Hampton / Hessel : deux destins de « gauchistes américains ».

 

Hampton

Hampton

Les deux portraits ont une visée argumentative, dans la perspective de la création de La Nouvelle Donne, il y a quelques jours. Je ne suis pas communiste. Je ne voudrais pas qu’on prenne ces lignes pour du prosélytisme marxiste. D’ailleurs les communistes ne se sont pas montrés plus coopératifs que leurs autres collègues politiciens pour me venir en aide. Si la révolution bolchevique m’a toujours émue, je n’ai jamais cru au « Tout Etat » du communisme, qui a fait la preuve de son incapacité à satisfaire les peuples, étouffant sous la contrainte et ayant besoin de liberté. Mais je crois comme les communistes qu’une redistribution égalitaire des richesses implique de profondes transformations de la société. Or ces transformations ne peuvent susciter que de vives oppositions de la part de ceux qui détiennent le pouvoir. Elles peuvent peut-être s’obtenir par la non-violence, mais certainement pas par la collusion avec le pouvoir en place, les réformes superficielles et les bonnes paroles lénifiantes destinées à endormir les peuples.

Fred Hampton faisait partie de ces jeunes hommes déterminés qui avaient adhéré à la fin des années 1960 au marxisme. Chef du Black Panther Party de l’Illinois, il a fait preuve très vite d’un charisme exceptionnel et il s’est imposé comme leader à Chicago. Bien que Noir-Américain, sa politique était de rassembler au-delà des barrières raciales et de fédérer un esprit de classe y compris parmi ceux qu’on appelle aux Etats-Unis les « Petits Blancs », ces Blancs pauvres, prolétaires et laissés pour compte par la société capitaliste. Fred Hampton a été assassiné le 4 décembre 1969, à l’aube, lors d’une descente nocturne de la police à son domicile. Il a été abattu dans son lit et sa fiancée, enceinte de plus de huit mois, a été blessée. Son compagnon de lutte Mark Clark a été tué avec lui. Trois autres membres des Panthers ont été blessés. Il avait vingt-et-un ans. Après la mort de Hampton, l’establishment a lancé une politique de séduction envers ces « Petits Blancs » tentés par la révolte sociale.

Hessel

Hessel

Le destin hors du commun de Stéphane Hessel n’est ignoré de personne. Ce « héros de roman » d’origine allemande mais admis très jeune à l’Ecole Normale Supérieure de Paris a été un résistant, un rescapé des camps et un militant des Droits de l’Homme toute son existence, qu’il a menée après la guerre dans la diplomatie. Son manifeste Indignez-vous ! (2010) lui a valu une notoriété internationale sur la fin de sa vie. Mais s’il n’y a pas un mot à reprocher à cet ouvrage d’une rigueur morale exemplaire, on peut se demander quelles propositions politiques accompagneraient l’indignation à laquelle iI appelle. Suffit-il qu’existent déjà Attac, Amnesty ou La Ligue des Droits de l’Homme pour que le monde aille mieux ? Pourquoi cite-t-il le communiste Jean-Paul Sartre alors qu’il défend une société de type chrétien-démocrate, comme celle promue par le parti démocrate américain ? Et comment peut-il lutter contre le capitalisme tout en participant à ses émanations les plus américanisées comme l’ONU ? Il aurait probablement adhéré à Nouvelle Donne, aux côtés de sa veuve Christiane Hessel-Chabry. Mais c’est une raison de plus de penser qu’il était tout sauf un révolutionnaire et que l’odeur de soufre de ses appels à la révolte n’ont jamais dû beaucoup inquiéter l’establishment capitaliste dont après tout il faisait partie. Cela n’enlève rien à ses qualités personnelles, mais je n’aime pas que Nouvelle Donne et les amis de Martine Aubry, dont je connais trop les formidables hypocrisies se targuent de Hessel pour faire  gober au peuple français qu’eux-mêmes représenteraient aujourd’hui l’aile gauche (et morale !) de la gauche française…

The Murder of Fred Hampton et American Revolution 2, deux films de Howard Alk et Mike Gray (1971, MGA Inc., Chicago et 1969, The Film Group Inc. Chicago), DVD Arte France, 2008.

Indignez-vous ! par Tony Gatlif, Princes Production – Arte France, 2012, d’après l’ouvrage Indignez-vous ! de Stéphane Hessel, Indigène Editions, 2010.

Document anecdotique : à titre d’exemple, une lettre de diplomates anglais, datant du 18 novembre 1981, et relatant une conversation informelle de Hessel avec l’un d’entre eux. Margaret Thatcher est au gouvernement depuis deux ans. Mais ces messieurs partagent les projets politiques avec simplicité… au point que l’un d’eux lui fait remarquer qu’en entrant au gouvernement auprès de Jean-Pierre Cot, il ne sera peut-être plus tout à fait du côté de l’ « underdog ». Ce document fait partie de ceux que j’ai photographiés à Kew Gardens et qui n’ont pas intéressé mes curieux de la Bnf. Je ne vois donc pas de souci à le mettre en ligne.

Lettre au sujet d'Hessel

Lettre au sujet de Hessel

0 Réponses à “Hampton / Hessel : deux destins de « gauchistes américains ».”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté