tous ceux qui, pour une raison ou une autre, dérangent… 24,8% des Européens, c’est énorme… C’est de la souffrance pour ceux qui le vivent, …et une peur lancinante pour tous ceux qui ne sont pas à l’abri des aléas… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Le problème de la laïcité à la lyonnaise   (Par Slate.fr | Slate.fr – il y a 38 minutes)

Subventions aux catholiques, avec l’accord de la gauche…

ClairSeg • il y a une seconde  (Yahoo)

La « gauche catholique », c’est le nouveau « must » du parti socialiste, la réponse miséricordieuse à la misère, plus redoutable que la solidarité, les Droits de l’Homme, la liberté d’expression ou le refus d’une nomenklatura corrompue et embourgeoisée… C’est la révolution pacifique des gobeurs… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Florilège du Paris «bienveillant» d’Anne Hidalgo  (Par Libération.fr | Liberation.fr – il y a 1 heure 8 minutes)

La candidate socialiste a détaillé son programme ce dimanche. Extraits. A quoi ressemblerait le Paris d’Anne Hidalgo? Une ville avant tout «bienveillante» pour ses habitants, et une «Ville Monde» ouverte «à la diversité». Où l’on vivrait moins cher, où les impôts n’augmenteraient pas pendant six ans, et où seraient investis 7,5 milliards d’euros pendant la même période.,,

ClairSeg • il y a une seconde

Le Paris « bienveillant » se fera-t-il sur le modèle de celui de Lille, où officie son époux, Jean-Marc Germain ? Avec lynchage collectif couvert par la municipalité, déni de justice, atteintes aux Droits de l’Homme, harcèlement, etc., etc…? Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller 

François Hollande, radioscopie d’une impopularité      (Par 20minutes.fr | 20minutes.fr – il y a 2 heures 50 minutes)

 POLITIQUE – Un sondage exclusif réalisé par l’institut Polling Vox pour «20 Minutes» avec le soutien de Clameo.fr révèle les failles du chef de l’Etat, selon l’opinion…

ClairSeg • il y a une seconde

Il n’y a pas de justice possible alors que le parti socialiste a renoncé à toutes ses valeurs pour établir son pouvoir sur un système de clientèles et de complicités, au mépris même des Droits de l’Homme les plus élémentaires ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Municipales en Charente-Maritime : batailles chez les socialistes     (Sud-Ouest / Saintes - Publié le 06/12/2013 à 06h00 | Mise à jour : 06/12/2013 à 08h36 - Par Marie-Claude Aristégui)

Jean-François Fountaine part en dissident à La Rochelle. Et Jean Rouger aussi à Saintes.

clairseg  08/12/2013, à 21h30

Mais que se passe-t-il au parti socialiste de Charente-Maritime ? Les règles démocratiques ne sont-elles plus respectées? Ne me dites pas que la Liberté d’expression serait en danger ou bien que les Droits de l’Homme seraient menacés ? Claire Seguin, Un Micro sous votre oreiller ou Comment mourir d’avoir grandi à Saintes sous une municipalité socialiste dans les années 1980…

Qui fera revivre l’esprit des Droits de l’Homme à la française ?

 

Athènes

Athènes

Il y a une vingtaine d’années, alors que je me trouvais à Dublin avec le groupe universitaire de Paris 7 qui m’avait incitée à préparer un DEA sur les relations Texte/Image, dans le cadre d’un échange Erasmus, j’ai côtoyé à Trinity College un professeur passionné par l’ouvrage de Michelet, La Sorcière. Cet homme en collectionnait les éditions et réunissait autant de textes sur le sujet qu’il était en mesure de le faire. Déjà mise à l’index dans ce groupe d’étudiants où je me faisais l’effet d’une pièce rapportée, sans en comprendre la cause, je n’avais pas manqué de remarquer l’insistance avec laquelle il évoquait sa marotte en ma présence.

Parmi les pensées profondes qu’il avait tenu à partager avec nous, je me souviens qu’il avait évoqué le sort d’une femme du XVIIIème siècle, s’étant retirée dans un monastère après avoir vécu dans la vie civile, ce qui la distinguait des religieuses entrées dans la prime jeunesse, et qui était devenue la victime d’une violente campagne de diffamation, avec harcèlement physique et moral, l’accusant d’être une « sorcière ». Le contexte religieux n’est pas étranger à la manifestation d’une violence misogyne mais un parallèle peut être établi avec l’université réactionnaire dans laquelle j’évoluais. La réponse de cet intellectuel devant l’expression d’une haine collective qui semblait irrépressible était d’expliquer que ses tentatives personnelles pour se défendre elle-même avaient été vouées à l’échec jusqu’à ce qu’enfin un homme accepte, contre l’opinion générale, de prendre sa défense.

