• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 décembre 2011

Archive journalière du 15 déc 2011

Protestation : Martine Aubry sur France Inter à Lille

Protestation : Martine Aubry sur France Inter à Lille Aubry-France-Inter-Lille-151211-300x204

Martine Aubry sur France Inter, à Lille, jeudi 15 décembre 2011.

Matin : le 7/9 par Patrick Cohen.

Ce matin, dès sept heures, je me suis rendue au foyer de l’Opéra de Lille où avait lieu l’enregistrement des émissions matinales de France Inter, en tournée spéciale à Lille. Martine Aubry est intervenue de huit heures vingt à neuf heures et lorsque la parole a été accordée au public, je l’ai apostrophée sur le thème de la citoyenneté, après m’être présentée et avoir décrit ma situation désespérante : « Martine Aubry, êtes-vous la garante du respect des droits de tous les Lillois ?». Madame Aubry ne m’a opposé qu’une réponse dilatoire. Aussitôt entourée de messieurs qui m’ont reproché de parler trop fort, tout en me poussant vers la sortie, je n’ai pu que leur répondre que la force de ma voix était à la hauteur de ma souffrance.

Après-midi : intervention sur le site de France Inter.

Dans l’après-midi, je me suis installée dans un cybercafé pour écouter l’émission du matin (sur le site France Inter, 15/12/11, 8h41, Interactiv’), au cours de laquelle j’avais pris la parole, et pour intervenir sur le site de France Inter :

En soumettant un commentaire de réponse à l’émission (en ligne ce 16/12/11 sur le site France Inter) :

Je me suis en effet permis de commenter les deux phrases de Madame Aubry sur la lettre d’Arnaud Montebourg évoquant la corruption du Nord-Pas-de-Calais, et qui correspondent aux propos auxquels j’avais réagis avec vivacité lors de l’émission publique :

a) sur la question de la morale : « Les chevaliers blancs, j’aime bien. Mais j’aime mieux qu’on pratique aussi la même morale que je pratique dans ma vie personnelle comme dans ma vie politique » (1).

b) sur la question du recours à la justice : « La moralité la plus grande possible, c’est quand on sait des choses, on va voir la justice et on les lui dit. Voilà, c’est ce qu’il aurait dû faire » (2). 

J’ai aussi contesté la question hypocrite de la fin de séquence : « Vous connaissez cette dame ? » Madame Aubry sait très bien qui je suis et j’ai soumis au modérateur le commentaire suivant :

 jeudi 15 décembre 2011 à 17:06

Après mon intervention ce matin pendant le 7/9, je me permets d’insister sur la situation de détresse dans laquelle je me trouve à Lille. La morale que pratique Madame Aubry dans sa vie personnelle et politique est à géométrie variable. Madame Aubry me connaît comme en témoigne son allusion insultante aux « Chevaliers blancs » et sa volonté de minimiser ma protestation, très hypocrite. Mon affaire ne concerne pas des feux de poubelle dont seraient responsables des gamins qui s’ennuient. Il s’agit de toute une vie détruite par des diffamations dont l’origine est liée à des intellectuels socialistes. Mes plaintes sont étouffées à Lille où je suis déchue de tous mes droits fondamentaux.
Information sur mon blog « Un micro sous votre oreiller » (lorsqu’il daigne être mis en ligne).

En proposant une question pour l’émission « Le Téléphone sonne » par Alain Bedouet (en ligne ce 16/12/11 sur le site France Inter) :

jeudi 15 décembre 2011 à 17:28

Une grande métropole comme Lille, située entre l’Angleterre, la Belgique, les Pays-bas, le Luxembourg, proche de l’Allemagne, ouverte sur l’étranger et qui accueille de nombreux visiteurs de toutes nationalités, a un rôle de représentation qui accroît les responsabilités de ceux qui la dirigent. Dans le pays des Droits de l’Homme, comment peut-on tolérer qu’une femme, à Lille, soit déchue de sa citoyenneté, interdite de tout recours en justice, privée de ses droits fondamentaux et réduite à tenter un esclandre dans une émission de radio pour faire entendre sa voix.
L’Europe intellectuelle qui rit avec la France, rira demain de la France lorsqu’elle voudra se targuer de son héritage de champion des Droits de l’Homme.
Information sur le blog « Un micro sous votre oreiller » : la mise en forme initiale, en panne depuis ce midi, sera peut-être rétablie d’ici peu ?!!

J’ai d’autre part laissé mon nom et mon numéro de téléphone pour participer à l’émission :

Responsable de l’esclandre de ce matin, en situation de détresse à Lille, je suis prête à m’expliquer à l’antenne et à fournir des arguments pour justifier le message laissé dans les commentaires, sur le site [la question ci-dessus].

Soirée : Distribution de « petits papiers » devant l’opéra de Lille de 19h20 à 20h, pendant l’émission, et jusqu’à 21h.

Le téléphone n’a pas sonné.

Notes :

1. Voir l’article « Happy New Year » du 13 décembre 2010. On notera que l’expression « Chevalier blanc » est associée avec une histoire de « Lettre », thème récurrent d’insinuations sur lequel je réclame en vain des explications depuis plusieurs années.

2. Je tiens à faire remarquer que dans mon cas, il ne s’agit pas de dénoncer un tiers, mais d’obtenir justice pour des faits dont je suis moi-même victime, et que la justice refuse de prendre en compte.

Il est évident aujourd’hui que je ne « tiens plus le loup par les oreilles » comme je l’écrivais le 25 mars 2011, mais que le loup m’a déjà saisie à la gorge.




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté