• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 novembre 2013

Archive journalière du 30 nov 2013

Et toc ! De Roosevelt en Nouvelle Donne, l’ « extrême gauche » catholique et américaine sort du bois…

Oranger

Oranger

Le moment était venu, alors que le Parti socialiste est en pleine déréliction, de créer un nouveau parti de gauche. C’est le socialiste, catholique et rocardien Pierre Larrouturou qui se lance dans l’aventure, sans plus cacher son inspiration rooseveltienne, pour proposer en guise de New Deal français une série de vingt réformettes, parmi lesquelles la semaine de 32 heures, bien plus à gauche que la gauche de Martine Aubry et ses 35 heures…

Je ne suis pas communiste. Je n’ai jamais lu Le Capital. Mais il me semblait avoir compris que Karl Marx, lorsqu’il avait entrepris de s’attaquer au capitalisme, avait tenté de repenser l’intégralité du fonctionnement de l’économie et que cet effort conceptuel avait nécessité la rédaction d’un gros pavé. Larrouturou, lui, va refaire le monde avec vingt propositions et une idée simple, la semaine de 32 heures. Sans rien changer au monde. C’est la Nouvelle Donne : on redistribue les cartes, mais sans changer la règle du jeu.

Les professions libérales, les cadres dirigeants, les petits chefs d’entreprise, les commerçants, les agriculteurs… je suppose, ne sont pas concernés par l’aubaine… Les Vietnamiennes continueront à travailler soixante heures par semaine pour un salaire de misère… Les Africains continueront à mourir de faim, le dos brisé par les heures de labeur dans les champs ou les mines, parce qu’on estime impossible, en Occident, de leur accorder un prix décent pour leur coton ou leurs minéraux précieux… Mais le petit peuple occidental, dans un élan de fraternisation bouleversante, va partager le travail !

On ne saurait trop vanter les vertus du partage, cette notion éminemment chrétienne. Il est certain que si on parvenait à convaincre les travailleurs salariés à travailler 32 heures payées 32 heures, avec un peu d’organisation, on pourrait peut-être remettre tout le monde au travail et acheter la paix sociale sans plus de frais que ceux occasionnés par les allocations chômage, le RSA et la casse des jours de grève et d’émeute… Il n’y aurait plus qu’à vanter les vertus de la pauvreté et de Saint-François d’Assises qui parlait aux Petits Oiseaux… La messe serait dite…

Je n’ai pas assez de culture politique ni économique pour oser proposer une alternative viable à ce capitalisme que j’accuse de m’avoir détruite, en me faisant le jouet d’un Parti socialiste infiltré par la Droite catholique. Mais je suis capable de comprendre que ce qu’on m’impose comme idée acquise avec la semaine de 32 heures, c’est la prétendue raréfaction du travail en Occident, sur laquelle il n’est plus question de revenir. Travailler moins dans une société réorganisée et plus égalitaire serait un idéal… qui me semble peu compatible avec le capitalisme actuel.

Travailler moins pour redonner au travail son sens (la contribution de chacun au fonctionnement de la société) et lui rendre un visage humain est une idée de gauche et une idée marxiste. Mais c’est la pervertir que de faire croire aux citoyens qu’une idée démagogique (travailler moins pour quelques-uns des salariés) puisse apporter un vrai progrès… Tolérante, je peux admettre des idées différentes des miennes, si elles ne viennent pas les heurter de front, voire m’y plier si l’avis général va dans ce sens. Je n’ai pas caché dans ce blog que je préférais l’Amérique du New Deal à celle des prédateurs du néo-libéralisme. Mais personne ne me fera croire que le réformisme qui sert à protéger le capitalisme soit l’expression d’un mouvement de gauche…

Je ne suis pas communiste. Je n’ai jamais lu Le Capital. Mais ce n’est pas faute d’y avoir été incitée. Lorsque je suis allée vivre à Lyon, après ma thèse de Doctorat, et que pour la première fois de ma vie je me suis retrouvée insérée dans un groupe de prétendus amis, tous universitaires ou enseignants, parmi lesquels je ne me suis jamais sentie aussi seule, mais qui m’entouraient d’une présence constante et exclusive… j’ai été initiée à la politique, incitée à lire Le Capital,  encouragée à entrer dans l’Education nationale pour résoudre mon chômage, malgré mes réticences, et une fois admise, poussée à adhérer à Attac… Manipulée, bafouée, ridiculisée, je les retrouve tous aujourd’hui dans la mouvance de cette Nouvelle Donne, le cœur soulevé de dégoût…

Je n’ai jamais lu Le Capital.  Mais ce n’est pas faute d’avoir lu autre chose. Depuis des années je me bats pour lire tout ce que je peux trouver qui puisse m’éclairer sur mes adversaires. Depuis des mois, je me bats pour lire tout ce que je peux trouver sur cette période 1943-1971 (Opération Torch  en Algérie – Congrès d’Epinay) au cours de laquelle des personnages auxquels personne ne m’avait jamais initiée, et qui n’étaient pas de gauche (Roosevelt, Lemaigre Dubreuil, le Général Giraud, Jean Monnet…), semblent avoir influé sur mon destin…

Confrontée à ce qui m’apparaît comme l’émergence du Mal absolu, ma vie est une souffrance de chaque instant, tandis que Big Brother is watching me…

Revue de presse sur la Nouvelle Donne




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Syndicat CFTC de l'Insertion
| movin'
| Justice et liberté