Deux décennies plus tard, la même révolte me soulève la poitrine à l’idée qu’il m’incitait à la passivité devant toutes les formes de harcèlement dont j’aurais pu être victime. La même révolte m’anime aussi contre ces intellectuels, ou hommes d’expérience, qui considèrent que « savoir et comprendre » suffit à conforter la haute opinion qu’ils ont d’eux-mêmes et les dispense de s’engager. Personne ne m’a défendue, à Trinity College non plus. Personne ne veut le faire. Alors que chacun sait, parmi ceux qui pourraient le faire, que le procès en sorcellerie qui m’est fait, loin d’être spontané, loin d’être l’émanation d’un fonds collectif indomptable, a été organisé et programmé par des cyniques.

Qui fera revivre l’esprit des Droits de l’Homme à la française ? Depuis que je suis à Athènes, le seul représentant des Droits de l’Homme que je sois parvenue à rencontrer m’a expliqué qu’en matière de Droits de l’Homme, c’était la France qui faisait les lois, que la Grèce se contentait de suivre, et que le seul moyen que j’avais de me défendre était de me faire défendre par des Français…

 

Canal de Corinthes

Canal de Corinthe

25 août 2013. Corinthe.

Lors d’un déplacement de prospection à Corinthe, dans le cadre de la création d’entreprise que je me proposais de lancer, je prends mon déjeuner dans une petite brasserie du centre ville, ouverte sur la rue, et qui compte une dizaine de couverts. Je me suis assise par hasard, pour être à l’ombre, auprès d’un groupe de trois Français, la petite trentaine, le jeune homme venant d’aller chercher ses deux amies parisiennes à Athènes, où elles sont venues le rejoindre pour les vacances. La rue, écrasée de chaleur, est quasi déserte. Au cours du repas, un prêtre orthodoxe s’arrête en face du restaurant, à ma hauteur, de l’autre côté de la rue. Il se met aussitôt à s’agiter avec son rosaire, en faisant de grands gestes des bras, comme s’il lançait un anathème : Pschitt, Pschitt… Le jeune homme, témoin de la scène, a d’abord expliqué à ses deux camarades, sur un ton confidentiel, que les prêtres, dans un village, sont des « rois » : ce sont les personnages les plus importants et les plus influents car l’Etat et l’Eglise ne sont pas séparés. Puis, le prêtre continuant son manège avec insistance, il s’est plongé dans la consultation de son écran de téléphone portable, d’un air absorbé. Les deux jeunes femmes se sont tues, le visage défait. J’ai regardé le prêtre sans ciller jusqu’à ce qu’il se décide à reprendre sa promenade.

 

Stadium, Athènes.

Stadium, Athènes.

30 août 2013. Athènes.

Bien que je sois à Athènes depuis près de trois mois, je n’ai encore presque rien visité et ce vendredi après-midi, j’entreprends d’aller faire un tour au Stadium. Arrivant sur les lieux, je m’arrête le long de l’avenue qui longe le site, au passage piéton, pour attendre mon tour de traverser. A mes côtés, se trouve un jeune couple, qui s’avère être un couple de Français. Puis survient dans mon dos un Grec, une bonne quarantaine d’années, à bicyclette, qui s’adresse à moi en anglais, sur un ton rieur, pour me tenir des propos d’une misogynie indécente, accusant les femmes en général, et les Allemandes en particulier, d’être responsables du naufrage de l’Europe. Exaspérée par les insultes sexistes, je commence par répondre à cet homme en anglais, puis en français, avant de parvenir à me débarrasser du goujat. Le jeune couple français, qui se rendait au Stadium comme moi, s’est d’abord tenu en retrait, comme s’ils n’avaient rien remarqué, puis ils ont attendu que j’aie pris mon billet et sois entrée pour le faire à leur tour. Pendant la visite, lorsque nous avons eu l’occasion de nous croiser, ils se sont tenus à l’écart de moi comme si j’étais une pestiférée.

 

Plaka, Athènes.

Plaka, Athènes.

Eté 2013, Plaka, Athènes.

Une promenade dans les petites rues de Plaka offre souvent l’occasion de s’extraire de la foule et de ses agressions. En fin d’été, alors que j’arpente les flancs de l’Acropole, je croise dans une rue étroite un groupe de jeunes gens. Après trois pas, j’entends soudain dans mon dos une voix masculine qui s’exclame : « Tu as vu qui tu viens de croiser, tu as vu… ? » Et comme je me retourne spontanément, je découvre les jeunes Français qui me regardent à la dérobée…. Bien sûr, je ne dirai plus qu’on me reconnaît dans la rue. J’aurais trop peur d’être internée. Mais c’est à ce genre d’expériences que je m’aperçois en effet qu’il est tout à fait impossible que mon appartement soit sur écoute, que mes voisins exercent une surveillance sur moi, que ma voiture soit équipée d’un mouchard ou que mes échanges internet (mail, blog, etc…) soient lus en instantané par la police…

Il n’y a pas un Droit au respect de la vie privée parmi les Droits de l’Homme ? Entre autres Droits…

Visites lors de la mise en ligne.

Visites lors de la mise en ligne.

Mise en ligne de l’article :

Lorsque je suis arrivée dans l’administration du blog, j’étais seule, comme cela arrive souvent. La mise en ligne du texte de l’article (sans les photographies) à partir d’un support que je venais de préparer sur un fichier de traitement de texte n’a pris qu’une minute ou deux. Aussitôt j’ai une dizaine de visiteurs, et à nouveau une dizaine après le téléchargement des photographies. Ce ne sont pas des robots. Mes lecteurs pensent, voire se manifestent, par exemple en se positionnant ensuite sur un article dont le titre est significatif : « La colère gronde… » (Voir surtout sur le sujet l’article Révolte : Haro sur Matter). Comment une femme que l’on prétend irresponsable, et qui a si peu de lecteurs effectifs sur son blog, peut-elle être à ce point surveillée ?…

NB : 1. Les visiteurs ne sont pas comptabilisés par le compteur (?!); 2. La mauvaise qualité de mon support « maison », avec collage de photocopies et photographie bricolée, est représentative des conditions de vie désastreuses auxquelles je suis à nouveau réduite, comme du stress qui l’accompagne (je refuse de recommencer). Cette surveillance influe aussi sur mon mode d’écriture en m’incitant à une forme d’auto-censure ou du moins d’extrême prudence : euphémismes pour décrire la réalité, hésitation à télécharger certains documents…Les atteintes aux droits humains fondamentaux sont toujours aussi insupportables…

Que faire sous l’orage des mensonges ?

Que faire sous l'orage des mensonges ? lycabette-2-150x128

Athènes, mi-novembre 2013.

Ils mentent – ou ils ne me cacheraient pas ce qu’ils racontent sur moi.

Personne n’oserait prétendre que j’aie pu manquer de patience ! Lorsque je suis prise en otage à Toronto, où pour la première fois je rends public mon combat, il y a déjà deux ans que j’ai quitté l’Education nationale et que je tente de faire enregistrer mes plaintes. Lorsque j’écris au Président de la République, Monsieur Sarkozy, le 7 septembre 2010, il y a un an que je suis séquestrée à Lille. Lorsque j’interpelle Martine Aubry à Lille, en 2011, lors d’une émission publique sur France Inter, j’ai déjà épuisé tous les recours. Lorsque j’enfarine François Hollande, en février 2012, cela fait cinq ans que je suis sur la touche…

Qui oserait prétendre que j’aie pu manquer de patience ?!

Que faire encore face à la calomnie et au harcèlement qui se répètent ? Comme à Toronto, je discerne sur le visage des passants et de ceux qui m’entourent l’évolution de la campagne de diffamation en cours, mais je ne sais pas où ni comment je suis diffamée. La même question lancinante, ironique, douloureuse se pose : « Sur quelle planète  mon portrait est-il diffusé : Mars, Saturne ou Pluton ? ».

Ils mentent – ou ils ne me cacheraient pas ce qu’ils racontent sur moi.

Il y a deux mois, je faisais savoir que Monsieur François Hollande aurait aussi à rendre compte de mon chômage, comme de celui des jeunes (Fin de partie, Protestation des 16-17 septembre 2013). Je ne suis plus jeune mais j’ai besoin de travailler pour vivre et pour assurer mon quotidien. Faut-il répéter que je revendique le droit d’avoir « Du boulot », et qu’à nouveau « J’ai mal aux dents », malgré des soins d’urgence en Hongrie, à mes frais, et non sans difficultés. Il a fallu changer de dentiste avant d’en trouver un qui me traite avec décence… Pourquoi un tel acharnement ?

Ils mentent – ou ils ne me cacheraient pas ce qu’ils racontent sur moi.

Le seul argument que j’ai bien compris, c’est qu’ « en toutes circonstances, la victime est priée de se taire lorsque sa plainte met en cause des puissants ». Mais je ne sacrifierai pas ma vie à des politiciens machiavéliques qui m’ont utilisée à mon insu, manipulée, salie, calomniée, détruite, sans me battre contre eux. S’il faut mourir, je mourrai en montant au front.

Ils mentent – ou ils ne me cacheraient pas ce qu’ils racontent sur moi.

 

Commentaires laissés en ligne sur Yahoo, ce jour.

Les députés socialistes réclament des explications à François Hollande

Par LEXPRESS.fr | L’Express.fr – il y a 3 heures

Les 292 députés socialistes demandent à rencontrer François Hollande pour lui faire part de leurs doutes concernant son entourage, pas à la hauteur selon eux. Ils dénoncent aussi l’attitude négative des ministres.

ClairSeg • il y a une seconde

Quand on refuse de faire face aux problèmes, de répondre aux questions, qu’on préfère rester dans le flou, on va droit dans le mur… Moi aussi, je réclame des explications sur la situation désespérée (harcèlement, chômage, déni de justice…) dans laquelle m’ont mise les socialistes…entre autres irresponsables… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Hollande: la France un pays parfois « dans la colère » mais « qui avance »

Par AFP | AFP – il y a 11 minutes

ClairSeg • il y a une seconde

Qui va droit dans le mur…. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Contre-propagande sur le Coquelicot

 

Contre-propagande sur le Coquelicot monnaie-canadienne-1-150x148

Monnaie canadienne estampillée du Coquelicot.

Si le coquelicot a envahi l’imagerie décorative, sa connotation anglo-saxonne et réactionnaire est peu perceptible en France. Découvert dans les publicités et la propagande orchestrées par CNN, et surtout au cours de mon séjour  à Toronto, le symbole reste pour moi associé à la virulence du capitalisme et du patriotisme anglo-saxons, en Grande-Bretagne, au Canada, aux Etats-Unis. Je garde un très mauvais souvenir des pièces de monnaie canadiennes, estampillées du coquelicot, ou des plaques minéralogiques des voitures affichant leur positionnement politique d’une fleur rouge.

Le coquelicot a été choisi comme symbole du Remembrance Day, pour honorer le souvenir des morts de la Grande Guerre. C’était  la fleur fragile, rouge sang, des champs de bataille dévastés, parfois évoquée par les poètes. L’an dernier, mon arrivée à Londres avait  été placée sous le signe du coquelicot, puisque toute l’Angleterre s’apprêtait à célébrer le 11 novembre. La Royal British Legion vendait dans toutes les rues des coquelicots en papier, à épingler au revers de son manteau ou de son veston.

Le coquelicot est aujourd’hui associé de façon si insistante avec le souvenir des morts de la Grande Guerre, que l’on en oublie que ce même  coquelicot, rouge, sauvage, estival, a été un symbole de la Gauche, avant que la propagande capitaliste ne se l’approprie. Presqu’absent des représentations idéologiques françaises, qui lui a préféré le bleuet sans que ce dernier rencontre le succès de son rouge concurrent, le coquelicot est omniprésent dans l’imagerie anglo-saxonne, où la valeur des couleurs rouge et bleu attribuées aux forces politiques de droite et de gauche est inversée. François Hollande aurait souligné sa singularité, après  son élection, lors d’une cérémonie militaire, en affichant le bleuet au revers de son veston, contrairement à son prédécesseur. La revendication n’est pas contradictoire avec l’idée que je me suis faite du Parti socialiste, ni de ses liens secrets avec les Etats-Unis.

Si la commémoration des morts de cette guerre monstrueuse, qui a assassiné des millions de jeunes gens au profit des marchands de canons, semble bien une nécessité et un devoir, dans un monde qui ne s’est toujours pas remis de la violence démesurée des champs de bataille, son instrumentalisation politique est moins justifiable. C’est un domaine où la pensée unique s’impose soudain de façon brutale, intolérante, aspirant à l’hégémonie, avec des journalistes anglais, par exemple, rappelés à l’ordre et obligés de se justifier, indignés, pour avoir refusé de porter le coquelicot à l’antenne, le Jour J, au revers de leur veste… comme si les manifestations officielles organisées par l’armée avaient le monopole de la compassion pour les Morts de 14-18.

La brutalité de la pensée anglo-saxonne est peu soulignée. On a plutôt de l’Angleterre, des pays d’Amérique du Nord, l’image de terres d’asile, de territoires dévoués à la liberté d’expression. Pourtant le glissement idéologique qui s’est produit ces dernières années va vers un durcissement des positions qui tolère de moins en moins les divergences d’opinion. Je me souviens des cours d’anglais que j’ai suivis à l’Université de Lille avec un professeur américain, par ailleurs remarquable, mais qui se rendait odieux en émaillant ses leçons de propagande capitaliste néolibérale, avec la conviction manifeste que le fait d’apprendre la langue impliquait un assentiment tacite à une doctrine qui ne représente pourtant qu’un aspect de la culture anglo-saxonne, même si elle est actuellement dominante.

L’américanisation du monde anglo-saxon est sensible à Londres aussi. L’hiver dernier, les festivités de fin d’année proposaient de multiples représentations du film mythique de Victor Fleming, The Wizard of Oz (1939) avec projections du film, références publicitaires ou exposition « Hollywood Costume » au Victoria & Albert Museum, annoncée par des affiches monumentales de Judy Garland sur les bus à impériale. Les deux promoteurs du capitalisme que sont le coquelicot et le cinéma hollywoodien faisaient soudain se télescoper, non sans ironie pour l’observatrice que je suis, deux représentations du poppy aussi notoires l’une que l’autre. Qui peut oublier la scène des Poppies du Wizard of Oz, lorsque the Wicked Witch  tend un piège à Dorothée et à ses compagnons : « And now my beauties something with poison in it, I think. But attractive to the eye and soothing to the smell. Poppies. Poppies will put them to sleep ».(*)

Ce ne sont pas les premiers jours de novembre qui m’incitent à une étrange digression vers la Grande Guerre et le Coquelicot mais bien le souvenir lancinant de la façon dont le Canada, ce pays infâme, non content de me rejeter alors que je demandais asile, a tenu à me renvoyer manu militari et fauchée à mes tortionnaires. Je ne sais toujours pas ce dont je suis accusée, mais la violence qui m’a été faite semble tout entière contenue dans cette petite fleur néfaste dont je ne me serais pas méfiée, le coquelicot.

*Qui peut oublier la scène des Coquelicots du Magicien d’Oz, lorsque la Méchante Sorcière tend un piège à Dorothée et à ses compagnons : « Et maintenant mes beautés, quelque chose qui contient du poison, je pense. Mais séduisant pour les yeux et apaisant pour l’odorat. Des coquelicots. Des coquelicots vont les endormir ».

Contre-propagande sur le retour de Sarkozy

 

Contre-propagande sur le retour de Sarkozy les-couilles-de-sarkozy1-150x90

Les couilles qui manquent aussi à Sarkozy.

Jour après jour se multiplient les annonces, les articles, les petites phrases sur le retour de Sarkozy. Je n’en crois pas mes yeux ni mes oreilles. Voilà un président qui a connu des sommets d’impopularité, qui a humilié la France avec un remariage éhonté à la présidence, qui a laissé au pays une série d’ardoises toutes plus indécentes les unes que les autres, depuis les frais de campagne présidentielle ou le site web de l’épouse, jusqu’à un endettement record et inégalé des finances de l’Etat qu’il dirigeait. Et qui ose maintenant avancer une nouvelle idée de gouvernement : le président « protecteur », notion qui fait étrangement écho à l’idée de « Care » de Madame Martine Aubry-Brochen, dont le cynisme a déjà été brocardé dans ces pages (Fin de Partie, Protestation des derniers jours du mois d’août 2013).

Je n’ai pas oublié qu’il y a trois ans, le 7 septembre 2010, c’est à Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française, que je me suis adressée en lui envoyant ma première Lettre ouverte. Mais Monsieur Sarkozy m’a eu ni les couilles de me venir en aide, ni les couilles de me répondre pour me signifier son refus de m’aider. Un prédateur qui ne pense qu’à sa carrière n’est jamais protecteur. Un président qui considère ses concitoyens comme de la chair à canon que l’on peut sacrifier dans un éclat de rire à son quinquennat n’est pas protecteur. Monsieur Sarkozy a failli à son devoir comme à sa fonction avec le même cynisme, la même outrecuidance, que ceux de Martine Aubry, maire de Lille, me livrant à un véritable lynchage populacier dans sa propre ville, tout en se flattant d’un mari avocat des Droits de l’Homme, Jean-Louis Brochen. On ne peut même pas leur accorder le bénéfice de la « Realpolitik ». M’ont-ils fait taire ? Non ! Ont-ils connu des succès politiques ? Aucun !

Pourtant ces dirigeants irresponsables, puisqu’incapables d’assumer leurs responsabilités de représentants de l’Etat, continuent de revendiquer des postes d’élus aux plus hautes fonctions, avec la même ligne de conduite vis-à-vis du peuple qu’ils exploitent et qu’ils méprisent : « En toutes circonstances, la victime est priée de se taire lorsque sa plainte met en cause des puissants » !

Monsieur Sarkozy a une grande gueule, mais  une grande gueule n’est pas synonyme de courage politique. Il n’a pas de vision politique pour la France, pas plus que le parti socialiste en place, qui confond populisme et démagogie avec un projet de société.

Tandis que depuis des années je hurle de souffrance sous les quolibets, un président assassin, un maire assassin, sont toujours courtisés par les médias, encouragés par leurs militants, au mépris de la vérité. Sont-ce bien les choix des Français ? Pourquoi la vérité ne peut-elle éclater ? Comment ce peuple au passé si glorieux, et qui a déjà donné tant de preuves de son intelligence et de sa générosité, peut-il en arriver là ?

Commentaires mis en ligne sur Yahoo les 11 et 12/12/13 pour l’annonce du retour de Sarkozy :

Sarkozy : « Je ne peux pas ne pas revenir »   (LePoint.fr – il y a 2 heures 5 minutes)

ClairSeg • il y a une seconde

Une fatalité ? Non, une calamité pour la France ! Le désastre Hollande, c’est la conséquence des années Sarkozy, qui est plus « grande gueule » que l’actuel président mais qui n’a pas plus de courage politique que lui ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

ClairSeg • il y a une seconde

Le Président sur lequel on est sûr de ne pas pouvoir compter… Il a fait ses preuves… Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

VIDEO. Peut-on se passer de Nicolas Sarkozy ?  (Le Nouvel Observateur – il y a 1 heure 59 minutes)

ClairSeg • il y a une seconde

Oui, on peut se passer de Sarkozy ! Et cela ferait du bien au pays de sortir de l’ornière du cynisme qui corrompt toute la vie politique, à droite comme à gauche ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

Sarkozy 2017, décollage à hauts risques (Par Serge Raffy | Le Nouvel Observateur – il y a 14 heures)

Cette fois, c’est sûr. Il a son agenda en état de marche, sa feuille de route bien préparée. Dans quelques mois la fusée Sarkozy va décoller dans le ciel bas et lourd d’une France morose.

ClairSeg  •  il y a 9 heures 

La fusée Sarkozy a déjà fait long feu… C’est un pétard qui fait du bruit et ne mène nulle part ! Qui peut encore croire en lui ?! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

1 réponse de SIMPLY MARKO  •  il y a 14 minutes 

Je réponds à votre question: les médias!

Le retour de Sarkozy, épisode 148 : « Les Français décideront » (Par Le Nouvel Observateur | Le Nouvel Observateur – il y a 12 heures)

Ce jeudi, c’est le site de « L’Express » qui se charge de donner des nouvelles de Nicolas Sarkozy. L’ex-président était à Lagos, au Nigeria, pour y gagner sa vie de conférencier de luxe. Alors qu’on lui demandait s’il comptait « revenir au Nigeria comme président de la République », il a répondu : « J’ai été passionné par ma tâche pendant 5 ans. J’ai une éternelle reconnaissance envers les Français. » Et pour la suite? « Ils décideront. »

ClairSeg  •  il y a 10 heures 

Les Français ont déjà dit non à Sarkozy ! Ils savent qu’ils ne pourront jamais compter sur lui… : « il a fait ses preuves » ! Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

123



Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté