• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 janvier 2011

Archive journalière du 9 jan 2011

« Langage clair » Versus « Hypocrisie »

Depuis des mois, je recherche le dialogue, sans obtenir aucune réponse à mes appels à l’aide ni à mes tentatives pour amorcer la discussion. Les personnes, les associations ou les journaux que je contacte ne me répondent pas, la lettre ouverte au Président de la République est restée lettre morte, ce blog, pourtant visité, a surtout suscité de l’hostilité.

Mais c’est bien là que se repère la faille dans l’argumentation de mes adversaires, qui voudraient faire de moi, tour à tour, soit une grande paranoïaque, soit, au contraire, une personne qui a bien mérité le sort qui lui est fait. Et on me retourne alors, de façon insidieuse, la citation lilloise de Willy Brandt que j’avais utilisée : « Ne l’oubliez jamais : celui qui laisse se prolonger une injustice, ouvre la voie à la suivante » (1).

Je serais à l’origine d’une injustice qu’il s’agirait de ne pas laisser passer ? Fort bien, mais laquelle ? Pourquoi suis-je obligée de le comprendre à travers des insinuations ? Pourquoi ne pouvons-nous pas en discuter ? Mes adversaires sont-ils sûrs de pouvoir défendre jusqu’au bout leurs arguments ? Pourquoi se cachent-ils ? Le refus du dialogue n’est pas de mon côté…

Référents du 08/01/2011.   Tableau de bord : Référents du 08/01/2011.

Il y a deux types de référents dans le tableau de bord de mon blog : des déclinaisons autour du titre du site « Un micro sous votre oreiller », qui correspondent aux termes placés dans les moteurs de recherche par les visiteurs pour accéder au blog, et des renvois plus fantaisistes qui évoluent au fil des mises en ligne et des événements, sans se répéter…

« Le scandale lillois de la fin 2010, impliquant l’Etat comme la bourgeoisie »

La nuit du 31 décembre, des jeunes gens n’avaient rien d’autre à faire que de se répandre dans un blog pour me tourner en ridicule. La planète entière se préparait à fêter le Nouvel An. Ces jeunes gens ont eux-mêmes une famille, des amis, de l’argent, et jouissent de protections sociales que pourraient leur envier bon nombre de leurs camarades moins favorisés. Mais non, ce soir-là, le dernier de l’année, ils l’ont consacré à une mise en ligne sur le blog « mawy’s versafutile@20six.fr ».

mawy's versatile@20six.fr   Blog mawy’s versafutile.

La version que l’on trouve référencée depuis quelques jours sous le titre « Un micro sous son oreiller » propose plusieurs planches de BD et des commentaires me concernant. Bien sûr, tout est anonyme…

Il est intéressant de voir quels sont les choix de ces jeunes gens. Pour la dernière semaine de l’année 2010, j’avais créé deux papiers à diffuser dans les rues de Lille, papiers distribués les derniers jours en réaction avec le vol sans effraction dont je venais de faire l’objet : celui qui est reproduit et un second, équivalent, dont le titre était « Le scandale lillois de la fin 2010, impliquant l’Etat comme la bourgeoisie ». Ce n’est pas ce dernier qui a été choisi… D’autre part, on voit que leur préoccupation majeure porte sur la Liste des plaintes : eh oui, je venais de porter plainte, à nouveau, et avec des éléments très concrets…

Je cite un commentaire en ligne le 31 décembre 2010 :

« On ne va pas se laisser abattre par l’homme à abattre ».

« Des jeunes gens de bonne famille »

Depuis le jour de l’an, un homme responsable, et un père concerné, est venu m’expliquer que ma plainte en justice suscitait sa plus vive colère. Certes, il ne me demande pas de la retirer (!) mais il s’inquiète pour la principale personne mise en cause par mes déclarations, alors que ma plainte, pour l’instant, est rédigée contre X. Ce jeune homme, m’a-t-il expliqué, est « un jeune homme de bonne famille », qui a « un avenir et une carrière devant lui », et qui ne peut se permettre d’être mêlé à une plainte en justice. Et il me conseille de régler le problème « par le dialogue »…

Mais quel dialogue ? Interrogé, le jeune homme refuse de répondre aux questions qui font problème, ment effrontément, prétend ne rien savoir de moi, et m’a déclaré à propos de mon blog, dont je lui avais donné les références, n’avoir consulté que la Liste des plaintes : celle-ci lui aurait suffi pour comprendre que j’avais besoin de soins, « sincèrement ». Il faisait référence, avec cet adverbe, à une citation de George Orwell que j’avais proposée à sa réflexion : « The great enemy of clear language is insincerity » ou « Le principal ennemi du langage clair, c’est l’hypocrisie » (2).

Que ce jeune homme me prenne pour une imbécile, c’est son droit. En revanche, je ne crois pas qu’il ait le droit de s’introduire chez moi, de voler des documents liés à l’enquête en cours, ou de pirater mon ordinateur. Comme je faisais part à la police de mes certitudes et que je lui demandais, puisqu’elle se montrait réticente à enquêter, quelles preuves, exactement, elle reconnaîtrait comme valables, afin que je puisse les chercher moi-même, je n’ai pu obtenir aucune réponse. Tout à coup, les informations fournies étaient tout à fait suffisantes…

Il paraît, m’a dit le « bon père de famille » que je suis une « grande naïve » lorsque je porte plainte : « la police ne fait jamais rien ». Je suppose qu’il entendait par là, peut-être, que les « jeunes gens de bonne famille » ont le droit, impunément, de voler, de calomnier autrui, de détruire la vie d’un tiers, de réduire sa carrière professionnelle à néant et de le condamner au chômage et à la misère, de le ridiculiser publiquement, de lui interdire de quitter son pays comme de s’y insérer, de l’empêcher d’avoir des amis, des enfants, de l’assassiner… Peut-être.

Notes :

1. « Vergesst nicht : Wer Unrecht lange geschehen lässt, bahnt dem nächsten den Weg ». 14 septembre 1992, Willy Brandt.

2. George Orwell, « La politique et la langue anglaise », (« Politics and the English Language », 1946) in Tels, tels étaient nos plaisirs, et autres essais, (1944-1949),traduit de l’anglais par Anne Krief, Bernard Pecheur et Jaime Semprun, Editions Ivrea & Editions de l’Encyclopédie des Nuisances, 2005, p. 155.

J’en profite pour donner ici la traduction de la citation que j’avais proposée aux visiteurs du blog le 31 décembre 2010, tiré du même article de George Orwell que je venais de lire, dans la même traduction, p. 160 : « Le langage politique – et, avec quelques variantes, cela s’applique à tous les partis politiques, des conservateurs aux anarchistes – a pour fonction de rendre le mensonge crédible et le meurtre respectable, et de donner à ce qui n’est que du vent une apparence de consistance ».




Le site (bêta) de Kinanda ... |
Benin News |
akdv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | movin'
| Le Jardin d'Ethan - Ve...
| Justice et liberté