• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 26 novembre 2013

Archive journalière du 26 nov 2013

Savonnette en stock

Savon de Marseille

Savon de Marseille

Je viens de passer cinq jours en France, cinq jours de souffrance pure pour un formidable fiasco. Il faut dire que j’étais partie à contrecœur, parce qu’il fallait se battre, très vite, ou mes jours seraient comptés. Que j’étais aussi à peine remise de mon séjour éprouvant dans le Veneto et la région niçoise. J’avais l’impression d’avoir déjà enduré beaucoup. Se voir offrir une savonnette en quittant une ville socialiste, se faire voler sa trousse dans une bibliothèque le temps d’aller chercher sa commande au guichet, sortir du coiffeur plus mal coiffée qu’en y entrant sous le regard goguenard… de la coiffeuse… Peccadilles…

J’ai cumulé la prise de risque irréfléchie, parce que je voulais entrer à tout prix, très vite, à la Bibliothèque nationale, à la totale incapacité de faire face à la blessure lorsque la grande claque est tombée. J’avais laissé mon sac au vestiaire. J’ai pleuré douze heures d’affilée et réduit mes ambitions à leur version minimale. Entrée en France par Lille où j’avais déjà été incapable de juguler la répulsion que m’inspire le peuple nordiste, j’ai passé deux nuits à Paris avant de retourner à Lille pour une dernière étape plus cauchemardesque que jamais. Je suis repartie de Bruxelles, mon port d’arrivée et de départ, comme un animal blessé.

Rentrée par voie terrestre et maritime, mes longues heures de voyage m’ont permis de méditer. A mon arrivée, j’ai pu constater que rien n’avait été détruit. Il faut dire qu’il n’y avait presque rien de nouveau dans mes disques et mes clefs USB, depuis l’enfarinage de François Hollande et mon hospitalisation abusive, pendant laquelle l’intégralité de mon sac à main m’avait été confisquée. J’explique dans ce blog que depuis février 2012, je ne me suis adonnée pour l’essentiel qu’à des lectures. Il y avait des documents photographiés à Kew Gardens qui n’ont pas eu l’air d’intéresser… En dépit de leur sceau « Secret », ils sont aujourd’hui en lecture publique et n’importe quel quidam peut aller les consulter aux archives de Londres. Il y avait mon carnet (le fameux « Volé / Retrouvé ») auquel il restait quelques pages que j’avais mis un point d’honneur à terminer sans en reprendre un autre. Les pages sont photographiées ci-dessous. Ma lecture politique de l’Angleterre avait déjà été mise en ligne et ma vie personnelle, même si je préfèrerais qu’elle reste privée, ne me semble pas inavouable. Que ceux qui en rient, rient. Je suis ainsi et je tiens à le revendiquer.

Les atteintes à la vie privée restent insupportables mais elles remontent à des années bien antérieures au jour fatidique où j’ai lancé un appel à l’aide de Toronto. Il y a parmi les gogos socialistes et les blaireaux phallocrates qui me harcèlent un public de gobeurs qui avalent tous les mensonges qu’on leur sert : pas de scoop en vue, les policiers Hollande et Sarkobry sont « blanc bonnet et bonnet blanc ». Une seule chose est sûre : « En toutes circonstances, la victime est priée de se taire lorsque sa plainte met en cause des puissants » !

Ma seule consolation : j’y ai perdu des plumes mais je suis rentrée à Athènes avec ce que j’étais partie chercher. Et les documents de l’enquête que j’ai reprise en septembre 2013 étaient avec moi.

Fin du carnet 1

Fin du carnet 1

Fin du carnet 2

Fin du carnet 2

Fin du carnet 3

Fin du carnet 3

Fin du carnet 4

Fin du carnet 4

Fin du carnet 5

Fin du carnet 5

Fin du carnet 6

Fin du carnet 6

Fin du carnet 7

Fin du carnet 7

Fin du carnet 8

Fin du carnet 8

Fin du carnet 9

Fin du carnet 9

Fin du carnet 10

Fin du carnet 10




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Syndicat CFTC de l'Insertion
| movin'
| Justice et liberté