Le compte à rebours est lancé.

 

Back to no future, tag, cour de l'Ecole Polytechnique, Athènes.

Back to no future, tag, cour de l’Ecole Polytechnique, Athènes.

Ce premier février, j’ai entamé la dernière ligne droite vers la misère sans retour, livrée à une haine qui n’a d’égal que le silence qui l’accompagne. Tandis que la France avale sans un mot toutes les couleuvres que lui sert le gouvernement, je me sens démunie comme jamais face à l’absolue lâcheté de ceux que j’interpelle. Car il y a la lâcheté de l’égoïste, qui ne veut pas savoir, et celle, décuplée par le vice, de celui qui la cultive comme une arme : pas d’indifférence dans le silence qu’on m’oppose mais la jubilation putride des lâches qui parviennent à leurs fins sans se déclarer, à l’usure, avec le recours de toutes les roueries derrière lesquelles ils peuvent se cacher…

J’arrive en effet en bout de course et je pense à tous ceux qui m’ont condamnée, il y a trente ans, à un viol collectif qu’ils voudraient maintenant dissimuler sous des indignations morales qui justifieraient leur surdité. Je devine les cœurs imbibés de fiel à l’odeur de naphtaline que dégageaient leurs intérieurs médiocres et trop bien rangés de mon enfance. Je sais les hyènes lovées pendant des années autour d’un fibrome surdimensionné dans un attentisme malveillant et venimeux. J’ai découvert le venin des envieux. Mais je n’admettrai jamais que mon pays s’enferme et s’enlise dans une culture de l’hypocrisie, dont une Education nationale dévoyée s’est faite le champion, alors qu’elle est à l’opposé de sa devise citoyenne : Liberté, Egalité, Fraternité.

Il n’y a pas de courage sans dialogue. Il n’y a pas de dialogue sans courage. Je ne renonce pas à me battre. Mais je sais que les échecs pourraient maintenant rester sans lendemains prometteurs… Au silence des méchants, je ne peux opposer que l’insoumission de mon cœur qui se révolte.

Commentaire mis en ligne le 1er février 2014 :

Pauvreté : « Aujourd’hui on ne vit plus, on survit » (Par Hamelin, Farah | LeFigaro.fr – il y a 23 heures)

De plus en plus pauvres, les Français ? Selon un sondage effectué par L’Observatoire BFM Business, plus d’un tiers des Français affirme ne pas pouvoir boucler sa fin de mois, contre près d’un sur quatre l’année dernière.

ClairSeg • il y a une seconde

La pauvreté est une arme pour assujettir les classes sociales qui pourraient se montrer revendicatives. Claire Seguin Un Micro sous votre oreiller

0 Réponses à “Le compte à rebours est lancé.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté